Phenomenon

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe UFO
Nom de l'album Phenomenon
Type Album
Date de parution 1974
Produit par Leo Lyons
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album124

Tracklist

Re-Issue in 2007 by Chrysalis
1. Oh My 02:26
2. Crystal Light 03:47
3. Doctor, Doctor 04:10
4. Space Child 04:01
5. Rock Bottom 06:32
6. Too Young to Know 03:10
7. Time on My Hands 04:10
8. Built for Comfort 03:01
9. Lipstick Traces 02:20
10. Queen of the Deep 05:49
Bonustracks (Re-Issue 2007)
11. Sixteen (Demo)
12. Oh My (Demo)
13. Give Her the Gun
14. Sweet Little Thing
15. Sixteen
16. Doctor Doctor (Live, 06/06/1974)
Total playing time 39:26

Chronique @ frozenheart

17 Juin 2020

UFO part 2 : décollage immédiat.

C'est en 1969 à Londres (Royaume-Uni) que Phil Mogg, (chant), Pete Way (basse), Mike Bolton (guitare) et Andy Parker (batterie), fondent le groupe UFO. Un an plus tard, les 4 musiciens sortent un premier album UFO 1, puis l'année suivante un second, au titre évocateur de Flying (One Hour Space Rock), des plus réussis, qui verse dans le Rock psychédélique (Space Rock). Malheureusement, l'année suivante (en janvier 1972 plus précisément) le guitariste Mike Bolton quitte le groupe.

Nos trois compères, pas découragés pour autant et désireux de faire évoluer leur musique vers des sonorités plus fortes, après un essai avec Larry Wallis (ex Pink Fairies et futur Motorhead), puis Bernie Marsden (futur Whitesnake) par le plus grand des hasards, alors en pleine tournée le groupe fait la rencontre du jeune Michael Schenker, alors guitariste du groupe allemand Scorpions. Un guitariste super talentueux au jeu moderne et incisif que le groupe embauche aussitôt.Une fois son line-up stabilisé, le groupe à la notoriété montante, en 1973 se fait repérer par le jeune label Chrysalis, avec qui il signera un contrat d'où ressortira en 1974, un premier album intitulé Phenomenon qui sera écrit et composé par la paire Mogg/Schenker dans sa quasi-totalité.

Afin de donner un son plus puissant à sa musique (où les guitares sont reines), le groupe fera appel à Leo Lyons le bassiste et producteur du groupe Rock Folk Ten Years After, avec qui il enregistra deux autres excellents albums. Phenomenon, c’est aussi cette étrange pochette colorée avec cette femme au regard inquiétant presque apeuré. Une énigmatique pochette exécutée par le célèbre collectif londonien Hipgnosis à qui l'on doit plusieurs pochettes de UFO, mais aussi celle des albums "Dirty Deeds Done Dirt Cheap" d'AC/DC, "Technical Ecstasy" de Black Sabbath, "House of the Holy" et "Presence" de Led Zeppelin entre autres.

Au-delà de disposer d'un son plus puissant et des guitares plus mordantes que ses deux illustres prédécesseurs, ce troisième méfait studio présente 10 titres inspirés, dont plusieurs imparables et soigneusement exécutés, à commencer par les dynamiques "Doctor, Doctor" et "Rock Bottom". Deux excellents titres taillés pour la scène, qui deviendront des grands classiques du groupe, et cela, jusqu'à la fin de sa tournée d'adieux en 2019.
Des guitares offensives et dynamiques que l'on retrouvera sur la courte et sautillante "Oh My" et son feu d'artifice de notes électrique, qui ouvre admirablement l'opus. Dans un registre plus mesuré et en mid-tempo nous remarquons le Blues Rock "Too Young to Know" ainsi que le chaloupé "Built for Comfort" constitué de guitare chantante et qui n'est autre qu'une reprise du bluesman Willie Dixon.

Concernant les chansons restantes de l'opus, le groupe nous présentera sa facette la plus calme, à commencer par la ballade aérienne "Crystal Light" aux délicates notes de guitares acoustiques, soutenue par un chant tout en retenue et langoureux de Phil Mogg qui dans cet exercice n'a pas son pareil pour toucher la corde sensible des amateurs de belles mélodies. Mais aussi et surtout "Space Child" et son chant qui monte en puissance, puis "Time On My Hands" parées en leur centre, d'un lumineux solo de guitare électrique au feeling certain.
Des guitares gorgées de feeling signées Schenker que l'on retrouvera sur l'instrumental et dispensable "Lipstick Traces", ainsi que sur le Space Rock et planant "Queen of the Deep" qui clôture de fort belle manière l'opus.

Phenomenon est donc un album charnière dans la carrière du vaisseau anglais, puisqu'il mettra en lumière sa nouvelle signature musicale qui se bonifiera au fil des ans, mais aussi cette guitare (Gibson Flying V), à la fois tranchante et délicate si caractéristique du jeu de Michael Schenker son nouveau guitariste. Sans oublier un chant mieux maîtrisé de Phil Mogg, le tout soutenu par une section rythmique simple certes, mais diablement efficace.

Alors même s'il n’atteint pas encore le niveau de ses successeurs, ce troisième opus studio, marque un énorme pas en avant pour l'ovni britannique. Par ailleurs, on sent clairement qu'il est prêt à prendre son envol, et ne demande qu’à exploser afin de s’imposer comme l'un des futurs géants du genre Hard Rock britannique.
Et il y parviendra, mais ceci est une autre histoire....

2 Commentaires

11 J'aime

Partager
Atmosfear - 17 Juin 2020:

J'ai vraiment beaucoup de tendresse pour cet album (ainsi que par ailleurs pour son successeur "Force It"), aussi je suis heureux que cette chronique lui rende justice, merci !

MAIDEN26 - 18 Juin 2020:

Bel hommage pour un groupe qui le mérite vraiment !!!!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire