Nocturnes and Requiems

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Witherfall
Nom de l'album Nocturnes and Requiems
Type Album
Date de parution 10 Fevrier 2017
Style MusicalPower Progressif
Membres possèdant cet album19

Tracklist

1. Portrait 06:36
2. What We Are Dying For 06:54
3. Act II 00:54
4. Sacrifice 08:59
5. The Great Awakening 03:24
6. End of Time 09:36
7. Finale 01:49
8. Nobody Sleeps Here... 08:49
Total playing time 47:04

Chronique @ frozenheart

29 Mars 2018

Un premier jet, plus que prometteur.

Il y a des albums sur lesquels on fait l'impasse involontairement, le plus souvent à cause d'innombrables sorties de groupes célèbres et connus. Cela aurait été sans doute le cas si "Nocturnes and Requiems" le premier manifeste du groupe américain Witherfall, n'avait pas interpellé votre illustre serviteur en 2017, via une promotion dans la presse spécialisée.

le groupe jusque-là encore inconnu de la sphère Metal, formé en 2013 par les deux ex-White Wizzard, Jake Dreyer (guitare), connu aussi pour son travail sur l'album Incorruptible, du groupe Iced Earth et Joseph Michael (chant et claviers), ainsi que le regretté batteur Adam Sagan (ex Circle II Circle, Eumeria, Shadow Society), décédé en 2016 des suites d'une leucémie, sera complété la même année de Steve Bolognese (Death Dealer, ex Into Eternity, ex Beyond the Embrace) à la batterie, d'Anthony Crawford à la basse et de Fili Bibiano à la deuxième guitare.
Musicalement, le groupe Witherfall pratique un Power Metal d'obédience progressif, aux touches de guitares (riffs) thrashisantes façon Iced Earth et des solis lorgnant dangereusement vers le genre néoclassique qui fit la renommée des maîtres du genre tels que, Yngwie Malmsteen, Michael Roméo de Symphony X, Vinnie Moore, entre autres.

Côté production l'album sera réalisé par le duo Jake Dreyer, Joseph Michael, le tout supervisé par les talentueux ingénieurs du son Chris Zeuss (Rob Zombie, Queensrÿche...), et Ralph Patlan (Megadeth, MSG) pour le mixage et le mastering final. Un mix très équilibré, qui mettra en avant d'opulentes guitares et le chant puissant et lyrique de Joseph Michael, le tout, pour un rendu sonore très actuel et résolument moderne!
Passons sans plus attendre à la lecture de Nocturnes and Requiems!

Dès "Portrait" (le titre d'ouverture), nous savons où nous mettons les pieds. Ce morceau au riff thrashisant, agrémenté d'un magnifique break et solo de guitare véloce à la technique néo-classique et de légères touches de claviers, servira plus ou moins de fil conducteur à l'album. "What We Are Dying For" le titre suivant, avec ses nombreux breaks et son magnifique pont de guitare flamenco incarnera vraisemblablement, l'un des meilleurs moments de ce magnifique manifeste de Heavy (Power) Progressif.

Dans un registre similaire, nous aurons l'ambitieux et épique "The Great Awakening", l'ambiancé, aux belles incursions de guitare acoustique ''The Great Awakening'', ainsi que le sombre "Nobody's Sleep Here" et ses belles variations de guitare Néo classique et Heavy. Quant au rapide "End of Time" avec son chant puissant et sa rythmique de plomb limite Death, agrémenté d'arrangements et plans de guitare très originaux, il sera à ranger parmi les titres les plus puissants et hallucinants de l'opus. En effet, en matière de guitare technique, Jack Dreyer n'a de leçons à recevoir de personne, écoutez donc "Sacrifice" et son solo central digne des grands techniciens du style schreeder qui sévissait dans les années 80 , pour vous en convaincre.

Mention spéciale pour la pochette et l'artwork tout à fait dans le thème de Nocturnes and Requiems le titre de l'opus et réalisé par l'artiste designer Kristian Whalin, plus connu sous le pseudonyme Necrolord et à l'origine des plus belles pochettes de groupes Metal, aussi connus que célèbres tels que: King Diamond, Slayer, Bathory, Dissection et Amorphis entre autres.

Vélocité et puissance seront donc les maîtres-mots de ce Nocturnes and Requiems, qui ne souffre à mon avis que d’un seul petit défaut au niveau de la variété des tempos de ses morceaux, (speed). À part cela, il n’y a vraiment pas grand-chose à reprocher au groupe américain qui nous offre donc un premier album à la technique et maturité impressionnante, qui devrait plaire à tout amateur de Heavy Progressif original, puissant et moderne.


1 Commentaire

3 J'aime

Partager
Fonghuet - 09 Novembre 2018:

y'a quand même des pointures de talent dans ce groupe!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Witherfall