Sterneneisen

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe In Extremo
Nom de l'album Sterneneisen
Type Album
Date de parution 25 Fevrier 2011
Style MusicalFolk Metal
Membres possèdant cet album43

Tracklist

Digipack version contains a DVD
1. Zigeunerskat
2. Gold
3. Viva la Vida
4. Siehst du das Licht
5. Stalker
6. Hol die Sterne
7. Sterneneisen
8. Zauberspruch No. VII
9. Auge um Auge
10. Schau zum Mond
11. Unsichtbar
12. Vermiss Dich
DVD (Digipack version)
Wahre Jarhe - Live in Erfurt DVD
1. Hiemali Tempore
2. Nymphenzeit
3. Ai Vis Lo Lop
4. Wind
5. Erdbeermund
6. Die Gier
7. Omnia Sol Temperat
8. In Diesem Licht
9. Spielmann

Chronique @ Wilhelm

27 Août 2011

L'envol d'In Extremo

In Extremo, groupe de Rock médiéval emblématique de la scène allemande avec Subway to Sally, revient enfin le 25 février 2011 avec "Sterneneisen" (Fer des étoiles), 3 ans après la sortie de "Sängerkrieg". On constate en 2011 que le groupe a beaucoup évolué par rapport à ses premiers albums comme "Gold" ou "Weckt die Toten". Ayant quelque peu délaissé les textes de Carmina Burana ainsi que les anciennes musiques traditionnelles en langue morte, In Extremo choisit visiblement de poursuivre sa modernisation avec Sterneneisen où 10 titres sur 12 sont chantés en Allemand. Cette nouvelle sortie se voit marquée par le départ du batteur Der Morgenstern qui avait accompagné le groupe depuis ses débuts en 1997. Celui-ci en raison d'un désaccord sur la nouvelle direction musicale du groupe, est remplacé par le jeune Specki T.D (TD sont les initiales pour "The Drummer"), issu d'un groupe franchement peu intéressant nommé Letzte Instanz. Ce dernier est d'ailleurs le seul membre du groupe n'étant pas originaire de l'ancienne République démocratique allemande.

Concernant la pochette, celle-ci est tout à fait analogue à celle de "Mein Rasend Herz". Cet album qui avait pour intention de visiter les atmosphères maritimes et les thèmes de la naviguation sur mer se voit ici remplacé par le thème de l'aviation dont les objectifs sont de nous faire éprouver un sentiment de liberté typiquement aérienne. Les bouées et ancres accrochées à l'avion rappellent clairement cette période de "Mein Rasend Herz".

In Extremo mêle toujours aussi habilement les instruments anciens tels que la harpe, la flûte et la cornemuse à des instruments typiquement "metal" comme la guitare et la batterie. Cet alliage donne une véritable puissance aux compositions, ce qui n'est pas sans rappeler les premières œuvres industrielles d'un Rammstein de l'époque Herzeleid. D'ailleurs cet aspect lourd et haché typiquement industriel se retrouve en particulier sur le titre "Auge um Auge" mais l'usage d'instruments traditionnels et la prédominance de la cornemuse font qu'In Extremo conserve une aura tout à fait personnelle et unique. En outre, les vocaux gutturaux du chanteur Michael Rhein justifieront aux yeux de certains la comparaison à Rammstein. Or, In Extremo s'inspire de la tradition des ménestrels et la voix râlée et caverneuse est tout à fait propice pour refléter l'art troubadour du groupe. Comme le veut la tradition chez In Extremo, le huitième track n'est autre qu'une formule magique de Mersebourg "Zauberspruch No. VII" chantée en Vieux haut-allemand dont les formules étaient déjà chantées sur les albums "Hameln", "Verhert und Angespien" et "Sünder Ohne Zügel". Le chant ravira forcément les amateurs de la langue allemande qui se déploie ici une fois encore dans toute sa rudesse et sa fermeté. Comme le dit Michael Rhein, la négativité n'a pas sa place dans In Extremo. Les compositions sont toutes ici imprégnées d'une joie médiévale et les rythmes plus ou moins Folk transmettent un véritable élan de vitalité comme le morceau "Viva la Vida". Certains titres sont beaucoup plus calmes et reposants comme "Gold" et "Vermiss dich" où les cornemuses confèrent les sentiments de nostalgie qui étaient typiques à l'album "Mein Rasend Herz". Le fait qu'In Extremo compose désormais en grande partie ses propres morceaux sans reprendre d'anciens textes du Moyen-Âge sur un rythme traditionnel déjà entendu ajoute à la diversité et à l'autonomie du groupe.

Avec à peu près 3 quarts d'heure d'écoute d'un album riche et varié, on peut être satisfait du disque qui est une oeuvre honnête et sincère de plus s'ajoutant à la discographie honorable d'In Extremo. Littéralement traduit par "Jusqu'au bout" en latin, In Extremo poursuit son évolution en conservant honneur et intégrité. Un album dispensable pour les non-amateurs du genre, mais les fans ayant suivi le groupe jusqu'à maintenant ne seront pas déçus.

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
MrDamage57 - 27 Août 2011: Très bonne chronique du dernier album d'In Extremo. A sa lecture on a envie de se précipiter au magasin pour l'acheter.
TILLMANN - 03 Septembre 2011: Merci Wilhelm pour ta chronique, à quand in extremo au Hellfest? ce serait quand même bon! tschuess
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Destroyer999

21 Décembre 2011

Un album qui en ravira plus d'un

J’ai donc pris le temps de plusieurs écoute du magnifique « Sterneneisen » qui pourrait se traduire par « Etoile de Fer » dans la langue de Molière. Suite à la lecture de la magnifique chronique de « Wilhelm », je ne sais guère si je serais à la hauteur, mais je décide quand même à chroniquer cette merveille.
Comme je le disais donc, l’intitulé se traduisant par « Etoile de Fer » fait donc référence à l’immensité de la galaxie, de l’air, du vide et donc de la liberté sans rien pour nous retenir… J’associerais au mot « Eisen », « Fer » dans notre langue, le coté bien évidemment musical qui n’est autre que le metal.
L’artwork est quant à lui bien représentatif du titre, on y voit la bannière avec le logo du groupe et par-dessus, une étoile. Cette bannière est portée par un avion planant dans le ciel, avec des accessoires entre autres maritimes rappelant bien évidemment « Mein Rasend Herz ».

Tout au long de l’album, nous retrouvons le fameux Folk Metal moyenâgeux qui qualifie tant In Extremo, toujours emmené par de gros riffs de guitares, une batterie claire et bien présente, mélangés aux sons de la cornemuse, de la flute ou encore de la harpe. Le tout porté par un chant plutôt guttural de notre chère « Das Letzte Einhorn » alias Michael Rhein. L’intégralité des titres est chanté en allemand, mise à part un titre, la huitième piste « Zauberspruch No. VII ».
L’album est composé de titres plus entrainants les uns que les autres, donnant envie de bons pogos, une pinte à la main bien évidemment.

Bien, parlons maintenant de quelques titres. Qu'avons nous là? Et bien le premier titre déjà très prometteur : "Zigeunerskat". Ce titre nous envoie du rêve, la musique est brutale et typique d'In Extremo, soulevé par les mélodies des instruments à vent, il n'y à rien à dire, du bon Folk allemand, bien carré aux senteurs de houblons..
Ensuite, parlons un peu du titre éponyme, nous ne pouvons le mettre de côté. Le fabuleux Sterneneisen. Cet piste commence de suite par de bon riffs à la guitare, suivis de prêt par la partie vocal. Viens ensuite la cornemuse qui retentit quand surgit le refrain, refrain on ne peut plus entraînant. Si avec ceci vous n'avez toujours pas le coeur à partir au combat, parcourant les terres germaniques et séduisant quelques demoiselles, et bien je ne saurais que faire pour vous (rire).
Je terminerais en évoquant le dernier titre de l'album : "Vermiss Dich" ou "Tu me manque". Titre magnifique concluant un album magnifique, avec une musique plus douce, comme son titre, et un chant toujours aussi atypique à notre vocaliste, qui respire la nostalgie.

In Extremo nous livre donc une oeuvre grandiose, splendide, qui promet une bonne tournée et leur promet un bon avenir. En espérant qu'ils continuent ainsi...
Seul petit bémol? Et bien, un album trop court, on aimerait tant qu'il ne s'arrête pas... Mais en vain, un album qui en ravira plus d'un!

Ps : J’espère avoir été à la hauteur de Sterneneisen et je vous remercie de m'avoir lu. Je devrais quand à moi les apercevoir au Wacken. Bonne écoute et bons concerts à tous!

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire