That's the Spirit

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Bring Me The Horizon
Nom de l'album That's the Spirit
Type Album
Date de parution 11 Septembre 2015
Style MusicalMetal Alternatif
Membres possèdant cet album61

Tracklist

1. Doomed 04:34
2. Happy Song 03:59
3. Throne 03:11
4. True Friends 03:52
5. Follow You 03:51
6. What You Need 04:11
7. Avalanche 04:22
8. Run 03:42
9. Drown 03:42
10. Blasphemy 04:35
11. Oh No 05:00
Total playing time 44:59

Acheter cet album

Bring Me The Horizon



Chronique @ Aldorus

21 Septembre 2015

Soyons donc aussi meilleure langue que possible...

Il est clair qu’en chroniquant le dernier album de Bring Me The Horizon en date, le fou ayant cette idée s’attaque à un sujet aussi sensible que compliqué. Et à juste titre. BMTH est lui-même un groupe compliqué, qui ne mettra sans doute jamais tout le monde d’accord. Et pour cause, le quintet anglais comporte un aussi grand nombre de fanatiques que de détracteurs, voire même plus de détracteurs que de fanatiques, difficile de trancher. Toujours est-il que le groupe fait parler de lui, dans les deux sens. Ce qui a contribué à former autour de lui une imagerie bien particulière : critiqué acerbement (le terme est faible) par les trve metalleux de tous poils, au point d’en acquérir la réputation de pire groupe de metal du monde (que dis-je ? de MUSIQUE, nom de Dieu !) aux côtés d’autres gaillards tels Asking Alexandria, Sleeping With Sirens ou Attack Attack! Et ainsi, assiste-t-on parfois même à d’âpres diatribes envers lesdits musiciens, de la part de tant d’énergumènes n’ayant jamais porté l’oreille au moindre de leurs morceaux. Ceci est navrant d’autant plus que leur premier album, Count Your Blessings, n’était pas mauvais.

Hélas ! et cependant, un album et la messe fut dite. Quand l’originalité d’un groupe ayant du talent se trouve brimée par des albums linéaires, fades et désuets avec pour ambition de faire ce qui leur plaît, on peut finalement comprendre d’une certaine manière ce qui attisa le mépris d’une communauté baignée dans les sonorités décapantes de Dismember, Burzum et autres Venom. Point n’est plus dès lors question de recherche de virtuosité musicale (ce qui est d’autant plus dommage que les jeunes Bretons gardent malgré tout le bagage technique nécessaire à la création un bon album), mais de se faire plaisir entre amis, et depuis ce jour, BMTH excelle en imagerie. Oli Sykes devint l’idole des jeunes, et ses joyeux acolytes les coreux modèles, rebelles jusqu’aux intestins et l’assumant complètement, que les autres coreux en herbe devaient suivre pour être parfaits.

Autant dire que tant sur le plan de l’image que celui de la musique, BMTH a considérablement évolué. Un deathcore de mieux en mieux produit (ce qui n’est pas synonyme de qualité, entendons-nous bien) laissa place, sur Sempiternal, à un metalcore peu original, pour finalement, sur ce That’s The Spirit, devenir de l’électro/pop rock alternatif ! Ça met l’eau à la bouche, pas vrai ? Autant de déclinaisons de style mettraient à mal un fan de slamming brutal death metal mélodico-technique. Et il est vrai qu’une telle évolution peut apparaître inquiétante aux yeux des fans, et d’office nullissime pour le trve metalleux moyen. Soyons donc aussi meilleure langue que possible, étant donné que votre humble chroniqueur ne fait partie d’aucun de ces camps.

Mais comprenez que dès l’écoute du premier morceau, Doomed, cette intention se révélera compliquée à respecter… Ouvert sur une intro bizarre, une intro doucereuse aux accents très électro/pop à la mode, le morceau semble à lui-même annoncer d’emblée la couleur que prendra l’album : un genre de pop-rock immonde aux multiples expérimentations instrumentales souvent incongrues. Avec la voix d’Oli Sykes.

Ce qui m’amène à parler du principal défaut de l’album, qui se sentira dans TOUTES les pistes de That’s The Spirit, que je déclarerai sous forme d’apostrophe directe : Oli, tu chantes mal. Que ce soit de ta voix normale, ou de celle bidouillée avec force effets, tu chantes mal. On alterne du chant clair d’un coup plus suave et subitement un peu plus bourrin, on ne sait pas pourquoi ni comment tant il est mal agencé, les effets de voix dont nous parlions sont ignobles à écouter (Happy Song, Throne), les tentatives de screams d’Oli sont toutes ratées (Doomed, True Friends) et les quelques chœurs additionnels ne sauvent pas eux non plus le steak haché que crache ce cher leader (What You Need, Oh No, Happy Song). Aucun morceau ne peut se targuer de valoir l’autre au niveau du chant, ils sont tous à jeter, si l’on rajoute les paroles niaises qui rappelleraient presque certains tubes des One Direction.

Mais revenons vers la dérive musicale empruntée par BMTH, qui non content de rater totalement les parties vocales de That’s The Spirit, s’est, depuis Sempiternal, doté - avec Jordan Fish (le seul membre du groupe à l’apparence presque normale) - d’un clavier. Ce clavier, s’il est utilisé correctement et avec parcimonie dans Sempiternal, est ici usé et abusé. Peut-être est-ce un effet secondaire du chemin électro pris par BMTH, mais quand depuis ses débuts un groupe possède une guitare et une basse, la moindre des choses c’est de ne pas les oublier. Essayer de distinguer un effet de synthé d’un riff de guitare dans certains morceaux comme Throne ou Follow You revient presque à chercher quelle partie du corps de Paris Hilton serait encore vierge. Histoire d’en rajouter, ce même clavier, comme Oli Sykes avec le chant, rate complètement ses expérimentations (parlons de Doomed, ou de Run…) et ses tentatives de rendre tel ou tel autre morceau un peu mélancolique (Blasphemy, Oh No).

Pour le reste ? Sans parler des intros de morceaux horribles (Drown, Run, Avalanche), des chansons au rythme aussi irrégulier qu’éprouvant (Blasphemy, Drown), des effets harmonisés à la tondeuse à gazon (Happy Song, Blasphemy) et des mélodies achoppées (Throne, Blasphemy [encore lui]), qui auraient pu relever le niveau déjà bien faible de l’album si elles ne se limitaient pas à quelques notes passées dans un mixeur et dont on aurait plusieurs fois monté et baissé l’intensité, disons que BMTH fait du BMTH : un album qu’on pourrait difficilement faire plus commercial, parfaitement calibré pour foudroyer l’audimat de MTV et remplir les salles de concert pour faire vibrer les tripes des fans fidèles du quintet anglais (quoiqu’il est à se demander si même les fans de BMTH apprécieront ce That’s The Spirit…)

Les trois seuls points de la note sont le reliquat de la production (toujours impeccables ces producteurs anglais) et de l’identité si particulière du groupe. Mais deux tels facteurs ne suffiront jamais à faire un bon album ; le reste n’est qu’ordures, bonnes à éparpiller un peu partout en espérant que jamais le résultat de leur recyclage ne se recroisera à nouveau. Il ne nous reste plus qu’à prier pour que Bring Me The Horizon cesse de tourner en rond et de prendre ses fans pour des cons.

28 Commentaires

13 J'aime

Partager

eclectic - 23 Septembre 2015: "Deadlift" dit : "les articles écrits par des chroniqueurs non-officiels sont à prendre à la légère."
Je rappelle que S.O.M. est un site participatif, c'est à dire que tout le monde peut proposer une chronique. Celle-ci est d'abord examinée par l'équipe de relecture/validation, et fait souvent l'objet d'un débat. Les chroniques ne sont donc pas publiées "à la légère". Vous n'imaginez pas le nombre de textes qui sont refusés.

R3miks, nous attendons votre texte avec impatience.

Et en parlant de "donner du sien", nous attendons également votre collaboration monsieur Deadlift.
peto - 23 Septembre 2015: Franchement, pour être un petit amateur de BMTH, je noterai le dernier à 5 ou 6 sur 20. A titre de comparaison, Sempiternal serait à 17, There is hell 14 ou 15, Suicide season 14. C'est sûr les notes, ça reste quelque chose de difficile à apprécier au sein d'une grande communauté, car tous les goûts sont dans la nature... Mais voilà, on sait en avance que c'est le mode de fonctionnement ici, donc faisons avec. Il y a déjà eu des chroniques/notes sujettes à polémique, et il y en aura encore!
MrSD - 23 Septembre 2015: Merci pour cette chronique et cette note.
Au bout d'un moment il faut arrêter de chercher des excuses ou une pseudo évolution, oser sortir un tel album après tout ce qu'ils ont fait, c'est faire un mauvais disque. Leurs albums ne peuvent pas plaire a tout le monde mais ils ont toujours eu leur propre personnalité, BMTH n'as jamais copié personne et attention, c'est pas rien.
So throw your diamonds in the sky, we'll stay gold forever?
Celldweller55 - 23 Septembre 2015: Je n'avais jamais écouté ce groupe, cette chronique et les commentaires m'ont poussé à tenter le coup avec cet album, bah je suis le chroniqueur sur ce coup, c'est pour moi aussi un plantage quasi-total. Punaise le "chanteur"...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire