Terrorist (Nekronaut Part I)

Liste des groupes Black Metal Nattefrost Terrorist (Nekronaut Part I)
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nattefrost
Nom de l'album Terrorist (Nekronaut Part I)
Type Album
Date de parution 20 Juin 2005
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album112

Tracklist

1. Nekronaut (Cunt Cunt Gimme More) 03:28
2. Black Metal Suicide (Claws of Perdition) 02:11
3. Hellcommander 04:16
4. Terrorist 02:55
5. Merket for Helvete 02:15
6. Eine Kleine Arschmuzick 01:38
7. Satan Is Endless, Satan Is Timeless 01:37
8. Primitive Death 03:49
9. Goat Worship 05:17
10. Catapvltam Vrinam Philosophiam 00:48
11. Preteen Death Fuck 01:33
12. Dinsadansdjeveldyrkaar !!! 02:26
13. The Death of Nattefrost (Still Reaching for Hell Part II) 16:08
Total playing time 48:21

Acheter cet album

Nattefrost


Chronique @ Bolverkrheathenlord

26 Octobre 2011

Nattefrost, ce petit diable par sa taille, créature des plus immondes de la scène Black norvégienne, leader charismatique de Carpathian Forest et scélérat flirtant avec le génie... Oui ceci c'est Nattefrost tout craché, car bien au delà des œuvres livrées via Carpathian Forest, toutes odes à Satan et au vice, Nattefrost nous délivre ici avec ce "Terrorist (Nekronaut Part I)" le disque le plus sournois jamais paru dans l'univers pourtant si controversé du Black Metal.
Je m'explique: par delà la musique et les lyrics, dont je débattrais plus bas, le grand nombre de dégueulasseries (un horrible fessier écarté et noirâtre, des gars qui se masturbent...) et de citations, toutes autant provocatrices et hilarantes que purement outrancières jointes dans le livret: "Cet album est dédié à la mort globale, aux tsunamis et à la terreur mondiale. VENEZ A LA MORT!!!!!", ou encore les rôles prétendument occupés par les "membres", qui diffèrent en prime de titres en titres ""Drums and Sodomy", "Disgusting, honest and open. Bizzare..." (ah ouais celui ci faut écouter le titre en question pour comprendre!), "masturbation"... En bref c'est répugnant. Ah j’eusse oublié: âmes sensibles s'abstenir. Non pas que tout ça (et la suite) me plaise dans la réalité (encore heureux), mais ce disque est tellement décalé, unique, prohibé, explosant les limites du "mauvais goût"... Ainsi les présentations sont faites, vous savez maintenant à quoi se résume ce "Terrorist (Nekronaut Part I)" en apparence.

Que nous propose ainsi tonton Nattefrost musicalement? Et bien dès le premier morceaux la couleur est annoncé: un riff au allures "Punk'N'Roll" plus poussé encore que dans du Carpathian Forest, un rythme effréné, des solos démentiels, les vocaux écorchés exprimant cette démence sans limite avec des lyrics qui veulent tout dire. Trois minutes et demi de Black trashy déchainé. La même recette pour le second titre, puis nous irons ensuite de titres plus "True Black" traditionnel assenant à l'auditeur riffings froids et malsains à des pistes qui afflige ce Black Punk'N'Roll, solos hystériques et compagnie.

Septième morceau et première véritable dégueulasserie du disque, simplement composé d'une musique de fond de hall d'attente, et d'un mec (Nattefrost à croire donc) entrain de faire ses besoins, et pas qu'à moitié... On se passera de commentaires.

Puis on prend à peu près la même et recommence, jusqu'à l’excellent "Primitive Death" au multiples facettes, titre à écouter à tout prix, pour moi le meilleur morceau du disque, avec son successeur "Goat Worship". "Goat Worship" tiens parlons-on: "The Antichrist was victorious once more", c'est sur ces piètres mots que débute le titre (de la même manière pour exemple qu'un "With Satan and Victorious Weapons de Marduk), puis la machine est lancé: LE titre TRUE BLACK pur et dur de ce cd, terrorisant, avec ces couches de clavier (très en retraits tout de même) cauchemardesques durant les chorus. Encore une fois les paroles sont aussi là pour en ajouté à l’oppression mentale pratiqué sur l'auditeur.

Après ceci et cela, bam! deuxième bizarrerie: un mec (toujours le même...) qui cette fois vomis ces boyaux... Ceci messieurs pour mieux vous préparer à l’assaut le plus outrant de l'opus: "Preteen Deathfuck". Le vice est poussé plus loin que l'on ne s'y attendrai: en guise d'intro des gémissements plaintifs d'une pauvre petite fille, accompagné de quelque bruits de tondeuse ou autre tronçonneuse... et vas-y que ça explose et ça en envoie plein les dents pendant tout juste une minute, à la sauce Nattefrost.

Alors que la fin du cd pointe son nez, on a encore le droit à une nouvelle bizarrerie "Dinsadansdjeveldyrkaar!!!!!", chanté en norvégien façon "ténor" parodique pour une musique tout aussi étrange. L'album se voit alors clôturé par "The Death of Nattefrost (Still reaching for Hell part III)", musique nationale en fond et ... partouze en premier plan!

Vous l'aurez compris "Terrorist (Nekronaut Part I)" n'est pas un opus adressé à un large publique, il serait limite à déconseillé, mais pourtant, tout est si bien exécuté, intelligemment mis en scène et prenant de par la vélocité et l'atroce efficacité du Black Metal si particulier que nous délivre tonton Nattefrost. Et puis après tout bien que sa folie perverse saute aux yeux (et aux oreilles), il laisse perplexe tout comme pourtant moi comme chacun d'entre nous réalisons parfois qu'il ne doit pas tout le temps se prendre tant au sérieux que ça...

L’œuvre et grand délire d'un obscur génie:
19/20

11 Commentaires

4 J'aime

Partager

venomesque - 06 Juin 2014: J'ai jamais été un immense fan de Black metal (il y a qu'une poignée de groupe qui me plaisent actuellement dans le style) néanmoins ce groupe sort carrément du lot! Et ce grâce notamment à un côté complètement barré que tu illustres très bien dans ta chronique. En ce qui me concerne ce qui m'a immédiatement séduit c'est leur côté encore un peu "punk" qui ressort sur certains morceaux : le premier par exemple qui est particulièrement brillant!
Bolverkrheathenlord - 07 Juin 2014: @ venomesque: merci. J'ai vu que tu apprécie des groupes comme Tsjuder effectivement. Je te recommanderais alors fortement de t’intéresser à la formation originel de Nattefrost: Carpathian Forest, c'est aussi complétement barré, mais dans des styles et approches différentes selon les albums, je te conseil vraiment le petit chef d’œuvre de noirceur Black Shining Letaher, violent, glacial, et avant-gardiste quasi atmosphérique par moments, mais déjà avec ce gros côté punk'n'roll , ce premier méfait de C.P. est une merveille... Ensuite mes favoris sont Defending the Throne of Evil et Strange Old Brew, si tu est sensible à ce Terrorist de tonton Nattefrost je pense que tu adhéreras facilement au son de Carpathian Forest, et ces trois albums seront la meilleurs manière de passé le pas pour découvrir et t’intéresser à un groupe et un personnage hors norme et son univers complétement décalé mais bien ancré quand même dans ses racines Black Metal made in Norway (le dernier opus de 2006 Fuck You All! est aussi pas mal du tout).
venomesque - 07 Juin 2014: Ok! Merci pour la découverte en tout cas ^^ J'irais jeter une oreille à tout ça prochainement alors! ;) (Je suis très fan d'Ulver sinon pour leur côté atmosphérique présent sur "Bergtatt" notamment)
Bolverkrheathenlord - 07 Juin 2014: Mais de rien et au plaisir de t'avoir rencontrer et de pouvoir partager et faire découvrir des groupes, albums et courants musicaux (Metal) qui m'habitent depuis de longues années.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ cunteater

06 Juillet 2006
Nattefrost, leader outrancier de CARPATHIAN FOREST, est de retour avec son projet solo éponyme et ce second album qui reprend là où « Blood and Vomit » son prédécesseur s’était arrêté, tout en poussant le bouchon un peu plus loin dans l’immonde, le nauséeux et la déchéance.
Oeuvrant dans un Necro Black/Punk Metal primitif et minimaliste, NATTEFROST balance 13 titres infects, véritables odes aux déjections en tous genres (bruitages à l’appui) dans une ambiance putride, malsaine et dérangeante.
NATTEFROST, le groupe, pourrait être comparé à AUTOPSY pour son côté putride et scatologique, le côté Punk en plus, qui donne un véritable coup de fouet aux morceaux, radicalisant l’atmosphère ô combien déliquescente.
Nattefrost, le personnage, n’a que très peu d’estime pour l’espèce humaine et par le biais de cet album délivre toute la haine qui l’anime, tout le dégoût qui le ronge.
Alors amateurs d’urine chaude, de vomissures poisseuses et de troubles intestinaux, jetez-vous sur cet album dérangeant certes, décadent pour sûr car non conventionnel mais terriblement efficace, d’une sauvagerie malsaine. Bluurps…

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire