Nocturnal Opera

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Moi Dix Mois
Nom de l'album Nocturnal Opera
Type Album
Date de parution 20 Avril 2004
Labels Midi : Nette
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album85

Tracklist

1. Invite to Immortality 00:50
2. Nocturnal Romance 03:48
3. Monophobia 05:31
4. Vestige 04:39
5. Vizard 03:55
6. Mephisto Waltz 04:49
7. Mad Ingrain 00:52
8. The Prophet 04:49
9. Perish 04:31
10. Shadow Temple-X 05:14
11. Silent Omen 00:57
Total playing time 39:55

Chronique @ Lilithrosenoire

05 Juillet 2006
Après un premier album clairement réussi, Moi Dix Mois revient avec Nocturnal Opera un opus plus varié, moins violent mais où la folie est encore manifeste. Cette formation asiatique s’exerce avec acharnement à produire des mélodies folles qui, entre sainteté et damnation, traduisent toute la variété émotionnelle de l’humanité. A la fois sombre et sémillant, malsain et enjoué, l’Art de Moi Dix Mois obsède ou révulse. Il trouve dans ce Nocturnal Opera une nouvelle voie, à mon sens aussi conVaincante que celle guidant sa première œuvre.
Moins violent que son prédécesseur, cet album propose une musique moins ardente et qui nuance la dimension épique et tragique propre au groupe. Certaines compositions, comme « The Prophet » « Nocturnal Romance » ou « Shadows Temple X » notamment, ravivent le souvenir de Dix Infernal grâce à un certain sens de la fulgurance. Mais on sent que quelque chose c’est apaisé chez Mana qui compose ici beaucoup de pures refrains J-Pop et qui oublie un peu les racines Black Metal qu’il s’évertuait à assumer dans l’œuvre précédente. Les fans de Metal Extreme seront donc forcément décontenancés à l’écoute de Nocturnal Opera qui a tout de même des qualités indéniables.

Après une introduction absolument bouleversante, « Nocturnal Romance » empoigne l’auditeur : chœurs féminins discrets, blast, symphonie dévastatrice, Mana nous montre ici toute l’étendu de son talent et s’inscrit dans la continuité de Dix Infernal. Par la suite le ton se calme clairement. « Monophobia » assène par exemple un refrain ahurissant, absolument pop, qui s’intègre parfaitement à l’ensemble. Ce deuxième Opus de Moi Dix Mois possède quelque chose de féerique, d’enchanteur, peu présent auparavant. Les rythmiques sont très variées et Mana n’hésite pas à laisser le clavier seul, durant de longs passages presque intimistes, toujours touchants. Il y a peu de Death Voices, et elles sont d’ailleurs peu maîtrisées. Mais Juka a toujours sa voix claire absolument stupéfiante qui à mon sens, participe grandement à la qualité de cet album, encore plus que pour le précédent.

Moi Dix Mois s’essaye par moment à des sonorités un peu indus qui cassent un peu l’ambiance globale de l’album. Une composition comme « Wizard » par exemple gâche sensiblement l’excellence de la majorité des passages par un riff de base très commun.
Par contre, impossible de ne pas défaillir à l’écoute de « Mephisto Waltz », longue ballade basée sur une mélodie au piano plus candide que niaise. Et « Shadow Temple X » qui achève l’album est peut être la meilleure création de Mana à ce jour.

Ce deuxième album de Moi Dix Mois est une pure réussite. Un peu décevant aux premiers abords à cause d’une teneur peu métal, on se surprend à l’adorer complètement au fil des écoutes. Moins rapide et plus varié que son prédécesseur il s’impose comme une œuvre indispensable à tous les êtres enclins à apprécier l’exception japonaise. La musique de Moi Dix Mois est incomparable

1 Commentaire

6 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ VermillionK

29 Août 2008
'' Ma voix n'apparaît que dans ma musique. '' J'ai trouvés ce Mana un peu fréquent lorsqu'une interview m'est tombé sur la main. De ma nature, je n'aime pas les artistes qui cherchent l'attention et pour moi, Mana en était l'incarnation. J'ai écouté Nocturnal Opéra, par simple curiosité. Titre pas très original et bien commun depuis le phénomène Brutal-Poétique Cradle Of Filth.

J'ai trouvé la première écoute pénible. La voix était d'une écoute bien trop claire et d'articulations trop fondées. Toutefois, le clavier était d'une grande utilité, il me faisait même souvent pensé à du Cradle Of Filth dans leur époque Dusk And Her Embrace. La voix n'harmonisait pas du tout avec la mélodie, je ne la trouvais pas assez variée. Et je n'aie rien contre les langues étrangères, mais je n'ai pas aimé qu'il chante en Japonais, les mots sonnaient mal à mes oreilles. La batterie est digne d'un vrai groupe brutal et rapide et je ne vous parle même pas de la guitare. Mais, l'humain s'habitue à tout. Je ne me suis toujours pas habitué à la voix, mais la mélodie en vaut le détour. Je sais qu'il est difficile de faire une bonne musique. Ce sont des instrumentalistes et ils n'ont pas besoin de voix, car leur côté vampirique rend cette voix un peu hagarde et ridicule.

Paisible écoute quand même. Je me suis même renseigné sur les partitions de claviers pour la chanson thème. Alors Mana, tu dois chanter la prochaine fois, parce que Juka il ne fait pas l'affaire !

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
Manana - 14 Mai 2009: Ce n'est pas demain qu'on entendra Mana chanter, savez-vous au moins qu'il déteste sa voix ?
 
Neldolas - 23 Mars 2011: Le jour où Mana-sama chante, je pète un câble ^^. Bah, en tant que Manaddict, mon rêve est d'entendre sa voix ^^
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire