Silhouettes

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Textures
Nom de l'album Silhouettes
Type Album
Date de parution 21 Avril 2008
Style MusicalMetal Moderne
Membres possèdant cet album89

Tracklist

1. Old Days Born Anew 05:37
2. The Sun's Architect 05:16
3. Awake 04:15
4. Laments of an Icarus 04:12
5. One Eye for a Thousand 06:15
6. State of Disobedience 04:10
7. Storm Warning 05:47
8. Messengers 05:09
9. To Erase a Lifetime 06:53
Total playing time 47:37

Chronique @ Julien

17 Avril 2008
Ce qu’il y a de bien avec Textures c’est que le groupe est en évolution constante. Après un premier opus, Polars plutôt assez soft, le groupe était revenu il y deux ans avec un Drawing Circles très convaincant. L’album de 2008 était donc attendu avec impatience et une pointe d’appréhension. Résultat un album plus percussif de prima bort mais toujours aussi appréciable et recherché.

La marche en avant du groupe est donc amorcée. Pas d’inquiétude, si vous aviez été déconcerté par Drawing Circles vous le serez moins avec Silhouettes. On pourrait dire qu’il se situ dans la veine parallèle de Drawing Circles mais la veine parallèle brutale. En effet a l’instar du premier titre « Old Days Born Anew », l’on se prend une méchante claque. Ce n’est pas pour autant que le groupe a perdu son âme. Outre un réel pas en avant dans le coté direct de certains riffs, le groupe a su garder ses influences passées. Structures dissonantes, ambiances pesantes, break et pont aérés. Un ami me faisait très justement remarqué qu’au sein d’un seul et même titre, on pouvait trouvé du « métal moderne in your face » sur les 3 premières minutes et une ambiance très sombre et pesante sur les 3 dernières. C’est ça Textures, c’est un savant mélange de tout cela. Mon propos sera très largement illustré si vous écoutez à la suite le planant « Messengers » et le très headbanguant « State of Disobedience ».
Il n’y a pas que la musique qui a évolué dans ce Silhouettes. Le chant a lui aussi pris une autre dimension. Malheureusement ce n’est pas forcément celle que j’aurais aimée. Le chant clair et moi a toujours fait deux. Ce n’est pas qu’il soit mauvais, bien au contraire Eric s’en sort très bien, c’est juste que ça me saoule. Plus présent que sur Drawing Circles, il m’a un peu gâché mon plaisir mais la qualité des riffs fait quand même la différence.
Niveau son, là aussi une évolution. Plus râpeux, il fait monter la sauce d’un cran. C’est un peu difficile à décrire car c’est n’est pas plus death mais presque. Grosse puissance sonore, grosse production.

Un album qui se révèlera au cours des écoutes et qui possède d’indéniables qualités. Reste l’histoire du chant clair mais bon, un riff qui tue reste un riff qui tue………

4 Commentaires

4 J'aime

Partager
Beus - 26 Octobre 2008: Une bonne chronique qui résume très bien cet album, pour moi captivant de part ses multiples facettes. A découvrir!

Metal Up Your Ass!
shiriu - 28 Fevrier 2009: Le même son, quasi les mêmes riffs, des breaks identiques, un plagiat honteux du dieu Devin Townsend!!! Seuls le chant, souvent écorché et peu mélodique (certains diront que c'est idéal pour cette musique: qu'ils aillent écouter Townsend ou se faire voir), et des compos plus prog dans l'esprit, font que ce groupe se démarque de leur créateur. Le morceau Disobedience a une petite influence de Corrosion of Conformity qui n'est pas pour me déplaire. Ce qui me fait mettre cette note (9/20) est que certains morceaux ont des bases trash qui me plaisent bien, le reste n'est que copie scandaleuse des premiers Townsend. Les 2 derniers morceaux sont vraiment sympas...
revan - 19 Octobre 2010: un album excellent selon moi, l'un des meilleurs pondu par Textures.
'Awake' reste l'une de mes chansons préférés de ce groupe.

Sinon une bonne chronique qui résume bien l'album ^^
Abigael - 12 Décembre 2010: Je suis d'accord avec Shiriu.

Ils pompent trop à droite et à gauche et on plonge pratiquement dans le plagiat parfois. La qualité technique est là mais l'originalité non.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ New_Dawn

26 Octobre 2011

L'album de la consécration

Enregistré en 2008 et produit par Jochem Jacobs, guitariste au sein de la formation batave, Silhouettes s'érige comme le digne successeur du déjà impressionnant et majestueux Drawing Circles.
En l'espace de trois albums, Textures a réussi à s'imposer en tant que formation originale au sein de l'univers "djent", qui n'est autre qu'une sous division du métal progressif, popularisé par des groupes comme Periphery.
Alors que dire de ce troisième album de Textures ? Encore une fois, tout en restant dans la lignée du précédent opus, le groupe nous offre une évolution dans les compositions ; l'album pouvant faire penser à une mixture entre la polyrythmie de Meshuggah et des parties empruntées à Faith No More ou encore Devin Townsend.

Dès le titre d'entrée, Old Days Born Anew, premier constat, le groupe ne se repose pas sur ses lauriers. Composition massive alternant parties ravageuses et "thrashy" à d'autres plus atmosphériques, grâce à l'apport intelligent de samples. Les voix claires ici, la façon dont elles sont amenées et accompagnées, fait que l'on ne tombe pas dans la niaiserie, mais amène un côté reposant, "jazzy" à l'ensemble, permettant une aération de la structure.
Silhouette se poursuit, alternant les titres d'une réelle et impressionnante efficacité. Le "métal polyrythmique" tendant vers le "core" par moment du premier album "Polars", a depuis Drawing Circles évolué constamment pour en arriver au résultat présenté sur cette réalisation.

Les structurations, à l'instar de groupes comme Meshuggah, sont aérées comme je l'ai précisé précédemment, facilitant l'écoute et nous permettant d'apprécier les nombreuses subtilités musicales que nous proposent les bataves. Entre l'efficacité d'un "The Sun's Architect" ou encore "Storm Warning" (aah ce refrain) aux riffs principaux puissants, aux ambiances et à la subtilité d'un "Awake" ou d'un "Messengers" que n'aurait pas renier Tool ou Devin Townsend ; Textures nous propose sa propre approche de son style musical.
Le côté progressif est sur cet album encore plus mis en avant qu'auparavant, il est sur ce point bon d'applaudir les performances vocales d'Erik Kalsbeek qui est épatant dans tous les registres, clairs ou hurlés (il suffit d'écouter l'intro d'Awake ou encore Messengers pour s'en rendre compte niveau voix claires). C'est en partie ces alternances de chants qui augmentent l'intérêt (déjà haut placé !) de l'ensemble.

Pour faire un rendu global de l'album, Silhouettes reprend les éléments de Drawing Circles, mais les épure, rendant celui-ci peut-être plus digeste que son prédécesseur.
Silhouettes est fait de hargne (Lament Of An Icarus, Old Days Born Anew ..), de polyrythmie technique (The Sun's Architect), d'ambiances profondes et atmosphériques (One Eye For A Thousand, Messengers ..) et d'un feeling particulier, donnant à Textures les bases pour s'ériger en maîtres du style.
J'aimerai juste ajouter que les paroles sont elles aussi très intéressantes, si vous en avez l'occasion essayer de vous penchez dessus.

N.D.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Textures