On Divine Winds

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Hail Of Bullets
Nom de l'album On Divine Winds
Type Album
Date de parution 11 Octobre 2010
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album132

Tracklist

1. The Eve of Battle 01:06
2. Operation Z 04:37
3. The Mukden Incident 04:12
4. Strategy of Attrition 04:57
5. Full Scale War 05:19
6. Guadalcanal 03:25
7. On Choral Shores 05:10
8. Unsung Heroes 05:14
9. Tokyo Napalm Holocaust 05:20
10. Sugar Loaf Hill (Bonustrack) 04:00
11. Kamikaze 04:27
12. To Bear the Unbearable 04:16
Total playing time 52:03

Chronique @ Fabien

21 Octobre 2010
Une année avant la résurrection d’Asphyx sur Death… The Brutal Way, Hail of Bullets avait créé la surprise en 2008 lors de la parution de son premier album …Of Frost and War, alignant un line up de folie articulé autour de membres influents et respectés de Pestilence, Thanatos ou Gorefest, tels que le talentueux batteur Ed Warby, l’infatigable guitariste Stephan Gébédi et bien sûr l’indétrônable growler Martin Van Drunen, l’une des voix les plus mythique du circuit.

Fort d’un line up inchangé et du soutien sans faille de son label Metal Blade, le quintette revient en cette rentrée 2010 avec son nouvel album On Divine Winds, jetant cette fois-ci son dévolu en pleine guerre du pacifique, de Pearl Harbour à Guadalcanal, après être sorti indemne des batailles sanglantes de Berlin. Au coeur de la seconde guerre mondiale, Hail of Bullets s’est ainsi ancré dans un créneau historique en parfaite adéquation avec son deathmetal massif, tout en lui permettant d'entretenir un ton dramatique idéal.

Musicalement, On Divine Winds ne change pas foncièrement de son prédécesseur. S'étant déjà forgé une sacrée identité, Hail of Bullets reprend ainsi la recette de son premier album, articulant ses morceaux sur une assise rythmique massive, exempte de blast-beats mais riche en double pédale subtile, préparant le terrain à un riffing tout en puissance. Si la comparaison avec son confrère Bolt Thrower reste pertinente, le groupe réussit toutefois à coupler une lourdeur toute particulière à nombre de passages entrainants, conférant une grande dynamique à son oeuvre.

Parallèlement, Hail of Bullets gagne en impact non seulement en aérant davantage ses morceaux (le jeu de batterie d’Ed Warby est à ce titre d’une fluidité exemplaire), mais encore en multipliant les passages lents & poignants, à l’image du riffing et des soli mémorables d'Operation Z, Full Scale War ou Unsung Heroes. Le groupe monte ainsi régulièrement en tension au coeur ou en fin de morceau, pour citer les excellents Tokyo Napalm Holocaust, Kamikaze et To Bear the Unbearable qui clôturent divinement l'album, marquant la différence grâce à l’authenticité des riffs de Paul & Stephan et du chant si singulier de Martin.

Si Hail of Bullets reprend les choses là où les avaient déposées deux années auparavant, On Divine Winds l'emporte toutefois grâce à une fluidité & une intensité du riff supplémentaires, invitant à s’incliner devant son deathmetal si bien amené, tour à tour martial, destructeur et dramatique. Le groupe batave a parfaitement compris combien l’authenticité de la musique et la densité des atmosphères priment sur le long terme devant un déballage de notes sans âme et un propos caricatural. Sans prétention démesurée et respectueux de ses racines, le quintette s’impose ainsi avec puissance et majesté, tout en entretenant judicieusement cette saveur si exquise du début des nineties.

Fabien.

13 Commentaires

21 J'aime

Partager

BEERGRINDER - 21 Octobre 2010: @ Fabien : C'est un peu le problème sur Of Frost and War, tu as 2-3 titres énormes, le reste est un peu plus moyen.
NICOS - 21 Octobre 2010: Je ne connais pas ce groupe, c'est décidé, je corrige cette lacune le plus vite possible!
eulmatt - 23 Décembre 2010: Excellent disque, et je ne m'attendais pas à ce niveau là. Là où Of Frost and War avait constitué une excellente surprise, celui-ci arrive en terrain découvert (avec aussi entretemps le dernier Asphyx), avec le grand risque de se répéter.
En fait pas du tout, le disque est immersif, bien branlé, subtil, varié (malgré son style monolithique) et réussit parfaitement à coller à son concept. C'est d'ailleurs pour moi le meilleur disque à y parvenir depuis Those Once Loyal, dont on retrouve d'ailleurs le riffing atypique sur quelques morceaux (The Mukden Incident notamment), pour mon plus grand plaisir.
J'adore.
Abigael - 08 Fevrier 2011: J'arrive toujours à la bourre mais ce n'est pas bien grave, l'essentiel étant de s'y mettre un jour. N'étant pas une pro du genre, je ne vais pas étaler une culture que je n'ai pas, vous l'avez tous fait de manière bien convaincante.

J'ajouterai seulement que les amateurs de Death, qui s'y mettent doucement mais sûrement pourront certainement prendre beaucoup de plaisir à écouter cet album. J'ai parfois du mal à appréhender certains et ils ne sont pas nombreux à m'interpeller comme celui-ci. De plus, je ne parviens pas toujours à saisir certaines subtilités, certains chants me dérangent encore mais cet album aura réussi à attirer mon attention : le chanteur déjà mais aussi et surtout la guitare et le batteur. Ca joue bien, y a des solos magnifiques ; bref, ça me captive.

Je ne dis pas que c'est simplet, gentillet et que c'est à la portée de tous. Mais ces changements de rythmes, et un tempo relativement plus calme que la majorité, qui nous permettent de respirer, cette voix qui me convient parfaitement, cette guitare qui se démarque parfois à merveille m'interpellent plus que d'autres groupes de Death où ça martèle sans cesse et avec lesquels je me sens parfois un peu "perdue".

Un groupe que je recommande donc pour, qui sait, se familiariser encore davantage avec le Death ....
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire