Blood and Vomit

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Nattefrost
Nom de l'album Blood and Vomit
Type Album
Date de parution 18 Fevrier 2004
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album144

Tracklist

1. Ancient Devil Worshipping 04:04
2. Sluts of Hell 03:11
3. Satanic Victory 01:05
4. Universal Funeral 02:44
5. The Art of Spiritual Purification 05:59
6. Sanctum 666 04:13
7. Whore (Filthy Whore) 04:50
8. Mass-Destruction 03:06
9. Nattefrost Takes a Piss 00:29
10. The Gate of Nanna (Beherit Cover) 04:46
11. Still Reaching for Hell 06:01
Total playing time 40:28

Chronique @ Vinterdrom

23 Novembre 2010
Quel sacré bougre de personnage, ce Nattefrost. Chantre de l'humour noir décapant, cible consentante des ligues féministes, fin connaisseur des plus grands sex-shops parisiens, … c'est vraiment dommage qu'il se fasse extrêmement rare depuis plus de quatre ans maintenant, car que ce soit sur album ou en interview, le Nattefrost, c'est fin, ça se mange sans faim. Sans déconner, c'est que le mauvais goût assumé de ce bouillonnant norvégien me manquerait presque, tiens. N'y voyez rien de gay là-dedans, hein. Je vous vois venir, à votre esprit mal placé… De toute façon, que ce soit gay, hétéro, bi, blanc, noir, jaune, bleu, vert, … le père Roger (ben ouais, c'est son prénom, au Nattefrost, il aurait pu s'appeler Marcel que ça aurait été pareil), il te met tout dans le même sac, et direct au four. A quoi bon s'embarrasser de fioritures ? Hein, franchement ?
Alors voilà, le bon gros Roger des familles … fichtre, z'avez vu ses abdos à la Kro sur la page des crédits du livret ?! … Sincèrement, ça vaut son pesant de gratons ! … Bon, trêve de digression, je reprends. Alors, le bon gros Roger des familles c'est un musicien qui pratique l'art black metal depuis l'aube des années 90, et c'est aussi (et avant tout) un tempérament explosif, cynique, destroy et nihiliste qui transpire du black / thrash punkisant de Carpathian Forest dont il est le frontman. Avec son projet solo, la paluche est immédiatement identifiable, à un (énorme) détail près : c'est que tout a été mis en œuvre pour plonger au plus profond d'un océan de pulsions déviantes et de crasse immonde. Avec Carpathian Forest, on surnageait à la surface. Là, on atteint les abysses. Finito la recherche atmosphérique de l'ère pré-"Morbid Fascination of Death" (jusqu'à 2001), terminées les dérives proto-prog de "Defending the Throne of Evil" (2003), l'année 2004 marque le déferlement de la plus pure essence sulfureuse du Nattefrost, avec un "Blood & Vomit" primitif et direct.
A dégager le Soundsuite Studio et sa prod' trop clean, place au Zeitgeist Studio du pote Daniel "Vrangsinn" Salte, garant d'un son charnu et crade. Le son qu'il fallait pour ce "Blood & Vomit" qui explose comme une libération cathartique. Oh oui, on sent qu'il pensait à le cracher depuis un moment, cet album. Oh oui, on sent qu'il en avait envie.

Comme une éjaculation trop longtemps retenue, voilà que débordent de toutes parts les brûlots "Sluts of Hell", "Universal Funeral" ou encore "The Art of Spiritual Purification" qui donnent une bonne image de ce que serait Motörhead s'ils jouaient du black metal. La rythmique dépote, suit le frénétique mouvement du poignet. Les linéaires fusent comme les jets salvateurs d'une consistance aussi épaisse que la basse vrombissante. Les hurlements retentissent et voilà comment t'as refait le crépi à l'autre bout de la pièce.
Bien sûr, à côté de ça, on n'oublie pas d'invoquer à grands coups de blasts les forces sataniques pour réduire en cendres les hordes de culs bénis qui peuvent aller se mettre leur A(g)nus Dei bien profond dans le rectum ("Ancient Devil Worshipping", "Sanctum 666"). Et pour que la fête soit plus folle, on n'oublie pas non plus de faire venir les copains, le compagnon de débauche Nordavind en l'occurrence, sa voix alternant le poivrot psychotique du fin fond des bas-fonds et le growl de fin fond de l'évier après passage au Destop, pour foutre le maximum de bordel avec l'attentat terroriste "Satanic Victory" qui te dynamite la tronche en 1:05 chrono.
Bacchanale d'explosifs, de beuverie et de défonce se finissant la tête dans les chiottes à en gerber jusqu'à sa tripaille (la grandiose ouverture de "The Art of Spiritual Purification"), avec pour invitée de marque ta mère en salope de l'Enfer lubrifiée au gravier qui se fait ramoner pour tous les orifices, trous de nez compris. Respecte la puissance de "Whore (Filthy Whore)" mais fais gaffe à tes couilles. On parle pas ici de porno-chic à la Dorcel, non, là c'est du hard amat' brutal et cradingue, Satanik Godemichet à Pointes compris dans la livraison. C'est ça, le pack Nattefrost et son emballage forgé dans le romantisme le plus savonneux. Dans le genre "en guise de hors d’œuvre, j’vais t’défoncer ta gueule de conne avec ma grosse queue" (vous connaissez le reste), on a rarement fait mieux. Et ça lui plait, oh oui, elle aime ça, la grognasse. Y'a qu'à entendre ses glapissements de chienne en chaleur dans le morceau en question.
L'orgie est totale ? … Non, pas encore, car elle ne serait pas pleinement aboutie sans quelques rafales de sulfateuse et autres déflagrations de pétoires-laser. 'Tain, j'viens d'menfiler "Mass-Destruction" et chui dézingué graaaaaaave !!! 'Tain, keskisépasé ? 'Tain, keskiméarivé ? … Boh rien, c'est juste les armées du Chaos de Dawn Of War II qui viennent de te fondre sur la gueule que t'as rien vu venir, mon chou. Et dirigées par Monsieur le Hellcommander Nattefrost en personne, s'il vous plait, qui termine la besogne en arrosant les ruines d'un copieux jet de pisse ("Nattefrost Takes a Piss") pour finir de faire pourrir le merdier à jamais …
Et que vient foutre là cette reprise de Beherit ("The Gate of Nanna", excellente au demeurant) ? … On en sait foutre rien !

Alors, la question à mille balles : est-ce bien sérieux tout ça ? … Oui, ça cogne, mille fois oui, ça tabasse, et ça bute aussi, à en faire chier dans son froc les blaireaux adorateurs de CM Punk et de sa putain de Straight Edge Society.
Vraiment, est-ce bien sérieux ? … Non, car le second degré est omniprésent, comme le démontre l'ultime morceau "Still Reaching for Hell", combinant une première partie épouvantable où s'assemblent dissonances glauques et grincements morbides, et une seconde partie très légère où ça joue la parade de Maurice et son orchestre à Saint-Trifouille-les-Oies.
Nattefrost et son "Blood & Vomit" ou comment associer l'attitude la plus trve possible avec un esprit d'autodérision ravageur. Et c'est là tout le génie du mec et de son disque. Balèze autant qu'inattaquable.
L'originalité du bousin ? Cherchez pas, y'en a pas. De toute façon, c'était pas le but.
Est-ce grave, docteur ? Et bien, à vrai dire, on s'en tape. Y'a largement de quoi se défouler avec ce cocktail Molotov gravé sur rondelle en alu pour qu'on s'emmerde de considérations pseudo-intellectuelles. On laissera les circonvolutions stériles aux adeptes de la masturbation cérébrale. Pour les autres, vous pouvez foncer droit aux putes, chibre à la main.
Un projet démentiellement efficace, qui ne pouvait porter d'autre patronyme que celui de son géniteur. Voilà, c'est moi, je suis Nattefrost, j'débarque, j'me pose, t'es une fiotte raclure de chiotte, j'te vomis à la gueule, j'te pisse à la raie et par la même occasion, JE … TE … MERDE. Hum hum, ce sera tout ? Non, prends-toi aussi un bon gros fistfuck dans ton sale gros cul de bâtard.

Voilà, la messe est dite.
A mon commandement, rompez !

8 Commentaires

9 J'aime

Partager

mopeyghost - 24 Novembre 2010: Alors ça , c'est de la pure chronique qui résume exactement l'esprit de l'album.
Viggdred - 27 Novembre 2010: Un album subtil, donc...Etant un grand fan de CF, je ne pouvais pas ne pas posséder ces 2 albums....
En attente de la dernière partie de la trilogie, faudrait qu'il bouge un peu, le pèpère...
Vinterdrom - 28 Novembre 2010: Ouais, c'est vrai qu'il commence à se faire attendre, le Nattefrost.
Mais d'après les notes jointes à ses rehearsals publiées dans le split "Engangsgrill", il semblerait que le travail soit en cours.

Autant j'avais été soufflé par ce 1er volet "Blood and Vomit", autant le second "Terrorist" m'avait déçu car trop artificiel.
En attendant que le 3ème volet remette les choses en place ...
Bloodorn - 06 Juin 2011: Bonne chronique, tout à fait dans l'esprit d'un album qui est à la musique ce que le film "The Last House on Dead End Street" est au cinéma. Le théâtre des perversités peut commencer...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ BlackHorde

16 Novembre 2005
Quand j'ai vu dans un magazine la sortie du premier album solo de Nattefrost, charismatique leader de Carpathian Forest, je me suis tout de suite dit "Celui la, il faut que je l'achète"... mais j'ai ensuite été intrigué par le genre qui qualifie l'album... Black Metal Primitif...

Un fois l'album acheté, je comprends enfin cette dénomination! A première vue un album intitulé "Sang et vomit" ne peut pas être une œuvre dédiée au raffinement et a l'intelligence des hommes. On parlera plutôt de pipi, caca, vomit, sang noir, pornographie, Satan, de tuer Jésus, de libérer Satan, de le servir et de tuer les chrétiens...

Comme ce ne sont pas les thèmes et les paroles qui vous pousseraient à acheter cet album, parlons alors de la musique en elle même. Non nous n'avons pas affaire à un chef d'œuvre de composition. Les riffs sont extrêmement répétitif, les compositions ne sont pas très riches. Le son est un peu brouillon. Mais le plus important devait être d'amoindrir l'importance des guitare pour laisser entendre son chant torturé et puissant... le tout misérablement agrémenté de bande sonore où on peut entendre quelqu'un vomir, un autre pisser, une femme crier...

Cependant, pour le premier volet de cette trilogie que se terminera a la sortie du 3ième album, Nattefrost a tout de même brillamment réussi son pari: Déranger l'auditeur, le gêner, produire un son malsain qui pousse les oreilles sensibles a se diriger vers le bouton OFF de leur chaine-hifi...
Malgré ce style très archaïque, cet album m'a tout de même plu par son style direct... trop direct !

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ KVARFORTH

23 Décembre 2007
Nattefrost, un phénomène de perversion et de dévotion au mal. C'est un personnage bien à l'image de sa musique, crade, malsain, bourré de haine et puant le vice.
En effet loin des conventions banales que l'on retrouve parfois dans un style de musique extrême mais souvent sans grande force, Hellcommander nous délivre une pièce maitresse de black sauce punk aux accents contenus de violence salvatrice. Contrairement à l'opus qui suivit dénommé "Terrorist-Nekronaut Part 1" cette galette ne contient qu'un seul titre dont on aurait pu se passer (Nattefrost Takes a Piss), vous devinerez pourquoi d'après le titre...
Mais le coté uro et scato mis a part, je n'ai pu que rester bouche bée en écoutant ces 11 titres remplis de haine et de malice, le tout doté d'une production relativement crue. Les instruments sont en osmose parfaite, à vrai dire on a là affaire à quelqu'un qui maitrise parfaitement son art. Le point fort réside surtout dans le chant du sieur Nattefrost, reconnaissable entre tous, puissant, glacial, typé true, trouvant sur quelques hurlements ses racines dans le punk et le old thrash. Les compos sont très bien ficelées, brutales, jamais vraiment originales, inspirées bien sur de Darkthrone, mais sans faire un désagréable copier-coller. Vis-à-vis de beaucoup de groupes qui se ramassent en voulant rendre hommage à leurs prédécesseurs idolâtrés, Nattefrost nous montre que l'on peut faire une musique sans grande originalité tout en délivrant un album de haute volée.
Un album dans la plus pure tradition du style, avec un état d'esprit old school et une attitude misanthropique, égocentrique, cinglante, dérangeante. Et c'est surement la le but de Nattefrost.
Terroriste envers lui-même, il prend son âme en otage et la malmène jusqu'à essoufflement.
Un album cultissime.

Kvarforth.


4 Commentaires

3 J'aime

Partager
ArchEvil - 29 Décembre 2007: Bonne chronique mon p'tit père. Même si j'aime pas Nattefrost.
KVARFORTH - 29 Décembre 2007: Ah merci mon ptit matou ca me fait très plaisir.
Je suis flatté. Je vais te faire de la concurrence gniark...
 
Zombiefiends - 14 Juin 2009: Bonne chronique qui résume bien le tout .
Viggdred - 07 Janvier 2010: UNIVERSAL FUNERAL......tout est dit en 1 piste.......
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ dark

31 Août 2005
Premier album solo pour le très prolifique leader de Carpathian Forest, et je dois dire que par rapport à son groupe, son travail solo laisse vraiment à désirer...

J'avais lu des mauvaises critiques à propos de ses deux albums solos et très peu de bonnes, mais je ne m'attendais pas à voir quelque chose d'aussi médiocre.
Nattefrost est certes connu pour choquer (normal c'est du black me direz-vous) mais là ça dépasse les limites (encore plus sur le deuxième album, cf ma chronique) !

Je veux bien comprendre qu'il fasse preuve d'humour et d'originalité, mais l'entendre vomir(ne commetez pas l'erreur que j'ai faite en écoutant cet album à 8h du mat' en mangeant...) et uriner sur certains morceaux c'est trop me demander.

Ca dérange c'est son but, mais ce n'est pas ce qu'on peut appeler du talent.
Et comme si ça suffisait pas, c'est mal produit car le son est vraiment mauvais.
Bref si vous avez du temps à perdre vous savez ce qu'il vous reste à faire...

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
BlasphemousBastard - 28 Septembre 2008: "Je veux bien comprendre qu'il fasse preuve d'humour et d'originalité, mais l'entendre vomir(ne commetez pas l'erreur que j'ai faite en écoutant cet album à 8h du mat' en mangeant...) et uriner sur certains morceaux c'est trop me demander."

Bah en même temps c'est du black metal. Les samples de gonzesses en train de se faire fouetter/violer sur les skeuds de Carpathian Forest c'est pas mieux, si ce n'est plus pervers.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Mika_Helvetia

12 Juin 2007
Quand le père de Sadomasochistique se met au commande de Nattefrost, groupe de son propre nom, on peut s'attendre à une sorte de dérive de Carpathian Forest... Non !!! De côté les riffs limite Rock'n Roll, voir (excusez moi d'utiliser ce terme) punk ! Blood and Vomite se rapproche plus d'un True Black Metal très très Old School ! Retour aux grattes grésillantes d'antan sur blast beat et double pédale, voix caractéristique de Nattefrost collant parfaitement à l'esprit musical.
Intro blasphématoire traditionnelle à chants religieux et prière latine sur cloche d'église brisée par des riffs puissants et répétitifs. La variation de Ancient Devil Worshipping vient essentiellement du chant. Un morceau correct mais dont on pourrait attendre plus... Qu'à cela ne tienne ! Arrive la déferlante de Sluts Of Hell (morceau présent sur le fameux "Fenriz Presents The Best Of Old School Black Metal"), plus varié mais toujours dans une composition true sur du blast. La voix est plus nette et irritée sur un refrain entrainant. S'enchainent ensuite deux morceaux. Satanic Victory ; une minute de vitesse et de blasphème, suivi par un ralentissement avec Universal Funeral dont l'ambiance est extrapolée par un chant lyrique masculin relativement bien manié... En accrochant son estomac on prendra plaisir à l'intro de vomissures de The Art Of Spiritual Purification qui se retrouve dans la même veine que Sluts Of Hell. La suite se passe de commentaires... les morceaux s'enchaient les uns aux autres dans le même esprit que les précédents.
A défaut d'être particulièrement varié, l'album n'est pas décousu et peut donc s'écouter d'un bout à la fin sans grand besoin de concentration pour se plonger dans l'ambiance malsaine et dégoutante de Nattefrost qui nous propose une pièce, peu originale certe, mais qui ne reprend pas pour autant les grands classiques du TNBM en plagia. Il saura ravir les amateurs de Black Metal Old School cherchant une alternative à des groupes plus connus...

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Morda

04 Janvier 2008
NATTEFROST est le projet solo du chanteur et leader du groupe norvégien CARPATHIAN FOREST. Blood and Vomit est le premier album de ce one man band et autant vous le dire tout de suite, Monsieur NATTEFROST n'a pas fait dans la finesse et le bon goût. A la différence de CARPATHIAN FOREST, plutot orienté "Black n Roll", NATTEFROST joue ici un black metal primitif, sans concession et très cru. Les paroles, quant à elles sont fidèles a l'individu et nous parle de magnifique sujets tels que la guerre, le sexe et Satan, le tout de la manière la plus fine qui soit. Je vous invite à traduire les paroles (elles sont en anglais) et plus particulièrement le septième morceau qui s'intitule "Whore (Filthy Whore)". Vous comprendrez que "Poésie" n'est pas un mot du dictionnaire de ce bon vieux NATTEFROST. Deux pistes de cet albums valent également le coup d'être écoutées : vous pourrez entendre NATTEFROST vomir et pisser, si c'est pas classe ça ??? Pour finir, l'outro est totalement géniale et en total décalage avec le reste du CD. Si les bruits de vomit et de pisse ne vous répugnent pas, si la "non-finesse" ne vous rebute pas, je vous conseille vivement d'écouter ce petit bijou de black metal, sinon passer votre chemin.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire