Nouveau Gloaming

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Code (UK)
Nom de l'album Nouveau Gloaming
Type Album
Date de parution 13 Juin 2005
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album28

Tracklist

1. The Cotton Optic 05:15
2. Brass Dogs 07:49
3. An Enigma in Brine 05:55
4. A Cloud Formed Teardrop Asylum 07:25
5. Aeon in Cinders 05:15
6. Tyburn 06:10
7. Radium 07:10
8. Ghost Formula 08:55
Total playing time 53:54

Chronique @ Svartolycka

21 Juin 2005
Je sais bien que cela ne veut plus dire grand chose de faire une chronique sur cet album après Kuroikarasu et Nattskog, mais en toute honnêteté, il est difficile de rester de marbre. Les disques de ce calibre se font tellement rares que l’on se doit d’énoncer les qualités considérables de « Nouveau Gloaming » et d’y apporter sa propre interprétation.
Évolution, intelligence, telles sont les termes qui viennent à l’esprit au moment où résonnent les premières notes du disque. C’est toute une ambiance, un état d’esprit qui sont établies. Pourtant, en lui-même, l’album ne respire pas le charnier, ni le malsain rachitique, sa signification est ailleurs, c’est en cela qu’il se dégage sensiblement des sentiers battus.

« Nouveau Gloaming » se positionne dans un décalage saisissant : la production est excellente, les musiciens plus que compétents (mention pour le bassiste), et de nombreuses voix claires contredisent des vocaux plus brutaux, ainsi qu’un petit côté trash, placés avec justesse leur donnant ainsi une véritable profondeur et intensité.
Par un système de mise en place où l’instrumental et l’atmosphère servent le même propos, Code rejoint les démarches innovatrices et pas forcément comprises de certains groupes. On peut toujours parler et reparler de la décadence d’Arcturus ou de l’esprit lyrique d’Ulver, mais le côté hybride fou de Solefald (certaines voix passionnantes s’en rapprochent fermement) pointe le bout de son nez. Bref, c’est ainsi que vous avez un mélange transcendant, dynamitant des principes pré calculés, enfantant une petite perle telle que l’on aurait aperçue à la fin des années 90.

Scribouillant, gribouillant chaque note et accent comme des mots, trouvant un processus d’écriture tel que l’on peut l’avoir en rédigeant un livre, Code livre un album aussi complexe que labyrinthique mais jamais difficile à suivre. Cependant un code d’accès se révèle nécessaire pour accéder à cet univers particulier.
Maintenant, toutes les questions convergent au même point, est ce que « Nouveau Gloaming » gardera, avec le temps, cette aura diffuse ? Quitte à s’avancer, on peut quand même s’avérer confiant tant que la teneur de cet album reste une énorme surprise et cela dès le premier album !
Code devient un groupe dont l’évolution est à suivre de près et l’on peut se demander si ce disque n’est pas en mesure de devenir un futur classique (?!).

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Kuroikarasu

05 Mai 2005
Quelle surprise ENORME à l'écoute de cette bombe black anglaise un brin thrash, assez mélodique et si originale!! Avant de recevoir et d'écouter cet album, je suis allé glaner quelques renseignements sur les membres de ce groupe tout jeune nommé Code (une démo seulement à son actif avant cela) et il s'avère que ceux-ci fort expérimentés, comme cela s'entend d'ailleurs dès la premier passage dans le lecteur cd, sont issus de groupes connus et appréciés comme Void, Arcturus, ou encore Dodheimsgard. Avant d'écouter, il m'est tout de suite venu alors à l'esprit la dernière sortie d'Aura Noir qui, malgré la participation de grands noms, n'a pas été vraiment concluante et bien sûr, je ne m'attendais pas à un album pareil!
Il faut remarquer d'emblée que le son et la production sont très propres, presque trop et que l'interprétation est extrêmement précise, nette et acérée. En plus de tout cela, vient s'ajouter la grosse originalité de l'album, les vocaux! Assez difficiles à décrire, on a une sorte de dialogue constant entre la principale voix conductrice d'un morceau, toujours black mais pas trop écorchée et les voix secondaires, soit sous la forme d'une sorte de "choeur" clair (bien que le mot ne soit pas le plus heureux ici) ou soit sous la forme de chuchotements récités par plusieurs autres voix, avec parfois un petit bidouillage qui rappelle que certains des vocalistes viennent quand même de groupes black un peu indus (le dernier morceau, qui utilise donc cette "déformation" électronique de la voix, sonne d'ailleurs étrangement et beaucoup comme certains titres du "Blackwater park" d'Opeth...). Tout cela peut dérouter un peu au début, surtout si vous vous attendez à du true black ou quelque chose dans le genre... La musique quand à elle est assez orthodoxe finalement, jouée à grands coups de riffs de guitares acérées la plupart du temps, mais lorgnant aussi du côté d'accords "thrashisants" que ne renierait sans doute pas un Slayer (les dix dernières secondes du premier morceau par exemple, c'est flagrant mais on retrouve aussi ces touches de "folie" tout au long de l'album) et bien sûr le tout soutenu par une batterie explosive, cinglante, souvent mid-tempo mais aussi très propre, presque clinique (tenue tout de même par E. O. Lancelot, ex d'Arcturus et Ulver...). Les compositions sont toutes différentes et très reconnaissables les unes des autres, et je tiens à le souligner fortement, parce que pour une fois, on n'a pas l'impression d'écouter tout le temps le même morceau... ce qui ma foi est plutôt agréable!
Que dire de plus, c'est à mon avis une des meilleures nouveautés black de ce début d'année que j'ai pu entendre jusqu'à maintenant! Je pense ne pas beaucoup me tromper en vous disant que si la promo de l'album suit (ce qui devrait, puisque le label de Code se trouve être le Finlandais Spikefarm), on devrait entendre parler de ces Anglais et les retrouver très vite au dessus de la masse des sorties insignifiantes... Vivement le prochain album!

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire