No Place for Disgrace

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Flotsam And Jetsam
Nom de l'album No Place for Disgrace
Type Album
Date de parution Mai 1988
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album172

Tracklist

1.
 No Place for Disgrace
 06:11
2.
 Dreams of Death
 05:40
3.
 N.E. Terror
 05:57
4.
 Escape from Within
 06:47
5.
 Saturday Night's Alright for Fighting (Elton John Cover)
 04:00
6.
 Hard on You
 04:51
7.
 I Live You Die
 05:50
8.
 Misguided Fortune
 05:29
9.
 P.A.A.B.
 05:33
10.
 The Jones
 03:57

Durée totale : 54:15


Chronique @ sargeist

15 Mai 2008
Flotsam and Jetsam peut-il survivre au départ de Jason Newsted ? Voilà ce que beaucoup ont dû se demander à la sortie du deuxième album des gars de l'Arizona, en 1988. Sans être un pilier, le nouveau bassiste de Metallica tenait une place importante dans la composition des chansons, ainsi qu'une présence scénique non négligeable qui a du taper dans l’œil des Four Horsemen.

Newsted remplacé par Troy Gregory, futur membre de Prong, Flotsam signé sur le jeune label Roadrunner, produit par l'inamovible Bill Metoyer (Slayer et tant d'autres), "No Place for Disgrace", agrémenté de sa pochette sobre mais attachante a d'ores et déjà certains atouts de son côté.

Première petite déception, cette production justement. Elle est assez compacte, mais assez grave, pâteuse, ce qui nuit à la clarté de certains instruments. L'essentiel reste bien audible. La voix d'Eric A.K. notamment, à mon sens un des atouts essentiels du groupe. Une voix dénuée d'aspérités, assez aiguë, mais avec un sens de la mélodie parfait et une diction remarquable, elle dénote un peu toutefois parmi les autres combos de Thrash, cela donne à Flotsam and Jetsam un côté plus doux, moins arraché.

On commence par un "No Place for Disgrace" détonnant, superbe morceau agrémenté d'un break mélodique du meilleur effet, suivi par un "Dreams of Death" échevelé, avec une structure assez complexe, démontrant que la paire Gilbert/ Carlson a peu à envier à d'autres. Oui, il y a du travail, Flotsam ne s'est pas reposé sur ses lauriers après les notes extravagantes données à l'époque dans certains magasines pour son premier album, chez Kerrang surtout.... On embraye avec le très speed "N.E. Terror", un titre co-écrit par Newsted, comme 2 autres sur l'album. Un phrasé impeccable, un riff irrésistible, le headbang est assuré.

Le groupe calme quelque peu le jeu avec "Escape from Within", une belle semi ballade un peu à la "Fade to Black" doté d'une bonne accélération à son milieu. C'est nouveau chez nos amis, mais il aurait été dommage de ne pas exploiter un tel potentiel vocal. Mission réussie, mais ça ne plaira sûrement pas aux "Die Hards". Il s'ensuit une reprise d'Elton John (si, si), "Saturday Night's Alright for Fighting", qui rafraichit un peu cet album très appliqué avec un côté plus festif et spontané. Le "Saturday!" de la fin du morceau scandés par les amis du groupe sont irrésistibles. On passe à "Hard On You" et son excellent refrain mémorable, certainement un de mes titres préférés, "I Live You Die " et son intro bien trouvée à la basse (composée aussi par Jason), directement suivi d'un riff à la "War Pigs". Là encore les guitaristes font des merveilles, c'est fin, réfléchi, impossible de s'ennuyer. De toute façon, les structures de chacun des morceaux sont d'une diversité remarquable. On regrettera la production pas toujours claire qui ne nous permet pas de discerner toute la finesse du jeu du batteur Kelly Smith.

On note malheureusement une petite baisse de régime à la fin de l'album, avec ce "P.A.A.B" moins inspiré, et cet instrumental quelque peu lourdaud "The Jones", loin d'égaler un "Flotzilla". On ressort malgré tout de cette quasi-heure de musique avec un impression largement positive. Flotsam and Jetsam a prouvé avec "No Place for Disgrace" qu'il pouvait très bien faire sans son furieux bassiste.

En somme, un très bon album de Thrash Metal, pas exempt de défauts, mais qui n'a pas à rougir face à la concurrence rude de l'époque. La suite s'avèrera bien plus difficile...

14/20

10 Commentaires

6 J'aime

Partager

sargeist - 15 Mai 2008: Oui, peut être, en tout cas en Heavy et en Thrash, malgré le petit revival de groupes qui s'échinent à singer les ainés, oui, j'écoute beaucoup de vieilleries, ou je suis les vieux groupes seulement. En Death c'est bien pire, je sais à peine ce qu'y s'y passe aujourd'hui. Le post de Fabien sur ton topic du forum Death Metal m'a bien aidé. Il n'y a peu près qu'en Black et en Doom que je suis l'actu.
Au fond nostalgique je sais pas, je cherche juste des trucs précis et je trouve souvent pas mon bonheur dans les prods actuelles. Enfin j'ai quand même quelques vingtaine de cd's à acheter cet année de nouvels albums. Je suis super fan d'Opeth, c'est pas être rétrograde ca à mon sens. Et puis j'ai chroniqué moins d'anciens albums que certains :)

Pour les K7, j'en ai aussi un paquet, mais j'ai de quoi écouter, j'adore ce format, ca me remémore des bon délires.
eulmatt - 16 Mai 2008: Nostalgique c'est pas rétrograde (c'est pas moi qui vais te dire ça, surtout si tu cites Opeth)...ce que tu dis pour le death, c'est exactement la même chose pour moi en black, où ça fait plus de dix ans que je suis à la rue.

...et c'est vrai que je chronique bien souvent des vieilleries.
BEERGRINDER - 16 Mai 2008: Mo je fais presque que ça chroniquer des vielleries, il faut dire qu'avec la série des Judas ca fait déjà "vieillir" la moyenne considérablement.
 
jeunemetalhead - 26 Juin 2011: je trouve le son très bon, mais on voit que certains riffs(et le son surtout) posent les bases du style qu'EXHORDER va créer. Je pense notamment au riff surheavy de N.E terror
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire