Dix Infernal

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Moi Dix Mois
Nom de l'album Dix Infernal
Type Album
Date de parution 13 Mars 2003
Labels Midi : Nette
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album73

Tracklist

1. Dix Infernal 00:40
2. La Dix Croix 05:04
3. Front et Baiser 04:28
4. Ange 03:57
5. Tentation 05:36
6. Solitude 03:57
7. Pessimiste 03:46
8. Gloire dans le Silence 03:19
9. L'Interieur Dix 00:41
10. Détresse 04:34
11. Prière 03:34
12. Dialogue Symphonie-X 04:34
13. Dix Est Infini 00:28
Total playing time 44:38

Chronique @ Troodukus

08 Mars 2006
Pour un hardos ou un simple Neo-Metalleux, il est très difficile d'apprécier un style aussi innovateur que le Visual Kei. Pourtant, certains réussissent à s'y adapter, et même à en devenir fan. J'en suis l'exemple.
Moi dix Mois est sûrement le groupe le plus intéressant qu'il m'ait été donné de voir dans ma courte existence, c'est pourquoi c'est avec un grand plaisir que je tenterai de retranscrire mes sentiments par rapport à ce chef d'oeuvre qu'est "Dix Infernal".
Car il s'agit véritablement d'un bijou ! Je préfère prévenir dès le début : si les ambiances de château, de vampires, et l'orgue ne vous plaisent pas, passez votre chemin. Le cas échéant, je vous invite à découvrir sans plus attendre Moi dix Mois.

"Dix Infernal" débute par "Dix Infernal". Grande originalité. L'intro est totalement inutile, même ratée, et elle pourrait écoeurer le plus téméraire. Des murmures incompréhensibles, du vent qui souffle, et un "Dix Infernal" lâché pour la terminer, avec autant de talent linguistique qu'une huître inscrite au CNED.
Ô Bonheur, la première chanson redonne le sourire au Visualeux déçu ! "La Dix Croix" n'est pas exceptionnelle, mais elle nous met dans le bain : du clavecin sur toute la durée de la chanson, des choeurs et une guitare beaucoup plus mise en avant que sur les autres titres. On y découvre également deux aspects primordiaux de l'album : la voix sombre et envoûtante de Juka (qui s'essaye au français en scandant "La dix Croix") et la batterie curieusement bourrine, contrastant merveilleusement avec la beauté et le côté mélodieux de la musique.
"Front et Baiser" est à mon sens la meilleure chanson du groupe. Pourtant, pas beaucoup d'orgue, ni de clavecin (quasiment pas, d'ailleurs), mais une mélodie au synthé excellente, un rythme accrocheur, une voix planante, en bref, une vraie réussite.
"Ange" suit. Véritable entrée de l'orgue dans ce morceau, comme un coup de tonnerre qui abat tout les doutes de l'auditeur quant au côté Goth du groupe. C'est rapide, c'est beau, le batteur est en forme, au bout de ces trois chansons, le son Moi dix Mois est créé et mis en place. Pourtant, le groupe a encore des surprises pour nous.
"Tentation" est plutôt douce par rapport à ses prédécesseurs. Une phrase en anglais qui rompt légèrement avec tout le reste, mais rien de bien grave, Juka maîtrise aussi bien l'Anglais que les autres Japonais, c'est à dire pas du tout. Point regrettable, la mélodie est au piano, et c'est seulement sur le "break" qu'on peut entendre l'orgue dans toute sa puissance - et toute sa lenteur.
"Solitude" est l'une des chansons les moins bien de l'album. Mention spéciale à la batterie, dont le rythme est beaucoup plus recherché qu'à l'accoutumée (il faut dire que c'est Mana le guitariste qui compose tout, et il ne doit pas y connaître grand chose, en batterie). La chanson est jolie, douce, mais on s'ennuie vite.
Haha ! On arrive enfin à la chanson la plus intéressante de l'album. "Pessimiste", bien qu'à mes yeux n'étant pas le meilleur titre du CD, est considérée par les trois quarts des fans comme "LA" bombe de l'album. C'est vrai que par rapport aux autres titres, elle innove grandement. Pour une fois, l'effet "château-orgue" n'est pas l'effet recherché ; on voit de quoi le groupe est capable, et on est pas déçu : Mana sait également exceller dans l'art de composer de la musique électronique. "Pessimiste" est donc LA référence de l'album, la chanson à ne pas rater, mais pas la meilleure...
"Gloire dans le Silence" est une belle chanson, dans le pur style Moi dix Mois, mais qui comporte malheureusement de nombreux mauvais points : tout d'abord, la chanson est complètement en anglais. Bon, c'est difficile de s'en rendre compte vu le niveau de prononciation, mais le fait est là. Deuxièmement, le batteur bourrine vraiment trop, sur ce coup, Mana n'a pas assuré en donnant à son batteur un rythme parfois décalé, justement pas en rythme. Mais bon, ce genre de détail est vite oublié...
Petit interlude pour reposer le groupe et l'auditeur. "L'intérieur Dix" est un modeste morceau au clavecin de 46 secondes.
Et il n'est pas inutile, vu le morceau qui suit. "Détresse" n'a rien d'original, pour du Moi dix Mois, mais il est génial. Là encore, le batteur s'en donne à coeur joie (je peux vous affirmer après pratique que c'est la chanson la plus fatiguante à la batterie), l'orgue de même, c'est bourrin et joli à la fois, en clair, on se fait plaisir.
"Prière" n'a rien de remarquable. Une rapide intro qui rappelle "Dix Infernal", qui débouche sur une chanson rapide, entraînante, sympathique mais pas extraordinaire. Ce n'est pas de la faute de ce titre s'il est situé entre deux bombes.
Car "Dialogue Symphonie" est un trésor, un boulet de canon envoyé méchamment dans la figure du pauvre Visualeux déjà tant émoustillé. C'est très rapide, l'orgue part en solos rapides, les musiciens sont au mieux de leur forme (mis à part le batteur qui se repose légèrement) : pour une dernière chanson réussie, c'est une dernière chanson réussie ! L'une des trois références de cet album, à ne pas zapper malgré sa place finale.
Ne parlons pas de l'outro, "Dix est infini", qui est dans la continuité de l'amère intro "Dix Infernal", est gardons en esprit le merveilleux "Dialogue Symphonie".

Pour le groupe que je vénère, je me devais de me donner à fond et de transmettre fidèlement ma vision du pur bonheur qui se répand dans le corps à l'écoute d'une musique si féérique. Attention, ce CD n'est pas à la portée de tout le monde, les hardos, les homophobes, les machos et les conservateurs ne risquent pas de partager mon avis. Cela dit, je le conseille à toute personne ouverte d'esprit, appréciant le Goth ou n'importe quelle autre musique, n'étant pas effrayée par les blasts et la double pédale à gogo. Pour l'occasion, je me devais d'écrire une chronique plus longue que je n'en écrirais jamais, pour rendre hommage à cet album qui est, à mes yeux, la huitième merveille du monde.

3 Commentaires

4 J'aime

Partager
 
joKeR - 20 Août 2007: En fait, t'as quasiment répété ce que j'avais dit plus haut...
Fyrnael - 10 Août 2009: Tu as dit tout ce que je pensais! Pas vraiment fan de visual, ce groupe et cet album m'ont fichu une vraie claque quand je les ai entendus. Incomparable et surement le plus intéressant groupe de visual!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ joKeR

03 Mai 2005
On aime le Visual Kei, ou l'on déteste. Mais après tout peu importe, cette musique reste tellement à part qu'elle vaut vraiment le coup d'oreille. Mana Sama, après nous avoir servi tout son talent avec Malice Mizer, a dissous cette ancienne formation et fondé Moi Dix Mois en 2001 pour relancer sa contribution au monde du Rock. Et "Dix Infernal" débarque en 2003 comme un bijou du métal Gothic Lolita Japonais...

Le groupe nous gratifie d'une apparence adrogyne poussée à l'extrême, à tel point qu'un amateur non averti ne saura pas dire si ces personnages sortis tous droit de délires fantasmagoriques sont des hommes ou des femmes. Mais ils sont bien masculins, qu'on se le dise. Toujours est-il qu'avec un visuel aussi spécifique, on s'attend à une musique au moins tout aussi décalée. Et je n'ai jamais été déçu par ce style hybride. Expliquons nous : le groupe propose un rock / métal d'ambiance gothique, avec un batteur qui aurait très bien sa place dans un groupe de Black, et un chanteur de variété J Pop. Rajoutez à cela Mana Sama à la guitare (etaux compositions en général, d'ailleurs) et des arrangements clavier / orgue / clavecin qui confère une atmosphère unique. Le tout pourrait former une boue insipide, mais c'est loin d'être le cas. Enfin, encore une fois, on aime ou on déteste...

Le premier titre n'est autre qu'une introduction sonique sans plus d'intérêt que de porter le numéro 1. On attaque les hostilités avec "La Dix Croix", clavecin omniprésent et batterie surprenante. Juka au chant nous rappelle un peu Gackt, de Malice Mizer, mais il n'est pas aussi impressionnant techniquement, bien que déjà sacrément bon. Les plans de Mana sont déroutants, l'ensemble est cohérent et ultra crédible, une bombe. Mais l'on n'est pas au bout de ses bonnes surprises. Les troisième et quatrième titres, "Front et Baiser" et "Ange", nous embarquent dans le monde merveilleux des Japonais fêlés, et l'on se prend à vouloir apprendre la langue pour traduire ces putains de paroles dont on ne comprend pas un mot. Mais qu'est ce que c'est bon ! Ils sont énormes, ils sont doués, leur musique est léchée à l'extrême, presque froide tant la mise en place est parfaite, parfaite, parfaite... Suivent deux titres intéressants mais sans plus, et vient LA bombe d'un album déjà bien garni : "Pessimiste", qui tranche avec le reste du disque de par ses sonorités électro qui confèrent une ambiance fabuleuse au morceau. C'est lourd, c'est capitonné, c'est suave, ça suinte l'oppression et le mystère, c'est tout simplement fabuleux. Et le refrain débarque à grands coups de descentes de clavier et de riffs bien gras, et apporte une touche de lumière dans ce monde glauque, mais une lumière rouge, sombre, si tant est qu'il soit possible de parler de lumière sombre. Il faut l'écouter pour comprendre. Sans temps morts, "Gloire dans le silence" nous amène dans des sphères plus violentes, avec le batteur qui se déchaîne, ce qui je l'avoue sur ce morceau ne colle pas toujours bien à la musique. Trop rapide pour un son plus posé, c'est curieux, mais ça marche sur certains morceaux. C'est dommage qu'ils en aient abusé, et c'est ce qui limite ma note.

Le CD se termine sur quelques chansons dans la veine Moi Dix Mois, sans surprises mais toujours intéressantes. A l'arrivée, un disque plein, autant d'émotions et de sensations que de virtuosité musicale. Car oui, ces Japonais sont de sacrés musiciens, c'est indéniable. "Dix Infernal", on en redemande, et on ressort comblé. Que du bonheur ^^

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire