Reinkaos

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dissection (SWE)
Nom de l'album Reinkaos
Type Album
Date de parution 30 Avril 2006
Membres possèdant cet album341

Tracklist

1. Nexion 218 01:32
2. Beyond the Horizon 05:20
3. Starless Aeon 03:59
4. Black Dragon 04:48
5. Dark Mother Divine 05:44
6. Xeper-I-Set 03:09
7. Chaosophia 00:41
8. God of Forbidden Light 03:42
9. Reinkaos 04:43
10. Internal Fire 03:20
11. Maha Kali 06:04
Bonustrack (Video)
12. Starless Aeon 03:56
Total playing time 43:06

Chronique @ Behemoth49

23 Mars 2010
Nous sommes en 2004, Jon Nödveidt vient d'être libéré après 7 années d'emprisonnement suite à sa participation dans le meurtre d'un homosexuel algérien, Joseph Ben Maddour. Durant son séjour en prison, Jon cesse toute activité musicale pendant plusieurs années et ce jusqu'à ce qu'il obtienne le droit de jouer de la guitare durant sa réclusion. C'est dans ces conditions que les prémices de ce Reinkaos voient le jour (même si certains éléments ont été composés avant son séjour en prison).
A sa sortie de prison, Jon reforme Dissection et sort, en 2006, après la tournée de reformation "Rebirth of Dissection", son troisième et dernier album. Reinkaos sort officiellement le 30 avril 2006 via le label Black Horizon Music.

On ne peut s'empêcher d'être surpris à l'écoute de cet album quand on connaît ses deux prédécésseurs, chefs-d'oeuvre intemporels du black métal.En effet, alors que "The Somberlain" et "Storm Of A Light's Bane" proposaient un black death aux ambiances occultes, Reinkaos s'apparente a un album de death mélodique tout en en possèdant une atmosphère résolument rock'n roll ! Les seuls éléments post Reinkaos que l'on retrouve sur cet album sont les parties mélodiques (beaucoup plus importantes tout de même ici) ainsi que les passages acoustiques présents dans quasiment tous les morceaux.

Au niveau des chansons , le cru Dissection 2006 se veut assez homogène dans le sens ou aucun morceau n'est ni largement inférieur ni supérieur aux autres. Bien sur Maha Kali est la "superstar" de l'album , proposée ici dans une version plus agressive que dans le mcd sorti en 2004. De plus Jon a invité la chanteuse Nyx 218 en tant que seconde vocaliste. Pour ce qui est du reste de l'album, des titres semblent avoir été conçuent pour le live ( God Of Forbidden Light , Xeper-I-Set ). Que ce soit Dark Mother Divine et son magnifique refrain ou Black Dragon et son ambiance mystique , cet album reste dans la tête, inexorablement. Mention spéciale également au titre Starless Aeon , choisit pour l'unique clip de cet album.

Il me semble important de parler du thème des paroles de Reinkaos. Sachant que son créteur appartenait au "Misanthropic Luciferian Order", on comprend pourquoi l'emploi de noms propres est si fréquent (Maat,Lilith...) ainsi que l'utilisation de certaines formules clichés ("Hail Lucifer",666...). L'essence du disque provient uniquement de cette facette de son géniteur. Cet album apparait donc comme une invocation, une adoration pour les forces du chaos.

Certains crient au scandale , d'autres vénèrent cet album. Cet album n'a, vous l'aurez compris, rien à avoir avec ses deux prédécesseurs mais a mon humble avis, Dissection n'aurait pas son statut si culte si Jon n'avait pas reformé le groupe a sa sortie de prison pour sortir sa dernière offrande au chaos. Moins culte que les autres, il n'en reste pas moins une pièce fondamentale de l'œuvre du génie qu'était Jon Nodveidt.

Cependant, après une courte tournée de promotion de cet album, Jon décide d'arrêter le groupe. En aout 2006, on le retrouve gisant par terre, tué par une arme a feu. A ses cotés un grimoire satanique et de nombreuses bougies. De nombreuses personnes critiquent cet album mais pour lui il venait de sortir son ultime œuvre. Pour ainsi dire son existence sur terre n'avait plus de but.

RIP

16/20

15 Commentaires

11 J'aime

Partager

Tyrael - 17 Fevrier 2012: Très bon album, bien que beaucoup moins sombre et plus accessible que les deux précédents opus.

C'est vrai que l'on ressent bien plus les consonances heavy, mais après la première écoute ça ne choque plus tellement chaque chanson est excellente !

Bon, perso je préfère quand même 'Storm of The Light’s Bane', mais le style est tellement différent que ça ne sert plus à rien de les comparer au final.

Enorme préférence pour 'Black Dragon' qui est tout simplement génialissime !
 
El_Totor - 27 Fevrier 2012: Cet album, ou plutot la vie de son geniteur, soulève une question assez intéressante (qui doit revenir souvent chez les fans de black) : doit on juger uniquement sur la musique ? Comme Gary glitter condamné pour pedophilie, peut on acheter un album et donc donner de l'argent à des gens dont on n'apprécie pas (euphémisme) le comportement ? Aimer la musique, je pense que oui, car le talent peut venir de partout (Wagner avait semble t il des tendances nazi). Mais acheter l'album ? Bon, là comme il est mort, ça va, l'honneur est sauf, mais ça reste assez délicat à mon gout...
Constantine - 23 Mars 2012: Etranges comme les ressentis sont differents pour chacuns. Assez fan de Dissection, si , evidemment, j'adore les albums ante-prison, Reinkaos me parait in fine la plus sombre des oeuvres de Jon Nödtveidt .....
Miskatonic - 19 Octobre 2013: Je cherche encore le côté sombre et blasphématoire de cet album. Scander des "Lucifer" ou autre "666" n'en fait pas un album evil. On alterne entre heavy rock sautillant et death mélo balourd. Ce n'est pas forcément pour me déplaire mais ce n'est pas ce que j'ai envie d'entendre quand je met une galette de Dissection dans le lecteur. J'avais pourtant des attentes quand j'ai lu les intentions incantatoires de Nödveidt pour cet album, et au final j'ai été déçu du résultat.
Pas un mauvais skeud, loin de là, mais 2 ou 3 écoutes et puis, salut, au placard.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Mika_Helvetia

09 Fevrier 2007
Hasard ? Peut être pas... Peu importe je suis tombé sur ce CD de Dissection en passant chez un dscaire avec un camarade qui a attiré mon attention sur cet album. L'ayant pris à la caisse pour l'écouter, je fais de même avec un live de Saxons, mais après quelques instants je me laisse tenter et prend un des écouteurs dans lequel Dissection est retransmis... Je suis séduit ! Un ambiance particulière m'emplis avec le début de Black Dragon. J'écoute plusieurs morceaux sur lesquels je croche à la première écoute -ce qui est rare- et me laisse totalement séduir. J'achète l'album, l'écoute plusieurs fois et... et bien tout simplement rien n'est à jetter. Cela fesait bien longtemps que je n'avais pas trouvé un album de cette trampe, et je dis ça sans avoir été un fan de Dissection que, d'ailleurs, je ne connaissais quasiment que de nom jusque là ! Ce Dark Melodic n'a en soit rien d'exceptionnel et sonne parfois plus heavy que Black mais pourtant l'impression est là (sans doûte des messages subliminaux sont bien présents sur cette oeuvre comme le prétendent certains...). Le son est de qualité, les morceaux s'enchainent parfaitement, rien n'est à jetter, tout est bon et la traditionnelle piste plus lente que les autres n'est par miracle pas présente sur ce CD contrairement à ce qui se fait habituellement dans quelque genre que ce soit. Les textes sont explicitement lucifériens sans détours avec des passages en une langue dite morte (si qqn à connaissance de laquelle qu'il m'en fasse part je lui en serais reconnaissant) avec une voix, une nouvelle fois peu orignale, mais pourtant si prenante !!! J'ai encore du mal à me faire à ce qu'un style comme celui-ci réussisse à laisser ce genre d'impression indescriptible qui vous prend à l'âme et qui vous rend presque fou !
La dernière oeuvre de Jon Nödtveidt n'est pas à négliger. Ecrite en prison par un adorateur de Satan (rien avoir avec Lavey et la church of satan) convaincu qui a su retranscrir parfaitement son idéologie dans la musique est incontournable pour tous les amateurs avisés ayant les épaules assez larges pour supporter ce genre blasphématoir, quasi psychédélique, de plus qu'il n'en sera plus fait; son auteur ayant décidé, après avoir accompli ce qui avait à accomplir ici, de continuer son chemin vers les ténèbres dans l'autre monde par sa propre volonté et dans un état d'esprit fort et décidé !

6 Commentaires

7 J'aime

Partager

black_fetus - 28 Avril 2008: ok sa secoute mes j'ai le meme santiment q avec dark trankility... vedge... on est loin de muspellheim (selon moi)
riffmaster666 - 25 Septembre 2008: désolé de dire sa mais pour moi c de la daube, il faut pas avoir peur des mots ! sans déconné !!!
Glemfyr - 16 Décembre 2008: Je le trouve pas mal, mais franchement écoute les deux premiers!
Glemfyr - 16 Janvier 2010: Après l'avoir ressorti du placard, je le trouve vraiment très bon cet album!!! Il n'égale pas les deux premiers, mais presque.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ mayhem72300

08 Janvier 2012

Un bon album de Death mélodique!

Jon s'est suicidé le 16 août 2006, laissant derrière lui un héritage considérable, même si son groupe n'a finalement sorti que trois albums en près de quinze ans de carrière (huit ans d'emprisonnement, ça laisse des traces).
Reinkaos a donc été écrit derrière les barreaux et, au printemps 2006, Nödtveidt a accompagné sa mise en bacs en annonçant purement et simplement le split du groupe.

Quoi qu'il en soit, depuis sa sortie, Reinkaos a suscité de nombreuses réactions, tant positives que négatives, à l'instar du single "Maha Kali" que Dissection avait proposé un peu avant sa tournée européenne effectuée fin 2004.
Avec ce titre, le combo montrait une évolution musicale certaine, qu'il a ensuite poursuivie sur Reinkaos: sur ce disque, c'est une facette toujours mélodique, mais plus death thrash que nous donne à voir Dissection, qui ne peut plus renier ses origines suédoises.

Sur Reinkaos, l'efficacité prime sur la complexité : même si les compos affichent une structure assez simpliste, elles ont au moins le mérite d'avoir un impact direct, et d'être, pour la plupart, assez entraînantes ("Beyond The Horizon", "Starless Aeon", "Internal Fire", "Maha Kali", "Dark Mother Divine", qui a même un petit côté rock'n'roll).

Le chant de Jon, lui, reste inchangé : toujours vindicatif et écorché, il est (était) reconnaissable entre milles.

Qu'on aime ou pas Reinkaos, Dissection restera une figure essentielle et influente du Metal extrême, 15/20.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Dissection (SWE)