Return of the Pride

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe White Lion
Nom de l'album Return of the Pride
Type Album
Date de parution 14 Mars 2008
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album51

Tracklist

1. Sangre de Cristo 08:44
2. Dream 05:08
3. Live Your Life 04:52
4. Set Me Free 04:59
5. I Will 04:14
6. Battle at Little Big Horn 07:33
7. Never Let You Go 04:51
8. Gonna Do It my Way 04:25
9. Finally See the Light 04:56
10. Let Me Be Me 04:01
Bonustrack (European Release)
11. Take Me Home 03:51
Bonustrack (Japanese Release)
11. Dream (Acoustic)
Bonustrack (American Release)
11. Wait (Live)
12. When the Children Cry (Live)
Total playing time 53:43

Chronique @ dark_omens

23 Novembre 2013

Les griffes du félin sont élimées...


L'art est un processus qui se renouvelle sans cesse mais qui finit toujours par revenir à ses fondamentaux, aidé aussi en cela par cette indéfectible nostalgie qui anime tous ces adeptes prompts à ressentir à nouveau les émois de ces premières fois révolus. Tout fanatique de nouveautés que nous sommes, nous restons, en effet, vigilants à la moindre évocation de noms qui, autrefois, furent coupables de nos premiers frissons de plaisirs. Et ainsi n'est-il pas rare, pour ne pas dire systématique, de nous voir régulièrement nous enthousiasmer pour la réapparition d'illustres formations que le temps, le désintérêt et l'oubli auront condamné à un silence, souvent, méritoire.

Au chapitre de ces reformations susceptible d'être magnifiée par cette saine mélancolie, évoquons donc aujourd'hui le cas White Lion. Certains d'entre nous se souviendront le plaisir que ce groupe nous procura au cœur de ces années 80 aux sons de quelques œuvres pas nécessairement bouleversantes mais éminemment sympathiques (Pride (1987), Big Game (1989) et Mane Attraction (1991)). La suite pour le félin fut, malheureusement, nettement moins glorieuse puisque des dissensions finirent par avoir raison de lui. Et c'est ainsi que d'autres se souviendront davantage de l'épisode Freak Of Nature dans lequel Mike Tramp s'investit après cette disparition donnant naissance à deux albums très intéressants (Freak Of Nature (1993) et The Gathering Of Freaks (1994)). A partir de 1995, alors que Freak Of Nature exhala son dernier soupir, les apparitions du chanteur passèrent presque totalement inaperçu. Il fallut attendre dix sept longues années après le dernier rugissement du lion pour qu'il ne se relève enfin et nous propose d'entendre ce nouvel effort, au nom choisi en allusion à Pride (1987), du moins peut-on l'imaginer, intitulé The Return of the Pride.

Le premier constat décevant concernant ce retour du carnassier est cette apparence trompeuse avec laquelle, d'emblée, il se pare. Car si l'illustre chanteur originel de White Lion, Mike Tramp, est bien présent, il est le seul rescapé de l'aventure initiale. En effet, nulle présence ici de son mythique guitariste Vito Brata, de son bassiste James Lomenzo ou encore de son batteur Greg D'Angelo. Dès lors les pires interrogations naissent. Ce retour sera-t-il empreint de l'âme profonde du groupe ou sera-t-il simplement une illusion honteusement dissimulée derrière un alléchant paravent ? Aurons nous droit au vrai White Lion ou à un simulacre?

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, malgré l'absence de ceux qui forgèrent toutes les caractéristiques de ce groupe, l'esprit du grand fauve est bien présent. Du moins sa facette la moins musicalement sauvage puisqu'en effet ici nous avons droit à une relecture Hard Rock très mélodique, voire Hard-FM, de son visage le plus contestataire. Les griffes du fauve sont donc élimées et des titres tels que les aseptisés Dream, Live your Life, I Will, Never Let you Go et Finally See the Light font de la peine à entendre. Bien évidemment, White Lion n'aura jamais été Judas Priest et déplorer son manque d'agressivité pourrait paraître saugrenue. Toutefois cette absence d'ardeur est une réelle constance au sein des chansons déjà évoquées et au coeur d'autres guères plus notables. Tant et si bien que l'ennui fini par nous gagner.

De plus, sans dénigrer le moins du monde les aptitudes de ces nouveaux membres, aucun d'entre eux ne semble capable d'insuffler suffisamment de son talent pour faire oublier son illustre prédécesseur respectif. Pire encore, après l'écoute de l'ensemble de cet opus, peu de chose sont suffisamment marquante pour inscrire une quelconque satisfaction tenace en nos esprits désespérément vierges.

Dans cette faillite désastreuse quasi totale, heureusement que des pistes telles que les bons Sangre de Cristo, Set me Free, Battle at Little Big Horn et ses atmosphères américano-indienne, Let me Be et la jolie ballade Take me Home viennent, quelque peu, sauver ce navire d'un naufrage annoncé.

Il faut noter aussi que l'ensemble des refrains composés sur ce Return of the Pride sont souvent à la limite de frôler une naïveté assez gênante.

Nul besoin d'en dire davantage. Ce retour de White Lion s'inscrit comme l'un des plus anecdotiques dans le genre. Venant aisément concurrencer l'inutilité de celui d'Extreme, il nous navre.

3 Commentaires

1 J'aime

Partager
OVERKILL77 - 23 Novembre 2013: "Car si l'illustre chanteur originel de White Lion, Mike Tramp, est bien présent, il est le seul rescapé de l'aventure initiale."

Tout le problème est là... White Lion, c'était avant tout les riffs de Vito... WL sans Vito, c'est un peu Ozzy sans Randy. La pureté du "White", sans la hargne du "Lion" si je puis dire...

Bien fadasse à côté des "Lady of the Valley", "Tell Me", "Farewell to You" et autre "Cry for Freedom", cet album est, du peu que j'en ai écouté, une bien pâle copie des grandes heures du Lion.

Par contre, si quelqu'un veut par hasard se débarrasser d'un "Fight to Survive" trop encombrant, je suis preneur ;-)

Merci Darko, pour cette chronique qui reflète mon ressenti... m'enfin, de ce que j'en ai écouté...
krashno - 23 Novembre 2013: Faux retour finalement! un album plombé, entre autre, par des refrains mielleux. Mike Tramp aurait mieux fait de revenir avec Freak Of Nature et de donner une suite à l'excellent Gathering Of Freaks
David_Bordg - 13 Mars 2017: PRIDE et MANE ATTRACTION sympathiques mais pas forcément bouleversants. C'est deux albums sont terribles pour moi, et écoutés en boucle. Justement la voix de MIKE alliée de la légende VITO est carrément bouleversant.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire