Runaljod – Yggdrasil

Liste des groupes Folk Pagan Wardruna Runaljod – Yggdrasil
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Wardruna
Nom de l'album Runaljod – Yggdrasil
Type Album
Date de parution 15 Mars 2013
Style MusicalFolk Pagan
Membres possèdant cet album88

Tracklist

1. Rotlaust Tre Fell 04:12
2. Fehu 06:45
3. NaudiR 06:32
4. EhwaR 04:11
5. AnsuR 06:32
6. IwaR 05:43
7. IngwaR 05:29
8. Gibu 05:30
9. Solringen 06:30
10. Sowelu 07:40
11. Helvegen 07:12
Total playing time 1:06:16

Chronique @ AlonewithL

30 Mars 2013

De la montagne enneigée, nous traversons désormais la plaine et ses forêts.

Eclipsant aujourd’hui, chez nombre d’esprits, des formations de neo folk de premier choix comme « Fejd », « Omnia » ou encore l’incontournable « Faun », le projet norvégien « Wardruna » doit beaucoup au fait d’avoir en son sein d’anciens membres de la formation de black metal « Gorgoroth », dont l’expérimenté et fameux Gaahl. Il n’est donc pas étonnant que le combo fondé par Kvitrafn (ex-batteur de « Gorgoroth », doit-on le rappeler) ait plus de succès auprès du public metalleux. « Gap Var Ginnunga », premier volume d’un concept basé autour des runes, aura été applaudi, aussi bien des connaisseurs du genre que des très nombreux novices dans le domaine, découvrant le neo folk en même temps que « Wardruna ». Cette notoriété est tracassante. En un seul album ils ont su écraser tout le monde ou presque. En prenant du recul, on se rend compte que l’exploit de 2009 a été quelque peu exagéré, même si le produit a véritablement de quoi combler les attentes par son étonnante profondeur, mais aussi par l’atmosphère mystique qui s’en dégage. En 2013, « Wardruna » passe à la seconde étape. « Yggdrasil » succède ainsi à « Gap Var Ginnunga » et est en droit de confirmer l’assise du groupe de Bergen. De la montagne enneigée, nous traversons désormais la plaine et ses forêts.

« Yggdrasil » entretient une musique similaire à celle du précédent opus, elle repose néanmoins sur un autre univers, plus forestier, plus vivant celui-là. On en a un aperçu dès « Rotlaust Tre Fell », faisant transcender l’auditeur par ses percussions et ses chants tribaux. Le fan de « Wardruna » sera interloqué par ce gain en animation, cette perte en parallèle en contemplation. La musique parait donc plus étoffée, diversifiant les sons, les rythmes et les ambiances. C’est à la rencontre d’un monde sauvage et riche auquel on tend à nous convier. Le frais et palpitant « EhwaR » en est un parfait témoignage, soutenu par l’effort prodigué par la guimbarde et les percussions. « IngwaR » est une meilleure illustration encore de cet ajout en subtilité. Sur ce morceau on vibre dans un rythme haletant, imitant le galop. Les chants rupestres sauront alimenter la frénésie captivante qui en ressort, de même qu’ils augmenteront la tension de l’intense et oppressant « IwaR », autre morceau pris dans une rythmique soutenue se familiarisant avec une chevauchée.

Ces chants joueront un rôle déterminant dans l’ouvrage. Le plus souvent organisés en chœurs, il y aura également des dualités entre chants féminins et masculins de proposées. La voix limpide de Lindy Fay comblera l’harmonie d’un aquatique « NaudiR », titre bonifiant et relaxant. Elle se montrera d’ailleurs très pertinente sur « Sowelu ». Discrète, candide, au premier abord, dans une ambiance atmosphérique et nocturne cette fois. Tout aspire en son début à la tranquillité et à la méditation comme pour le solennel « Helvegen ». Dans les deux cas, le rythme finira par gagner en puissance et à imposer la transe sur la spiritualité. « Wardruna » n’a point perdu de son aspect ambiant des débuts, disons que le neo folk aurait pris une part plus importante dans la composition. On ne retient plus entièrement le son abrupt, profond et énigmatique de « Gap Var Ginnunga ». « Yggdrasil » fait place aux sonorités forestières, animalières et tribales. Nous croiserons fréquemment divers cris d’animaux, des bruissements originaires d’arbres et autres cognements de bois. La nature verdoyante des plaines est en action.

