Seven Churches

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Possessed
Nom de l'album Seven Churches
Type Album
Date de parution 16 Octobre 1985
Produit par Randy Burns
Style MusicalDeath Thrash
Membres possèdant cet album445

Tracklist

Re-Issue in 1998 by Century Media
Re-Issue in 2009 by Back On Black on vinyl
1. The Exorcist 04:52
2. Pentagram 03:34
3. Burning in Hell 03:10
4. Evil Warriors 03:44
5. Seven Churches 03:15
6. Satan's Curse 04:16
7. Holy Hell 04:12
8. Twisted Minds 05:11
9. Fallen Angel 03:58
10. Death Metal 03:18
Total playing time 39:32

Chronique @ Fabien

21 Avril 2008
Possessed se forme entre 1982 & 1983 à San Francisco, autour des amis de collège Jeff Beccera, Mike Torrao & Mike Sus, sous l'influence directe de Venom & Slayer. Le groupe balance toutefois un thrash d’une violence incroyable, tout en renvoyant une image ouvertement satanique. Ainsi, désireux de jouer la musique la plus heavy et la plus rapide de la planète, et usant de vocaux rocailleux encore inédits, les californiens inventent et associent le terme deathmetal, qui n’évoque ni les mots speed, thrash et black, déjà présents à cette époque. La démo Death Metal de 1984 et son titre éponyme empruntent d’ailleurs ce qualificatif, influençant les jeunes formations underground US de l’époque, comme Mantas ou Executionner (Death, Obituary), qui délaissent alors leur style calé entre Venom et Motörhead, pour un trip définitivement plus radical et plus violent.

Peu après le remplacement de Brian Montana par l’excellent Larry Lalonde, Possessed décroche un contrat avec le jeune label Combat Records, débouchant sur l'enregistrement de Seven Churches avec Randy Burns aux Prairie Sun Studios (au milieu d’un élevage de poulets !), et sur sa sortie en octobre 1985. Poussant le concept satanique de Venom ou Slayer dans des retranchements encore inconnus, et assénant un thrash d’une rapidité et d’une brutalité manifeste, l'album fait ainsi immédiatement l’effet d’une bombe dans le milieu.

Les rythmiques de Sus sont simples mais aussi terriblement efficaces, supportant les rafales de riffs tranchants du tandem Torrao / Lalonde, et les vociférations haineuses & éraillées de Becerra. Depuis l’intro & les riffs diaboliques de l’intemporel The Exorcist, jusqu’aux breaks meurtriers de Burning In Hell & Satan Curse, en passant par les rythmiques infernales d’Evil Warriors & du titre éponyme, Seven Churches frappe juste, subjuguant les jeunes thrashers de l'époque.

Ouvertement sombre, d’une violence thrash et d’une vitesse rythmique inédites, Seven Churches bouscule ainsi, à l’instar du Morbid Tales des suisses de Celtic Frost, tous les codes établis jusqu’à lors sur les scènes extrême du moment. En cette année 1985, Possessed pousse en effet son thrash vers les portes d’un nouveau genre, qu’il qualifie lui-même de deathmetal, contribuant ainsi fortement à sa définition, aux côtés de ses homologues Death, Sepultura, Master, Insanity, Morbid Angel ou Genocide (Repulsion). Considéré par certains comme l’oeuvre pionnière du death US, d’une influence considérable, Seven Churches figure ainsi parmi les passerelles incontournables entre les deux styles, dégageant une fougue et un tourbillon de haine toujours aussi impressionnants, plus de deux décennies après sa sortie.

Fabien.

17 Commentaires

33 J'aime

Partager

albundy57 - 20 Septembre 2010: Un album légendaire à placer au panthéon du métal!

Une des pierres angulaires de l'édifice du métal extrême qui aura influencé le milieu death et le milieu black.
Tout simplement ENORME et indispensable...
keketomax - 09 Septembre 2012: Album génial, je lui metterais un bon 19sur20!
swit35 - 04 Septembre 2013: J'ai découvert ce bloc de Metal à la sortie du Ep The Eyes of Horror en 87 que je vénère et que j'écoute à chaque fois que la frénésie Possessed me prend... très souvent en fait ! Ce Seven Churches est effectivement un point de départ, une oeuvre fondatrice du Metal Extreme... Apportant un cran de violence au dessus de Venom et en tapant dans le mille chez les thrashers/speedster de l'époque grâce à la technique virtuose de Lary Lalonde... dont on ne parle pas ici. Dommage car il apporte beaucoup à Possessed et son départ pour Blind Illusion laissera un grand vide ensuite.

Merci Fabien pour cette chronique précise et les commentaires avisés.
Baal666 - 25 Mai 2019:

Après la découverte du groupe avec Revelations Of Oblivion ( je connaissais quand même le groupe pour être une référence en matière de death metal) la commande est passé, hate d'écouter Ce bijou

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Stench

31 Août 2005
Ce premier album d’anthologie est sans aucun doute le premier album de death de l’histoire du métal, et à ce titre a marqué toute une génération de metalheads (on ne compte plus les photos de groupes à l’époque, dont les membres portent un t-shirt « Seven Churches »). Eh oui, pour les septiques, le « Scream Bloody gore » n’est sorti qu’un an plus tard !Si on est encore loin des Suffocation et autres Brodequin, on peut dire que ce disque constitue l’acte de naissance du death, en particulier par l’ambiance qui s’en dégage, dès l’intro sombre « The exorcist », tiré du film du même nom, et cela jusqu’à la dernière note. Même si certains passages sonnent encore thrash, il reste que les solos diffèrent déjà de ce que Slayer et autres Testament faisaient, en poussant plus loin le coté hystérique, et de la même façon les riffs ont ce coté sombre qui deviendra la marque de fabrique du death métal pendant 15 ans (avant que « death métal » ne commence à rimer avec « je joue le plus vite possible sans savoir où je vais »…). Sombre, rapide, violent, tout est en place pour lancer un nouveau genre, il ne restait que les vocaux, et là, Jeff Becerra a surpassé tous les vocalistes de son époque, et reste aujourd’hui encore un des chanteurs préférés de nombre de fans de métal extrême. Loin de l’ultra guttural et porcin actuel, Jeff grognait de façon compréhensible, et il se dégageait de sa voix une émotion, une haine rageuse rarement égalée je trouve. Ce chant a influencé des chanteur comme Martin Van Drunnen par exemple. Petit mot pour finir sur une anecdote : beaucoup pensent que le style « Death métal » tient son nom du groupe Death… eh bien sachez qu’un an avant le premier album de Death, alors que ces derniers s’appelaient encore Mantas, Possessed nous pondait un hymne sur ce « Seven Churches » monstrueux, et devinez comment s’appelait cette bombe qui clôt l’album … « death métal », tout simplement ! Rendons à César ! Un album essentiel, indémodable, que tout le monde se doit de posséder !

3 Commentaires

6 J'aime

Partager
god_of_emptiness - 01 Août 2006: ahhhh "Stench" tu ne sais pas à quel point tu me fait plaisir, enfin quelqun qui prêche la même version de la naissance du style et du nom de death metal , "seven churches" est à l'origine de ce l'on appél aujourd'hui old school death metal et nom "Scream Bloody Gore"
albundy57 - 20 Septembre 2010: De toute manière, à cette époque, tous les groupes s'influençaient les uns les autres (à peu de choses près...), le milieu étant encore assez confiné. Mais d'un point de vue chronologique, POSSESSED a la paternité du nom et sûrement du style. Mais bon, à 1 ou 2 ans près il y a eu tellement d'autres albums cultes qui sont sortis. C'était le début de la belle époque bordel de dieu!!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Possessed