Ritu

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Saille
Nom de l'album Ritu
Type Album
Date de parution 18 Janvier 2013
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album36

Tracklist

1.
 Blood Libel
Ecouter04:27
2.
 Subcutaneous Terror
Ecouter06:22
3.
 Fhtagn
Ecouter04:05
4.
 Upon the Idol of Crona
Ecouter06:18
5.
 Sati
Ecouter05:47
6.
 A Titan’s Sacrifice
Ecouter03:24
7.
 Haunter of the Dark
Ecouter05:24
8.
 Runaljod
Ecouter05:39
9.
 Ritual Descent
Ecouter06:01

Durée totale : 47:27

Acheter cet album

Saille



Chronique @ Matai

06 Fevrier 2013

« Ritu », meilleur que l'ensemble des sorties actuelles ? Meilleur qu' « Irreversible Decay » ? Oui, sans aucun doute.

Il est grand temps de quitter la vague russe qui nous assomme pour se diriger dans un pays plus proche qu'on ne l'aurait imaginé. Qui aurait crû que la Belgique renfermerait un jour un des groupes de black symphonique les plus prometteurs du moment ? La sortie de « Irreversible Decay » en 2011 nous avait fait découvrir un combo en grande forme, délivrant un art noir déroutant, fouillé et percutant. Saille est bien loin du cliché actuel mettant en avant une musique plus extrême que black, plus pompeuse qu'inspirée. Il délivre, avec autant d'audace que d'imagination, un ensemble particulièrement intense, violent et sombre qu'il serait dommage de rater.

Si le projet du claviériste Dries Gaerdelen était, à la base, totalement voué au studio, il s'avère qu'il prend de plus en plus forme, au point de créer des opus riches et d'effectuer des prestations live remarquées aux côtés de Melechesh, Ancient Rites ou Izegrim pour ne citer qu'eux. 2013 marque un nouveau bouleversement dans la carrière de Saille avec la sortie de « Ritu » enregistré aux Shumcot Studios, masterisé par Tom Kvalsvoll aux Strype Audio (Mayhem, Emperor, Arcturus, Limbonic Art) et de nouveau signé chez les Italiens de Code666. Les Belges conceptualisent leur album en le basant sur les rites funéraires des cultures anciennes et en s'inspirant de Lovecraft. Enfin, ils s'entourent de musiciens guests pour ce qui est des orchestrations.Le programme s'annonce sombre et raffiné...

D'entrée de jeu, la froideur des guitares et l'ambiance épique propres à Saille se font ressentir. « Blood Libel » commence en beauté avec une noirceur toute particulière et un léger côté théâtral proche de Carach Angren. La déflagration de guitares typiquement black metal ne se fait pas attendre, et les interludes au violon apportent beaucoup de piment, surtout lorsque les mélodies sonnent malsaines. « Subcutaneous Terror » enfonce le clou avec sa rapidité et son agressivité sans failles, son sens de la mélodie et du symphonique. Les orchestrations sont loin de recouvrir les guitares, qui gardent le premier rôle. La preuve avec le solo atmosphérique proche de celui d'un « Grotesquery Conceiled... » de Dimmu Borgir, la rapidité en plus.

La diversité des rites prennent plus de place par la suite, avec un « Fhtagn » incantatoire, référence ultime au Cthulhu de Lovecraft. « Sati » reprend le nom de la coutume funéraire hindoue dans laquelle la veuve s'immole. Du coup, on n'est pas étonnés de retrouver le bruit des crépitements du feu, du sitar, des chants traditionnels féminins, et la répétition du mot « Sati », comme un mantra, dans un morceau particulièrement riche et dérangeant, guidé par la variété des instruments et les terribles cris de Dennie.

On retrouve la force et la puissance du black symphonique à l'intérieur d'un morceau comme « Haunter of the Dark ». Saille varie les plaisirs, en nous offrant un tas de moments forts, comme cette déflagration, cette montée en puissance, ce jeu impeccable de batterie, ces choeurs, ces mélodies sombres et prenantes...sans oublier un « Ritual Descent » progressif et au final grandiose.

Difficile de trouver des points négatifs dans tout ça tant Saille arrive à se démarquer du lot. « Ritu » ne souffre d'aucune linéarité ni d'aucun temps mort et se dote d'une richesse et d'une force rares. L'osmose entre tous les instruments est quasi parfaite, les parties symphoniques sont mesurées et les parties purement black metal ne manquent pas d'accroche et d'efficacité. « Ritu », meilleur que l'ensemble des sorties actuelles ? Meilleur qu' « Irreversible Decay » ? Oui, sans aucun doute.

19 Commentaires

18 J'aime

Partager

harknoia - 07 Fevrier 2013: A lire la chronique et les commentaire, je vais de ce pas écouter ce qu'ils ont en ligne !
Morgart - 07 Fevrier 2013: Oui, ça m'a l'air vraiment intéressant comme groupe et ça tombe bien après les bouses de Dimmu Borgir. Je vais sûrement le commander celui-là. Je reviendrai avec un avis plus détaillé après les écoutes.
morgothduverdon - 11 Fevrier 2013: Bon, ben tu m'as donné envie de me pencher sur ce groupe, merci.
godgrinding - 18 Fevrier 2013: C'est du tout bon cet album!
Vraiment une excellente découverte (pour moi) en ce début 2013.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Saille