Cette nature grouillante, hostile, elle est indéniablement présente sur « AnsuR ». Le climat devient humide et orageux. La musique fait preuve d’insistance et de régularité, délivrant des grondements pour alourdir l’atmosphère. « Fehu » joue de même, il mise toutefois davantage sur l’acoustique, renforçant un côté champêtre assez enchanteur. Ce n’est pas non plus la chaleur accueillante et conviviale de « Gibu ». Pour le coup, ce titre emmené par l’éloquence du violon hardanger nous transporte d’un milieu ouvert aux quatre vents à un abri autour d’un feu et d’un bon festin. Le seul hic, s’il n’y avait pas de possibilité d’y boire de l’alcool, c’est la redondance du dit morceau. C’est aussi le petit inconvénient à retenir du posé et contemplatif « Solringen ». Bien regrettable, car le chant y est admirable, et la musique d’une fraîcheur sans pareil.

« Wardruna » vire du blanc au vert. Ce deuxième volet de la trilogie des runes nous emmène en bas des pentes escarpées de « Gap Var Ginnunga », dans des lieux boisés et peuplés de vie. Conséquence de ce changement d’altitude ; l’ambiant cède de la place face au neo folk. Néanmoins, malgré cette légère métamorphose, « Wardruna » reste « Wardruna ». Le combo est loin d’être méconnaissable et se base sur les sonorités ancestrales qui ont marqué ses glorieux premiers pas. Il n’est cependant pas dans la répétition, et préfère ainsi enrichir un concept, qui se repose sur des environnements variés. Du coup, cela rend la suite encore moins prévisible. Qui sait dans quel nouveau lieu la troupe de Kvitrafn et de Gaahl nous emmènera pour la prochaine fois ?

15/20

8 Commentaires

11 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Anahe - 31 Mars 2013: Très bonne chronique, comme toujours! Cependant, je te trouve un peu sévère sur la notation, j'aurais donné facilement un 17/20. Un véritable chef-d'oeuvre! Je le préfère d'ailleurs au premier opus.
hellnsabbath - 04 Avril 2013: le titre le plus étonnant est Solringen, en mon sens...je n'aurais jamais cru entendre une compo si optimiste / enjouée, chez Wardruna...
...dans le fond, ça rend l'album encore plus jouissif.

merci pour cette belle chronique
IvanChernomort - 22 Avril 2013: Très bonne chronique! Cependant je suis d'accord avec Anahe, moi aussi j'aurai mis facilement 17 ou 18 à cet album! Depuis sa sortie je l'écoute plusieurs fois par semaine et je ne m'en lasse pas! Chaque chanson est très belle, et cet ajout de complexité par rapport au premier opus me fait même préférer Yggdrasil à Gap var Ginunga!
hâte de voir ce que va donner le prochain album
AlonewithL - 22 Avril 2013: Je crois, moi, qu'ils peuvent encore aller bien plus loin, qu'ils peuvent creuser davantage. Cette oeuvre est de toute beauté, mais ne s'approche pas encore de l'excellence à mon goût. Ils ont agrémenté leur style par rapport au premier Runaljod, peut-être au détriment de l'aspect contemplatif fortement exprimé sur "Gap Var Ginnunga". De plus, je ne suis pas familier aux notes supérieures à 16/20. Je laisse ça aux très grandes oeuvres, à celles aussi parvenant au comble de la technique, de l'originalité et de l'émotion. Merci pour vos commentaires!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Wardruna


Autres albums populaires en Folk Pagan