Ten

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Pearl Jam
Nom de l'album Ten
Type Album
Date de parution 27 Août 1991
Labels Epic Records
Produit par Don Gilmore
Style MusicalGrunge
Membres possèdant cet album333

Tracklist

Re-Issue in 2009 by Epic Records with a new cover and a second disc included.
DISC 1
1. Once
2. Even Flow
3. Alive
4. Why Go
5. Black
6. Jeremy
7. Oceans
8. Porch
9. Garden
10. Deep
11. Release
Bonustracks (Japanese Release)
12. I've Got a Feeling
13. Master / Slave
Bonustracks (UK Release)
12. Alive (Recorded live at RKCNDY, Seattle, 03/08/1991)
13. Wash
14. Dirty Frank
DISC 2 - REMIXES
1. Once
2. Even Flow
3. Alive
4. Why Go
5. Black
6. Jeremy
7. Oceans
8. Porch
9. Garden
10. Deep
11. Release
Bonustracks
12. Brother
13. Just a Girl
14. Breath and a Scream
15. State of Love and Trust
16. 2000 Mile Blues
17. Evil Little Goat
DVD - MTV Unplugged
1. Oceans
2. State of Love & Trust
3. Alive
4. Black
5. Jeremy
6. Even Flow
7. Porch

Chronique @ GandhiEgo

17 Avril 2009
Même si je n’ai rien contre les groupes les plus obscurs référencés sur Spirit Of Metal, il est tout de même surprenant de constater que certaines œuvres majeures de l’histoire du rock et du metal sont laissées injustement à l’abandon.

Ten fait partie du panthéon de la musique. Premier album du groupe, c’est aussi leur opus qui remporta le plus grand succès. Avec treize millions d’albums vendus, Pearl Jam se hisse dès le début au rang de monstre sacré du mouvement grunge qu’il incarne en compagnie de Nirvana, Soundgarden, Stone Temple Pilots ou Alice In Chains. Le succès énorme de cet album permettra entre autres de populariser un mouvement issu du punk, du metal et du rock comme le fit également le Nevermind de Nirvana.

Formé autour de deux membres fondateurs du groupe Mother Love Bone, Jeff Ament et Stone Gossard, respectivement bassiste et guitariste, recruTent Eddie Vedder au chant, Mike McCready en second guitariste et Dave Krusen à la batterie.
Les prises studio commencent sous forme de jam, instrumentaux auxquels Vedder et son timbre de baryton viendront ajouter les paroles et l’âme même de Pearl Jam. Les paroles de Vedder sont souvent personnelles et peuvent traiter de l’enfance difficile (Jeremy, Alive) comme de sa passion pour le surf (Oceans).

Critiqué à sa sortie par certains cadors du mouvement alternatif, Cobain en tête, pour être un album commercial, Ten n’en demeure pas moins un des albums rock/metal les plus reconnus à ce jour. Les succès en termes de vente de ‘Even Flow’, ‘Jeremy’ ou ‘Alive’ ne vident pas l’album de sa substantifique moelle musicale. Au contraire, ils ne font que la consacrer.

Le son de Pearl Jam est un assemblage hétéroclite, où les origines grunge de Gossard et Ament partagent les mêmes eaux que la guitare plus ‘funky’ de McCready ou le chant possédé de Vedder. C’est un instantané plus riche que celui de Nirvana, qui s’il cartonne avec des hits singles taillés pour MTV et les kids, renferme aussi des pépites plus intimistes comme ‘Garden’ ou ‘Oceans’. Là où Cobain et les siens retranscrivaient la rage et la fougue, Pearl Jam y ajoute la sensibilité et une richesse musicale que peut-être seul Dinosaur Jr put atteindre sans le succès commercial et que seul Soundgarden a légèrement effleuré du bout du doigt sur Badmotorfinger.

Le succès de Ten fut tel qu’il finit par dépasser en termes de vente le Nevermind de Nirvana. Tel aussi, que Vedder & Co. semblèrent par la suite à tout prix vouloir s’en affranchir en refusant peu à peu les contraintes du star system et faisant tout pour rompre avec l’image d’un groupe facile.

Alors qu’en cette année 2009, une version ‘Legacy’ de Ten agrémentée d’enregistrement inédits et de versions nouvelles de l’opus vient de sortir, Pearl Jam, plus que jamais, demeure un groupe d’exception. Si en 1991 vous étiez trop jeunes pour connaitre le groupe ou trop underground pour daigner les écouter, alors peut-être que 2009 servira à réparer cette injustice.

7 Commentaires

6 J'aime

Partager

Lamikawet - 01 Avril 2011: Un grand album de rock, tout simplement.
C'est vrai que Cobain avait taxé le groupe de commercial...l'hôpital qui se fout de la charité
Lamikawet - 01 Avril 2011: D'ailleurs, pour les plus jeunes qui hésiteraient encore, jetez donc une oreille sur les deux suivants, Vs et Vitalogy, qui contiennent des titres biens pêchus et des morceaux acoustiques de toute beauté
samolice - 07 Septembre 2012: Merci pour la chro.
Je rejoins Lamikawet.
Le deuxième album est foncièrement rock. Il est excellent. Un million d'albums vendu en une semaine, ça calme. Il parait que quelques copies ont été pressées avec le titre "Five Against One". Ca vous dit quelque chose?
Désolé de ne parler que de Vs dans un commentaire de l'album précédent.
MarkoFromMars - 22 Octobre 2012: Rares sont les albums qui me filent des émotions à l’heure actuelle. Ce Ten me fait partir sur la planète Mars (au hasard) sans aucun artifice ni substance, Juste la voix (quelle voix!) d'Eddie pour me faire voyager. Et Black me paralyse complètement, quelle beauté ce titre!
Merci pour la chronique.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Hacktivist

27 Janvier 2014

Un opus d'exception où même les pistes bonus constituent de véritables trésors.

-- EN COURS DE MODIFICATION --

Il est fort regrettable, qu'une des toutes premières idoles charismatiques du grunge nous quitte déjà, après avoir subi une overdose d'héroïne en 1990 à l'âge de vingt-quatre ans seulement. Alors que Andrew Wood officiait déjà dans l'un, pour ne pas dire le père du mouvement grunge formé au début des 80's, avant même l'arrivée de Soundgarden ou de Green River, Malfunkshun dont il était le leader depuis son plus jeune âge, n'avait néanmoins pas encore eu l'opportunité de sortir un opus. Après le split de Malfunkshun en 1988, il fonda un nouveau groupe du nom de Mother Love Bone et enregistra "Apple" - un premier album qui ne verra le jour qu'après le décès de son vocaliste. Considéré comme le foyer, le berceau historique du grunge, sa vie se termina donc à Seattle.

C'est ainsi qu'après cette tragédie, deux ex-membres de Mother Love Bone (ayant aussi officié au sein de Green River) - Jeff Ament, Stone Gossard puis Mike McCready décidèrent de recruter Dave Krusen à la batterie puis Eddie Vedder au poste de vocaliste alors que le quatuor se nommait alors Mookie Blaylock, en référence à un joueur de basket professionnel qu'ils admiraient. La confiote de Pearl est donc née suite à la signature avec le label Epic Records se rebaptisant nul autrement que Pearl Jam (petit clin d'oeil adressé à la grand-mère de Eddie Vedder, qui dit-il, savait faire une confiture très spéciale).

Paradoxalement au triomphe connu par "Nevermind" - Kurt Cobain critiqua Pearl Jam pour son succès commercial et de ce fait, cette première oeuvre du nom de "Ten" - se hissant même au-delà du second album de Nirvana pour son aspect plus intense. Ainsi, le titre d'ouverture poignant répondant au nom de "Once" ne manquera pas d'accrocher l'auditeur dès les premières notes et notamment par son intro assez mystérieuse voire même chaotique. On y retrouve ainsi, le chant possédé et enragé si caractéristique de Eddie Vedder, avec un refrain et des envolées hard-rock d'une rare intensité.

En parlant de cette introduction, elle constitue le premier volet d'une piste cachée appelée "Master/Slave" auquel s'ajoute une seconde partie arrivant après le morceau "Release" (à partir de 05:26 environ) clôturant l'album. Hormis les choeurs de Vedder intervenant de manières discontinues, il s'agit en effet, d'une pièce purement instrumentale, présentant une ligne de basse fretless interprétée par Jeff Ament ainsi que d'étranges sons de claviers.

Qu'on le veuille ou non, ce "Ten" est un enchaînement de hits tous plus expressifs et dignes d'intérêt les uns que les autres où le combo effectue un travail remarquable sur les lyrics. A l'heure où cette fameuse génération X ne cesse de s'apitoyer sur son sort et de mettre en avant son mal-être ou ses mauvaises expériences, Pearl Jam, lui, traite en plus de cela, de questions sociales et donc existentielles sur "Even Flow" ou "Why Go" ou encore de passions plus personnelles comme sur "Oceans" (le surf pour Eddie Vedder).

Aussi, que dire de "Even Flow" et de son intro qui effleure presque le stoner ou de l'hymne fondateur "Alive" contenant un des plus grands solos jamais réalisés par le guitariste McCready et de l'utilisation de la pédale wah-wah ? Leur point commun, des refrains entêtants chantés à la perfection où la mélancolie et les frissons s'invitent même lorsque la voix du très charismatique Vedder s'élève sur "Black" - véritable chef-d'oeuvre intemporel, traversant les époques. Tout comme "Garden" laissant place à une forme d'apaisement et de sérénité ou encore avec le très planant "Release" pour ne citer qu'eux, le chant aérien et les refrains particulièrement rythmés de "Black" forment un ensemble des plus déprimants. Enfin, si l'on continue de décortiquer ce "Ten" avec précision, on pourra même forcer la comparaison avec le vocaliste Chris Cornell lorsque Eddie Vedder monte en puissance sur "Jeremy" avec sa voix cassée (cf. à partir de 02:49).

Riche. Intense. Paralysant. Trois adjectifs qui pourraient bien décrire cette oeuvre majeure du mouvement grunge qu'est "Ten". Si bien que la musique de Pearl Jam ne peut laisser indifférent un auditeur quel qu'il soit. Un opus d'exception où même les pistes bonus constituent de véritables trésors comme la jazzy et très expérimentale "Dirty Frank" par exemple. C'est dire, que la volonté du groupe à se distinguer du heavy metal lourd et sombre de Alice In Chains, des sonorités punk-hardcore ainsi que des assemblages pop-grunge de Nirvana (entre autres) est désormais chose faîte. On peut donc dire qu'un nouveau chapitre grunge s'est ouvert en ce début des 90's et Pearl Jam est bien sûr l'un de ses groupes, qu'on écoutera avec toujours autant de passion dans de nombreuses années.

7 Commentaires

2 J'aime

Partager

Hacktivist - 30 Janvier 2014: Merci de ton commentaire. En effet, les sons peuvent beaucoup varier selon les formations grunge et c'est à peu près le cas pour chaque groupe de l'ancien Big Four je trouve. Et oui, Pearl Jam continue à nous émerveiller après tant d'années.
MCGRE - 30 Janvier 2014: Ah Ten cet album transpire de l'émotion a la pelle hé hé , c'est bien simple quand je l'écoute et c'est très fréquent j'ai la chair de poule , et cette voix putain qu'elle classe , un must moi je vous dis hé hé .
Hacktivist - 31 Janvier 2014: Oui, et puis ce "Black" tout simplement sublime...
venomesque - 21 Août 2014: Bravo pour la chronique de ce disque fabuleux...je le place aisément dans mon top 10 de disques favoris, et bravo pour toutes ces "chroniques grunge" que tu livres et que j'ai déjà eu l'occasion de lire, tu en parle toujours super bien!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire