Sins of the Past

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Helstar
Nom de l'album Sins of the Past
Type Compilation
Date de parution 2007
Style MusicalPower Metal
Membres possèdant cet album13

Tracklist

1. Burning Star
2. Suicidal Nightmare
3. The King Is Dead
4. Evil Reign
5. Baptised in Blood
6. Witch's Eye
7. Tyrannacide
8. Harkers Tale
9. Angel of Deathe
10. Draculas Castle
11. Face the Wicked One
12. Tormentor (New Song !)
13. Caress of the Dead (New Song !)
& Addition Video Material (1 Hour)

Chronique @ Chacal

27 Fevrier 2008
Malgré le fait que Helstar soit un groupe culte dans le monde du métal, ce n'est qu'aujourd'hui que je pose une oreille sur leur musique avec ce « Sins of the Past », compilation un peu particulière. Particulière dans le sens où elle propose 11 morceaux tirés des 4 albums du combo « Burning Star » (1984), « Remnants of War » (1986), « A Distant Thunder » (1988) et « Nosferatu » (1989) tous réenregistrés par le nouveau line-up et, bien évidement, avec une production plus moderne. Pour ne pas trop laisser les fans sur leur faim et donner quand même un intérêt à la chose, 2 nouvelles compositions clôturent la galette.

Revenir sur le devant de la scène avec de vieux titres revisités est toujours un peu délicat : le choix des morceaux est-il assez judicieux pour satisfaire les fans de toujours et, éventuellement, en attirer de nouveaux ? Cette nouvelle sonorité ne va t'elle pas finalement dénaturer les chansons de l'époque ? En tous cas, la chose est faite et « Sins of the Past » est dans les bacs de votre disquaire préféré. Ne connaissant pas le groupe, impossible pour moi de vous dire si cette compil est bien représentative du combo et si tous les hits sont bien présents.
Toujours est-il qu'ils ne sont pas là pour enfiler des perles !!! Helstar œuvre dans un heavy/speed bien posé, qui, de temps à autre, serait limite trash. Le style est franchement typé années 80 à tel point que cela en est presque caricatural. Les rythmiques sont constituées de gros accords incisifs accompagnés de saccadés rapides, toujours jouées à brides abattues. Les breaks, plus ou moins bien amenés, sont légion et délimitent généralement les envolées musicales. C'est carré, brutal mais les solos restent riches en mélodies et prouvent que Larry Barragan et Rob Trevino ont toujours foi en leur musique. Le nouveau batteur, Russell DeLeon tient la forme olympique et son intégration au sein de Helstar est réussie. Il frappe comme un bûcheron et ne lésine pas sur les rouleaux et autres changements !
Mais le plus flagrant reste le travail de James Riviera : son chant proche de celui de Rob Halford est en parfaite adéquation avec le style musical opté par le groupe. Sa voix, puissante à souhait, est toujours capable de monter très haut dans les aigus. Mais ce qui est vraiment remarquable, c'est cette façon de chanter, aujourd'hui plus vraiment pratiquée, super caractéristique des eighties. Comment ne pas penser à des groupes comme Iron Maiden, Manowar ou autre Savage Grace ...
Les 2 nouveaux titres se fondent complètement dans la masse comme s'ils avaient toujours existé : la façon de composer d'Helstar à ce jour est identique à celle pratiquée à l'époque et les musiciens restent fidèles à leur propre style, preuve qu'ils aiment vraiment ce qu'ils font.

Si chacun des morceaux est agréable à l'écoute, il s'avère qu'il est quand même difficile d'écouter l'album d'un trait. Les chansons restent linéaires et le chant de Rivera devient vite rébarbatif. C'est bien un peu tout le temps pareil et cela devient fatiguant au bout du quatrième titre. Pour ma part, je prends plaisir à l'écouter partiellement de temps à autre, mais il n'aura pas réussi à me transformer en un fan inconditionnel.

Même si le fait d'avoir réchauffé des vieux titres plutôt que d'avoir directement proposé du matériel neuf reste discutable, « Sins of the Past » permet de constater que le groupe est en forme et va continuer sur la même lancée qu'à l'époque, ce qui a au moins l'avantage de rassurer les fans. Maintenant seulement 2 titres pour patienter, c'est léger, mais il faut bien savoir se faire désirer ...

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire