Neon

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Lantlôs
Nom de l'album Neon
Type Album
Date de parution 14 Juin 2010
Produit par Conny Schattka
Enregistré à iheartsound
Style MusicalBlack Avantgardiste
Membres possèdant cet album37

Tracklist

1.
 Minusmensch
 07:51
2.
 These Nights Were Ours
 04:43
3.
 Pulse / Surreal
 08:24
4.
 Neige de Mars
 05:04
5.
 Coma
 06:10
6.
 Neon
 07:43

Durée totale : 39:55


Chronique @ valentheris

14 Juin 2010
Deux ans après la sortie de son premier opus éponyme, la jeune formation Franco-Allemande Lantlôs nous revient en ce mois de juin 2010 afin de partager avec nous son deuxième album officiel ".Néon". Toujours membres du label italien ATMF (An Autumn For Crippled Children, Nyseius...), Neige (ici au chant) et Herbst (officiant à tous les autres instruments) continuent leur évolution dans un black metal très personnel, abordant un côté avant-gardiste et mettant en scène une ambiance mélancolique permanente qui saura ravir les habitués bien qu'il manque au tout une certaine originalité ou un grain de folie supplémentaire afin de faire de ce second opus un album vraiment marquant.

En effet, sous la belle pochette dessinée par Fursy Tessier (Les Discrets), c'est un univers froid et sombre qui s'ouvre sur l'auditeur qui sera prit sans trop de difficultés par les instrumentations de Herbst qui, pour un homme seul, représentent un beau travail et témoignent du talent très certain de l'homme en question, le tout soutenu par la voix reconnaissable entre mille de Neige. Attendez, ais-je dis un univers ? À mieux y réfléchir, ce serait plutôt dans un lugubre sentier dans lequel le metalleux lambda s'embarquera à l'écoute de l'œuvre en question.
Tout d'abord, malgré des éléments avant-gardistes que l'on pourrait retrouver chez des combos fameux dans le genre tels que Deathspell Omega pour ne citer qu'eux, à savoir une certaine déstructuration de quelques riffs, des breaks surgissant sans prévenir, ces éléments restent relativement peu nombreux et une ligne directrice dans la composition viendra se faire une place marquante.


"Minusmensch", le titre d'ouverture donnera assez tôt un aperçut clair de ce que sera la teneur générale de l'album en mettant tout d'abord en avant une production assez travaillée, visant juste là où il faut : des guitares grésillantes, typique du black metal en général, une basse qui aura quelques moments de gloire, mais qui sera la plupart du temps noyée dans la masse de sonorité, une batterie au son très propre permettant à Herbst de montrer que sa prestation derrière les fûts est une des cordes les plus solides de son arc et des claviers assez discrets. Déjà nous pouvons remarquer que pour du black metal qualifié d'avant-gardiste le tout est assez linéaire et prévisible sur cette première piste, mais au diable les détails à ce stade-là nous ne sommes pas encore au bout du chemin.

Pour ce qui est des férus de tristesses cherchant un court moment à s'éloigner de toute joie ou autres émotions à consonances positives laissez-moi tout de même vous dire que vous êtes tombés sur le bon disque et qu'il y a de fortes chances pour que vous vous régaliez. Des morceaux tels que"These Nights Were Ours" où un surplus de violence est acquis grâce aux cris de possédé de Neige et à un riff mélodique entraînant mais torturé ou encore "Neige De Mars" et son riff évolutif sur fond de blasts beats et de notes de clavier très discrètes est un morceau phare de l'album d'une part parce qu'il concilie bien la notion d'avant-garde et de dépression et d'autre part parce qu'il résume très bien les tenants et aboutissants de ce deuxième opus.

C'est donc les éléments avant-gardistes en retrait par rapport à mes souvenirs du précédent opus qui viendront ternir quelque peu le tableau. Je vous rassure néanmoins, ils sont quand même loin d'être inexistants : "Coma" et sa mélodie à tiroir est un bon titre qui saura vous charmer l'oreille par son agréable mélodie gelée réservant des surprises allant du crescendo envoûtant au break à la fois surprenant et rafraîchissant apportant alors un surplus de noirceur et de brutalité pour clore ce magnifique titre. Il serait idiot de ma part d'oublier de parler de "Pulse/Surreal" et de son intro touchant à des traits d'ambiant par la simplicité de ses sonorités et de son évolution sur ses huits minutes d'écoute dans son riff principal accentué par la superposition du chant clair et crié de Neige.

Au final, c'est un album tout à fait valable que nous ont offert Herbst et Neige. On pourrait cependant regretter que le mélange black dépressif et black avant-gardiste apporte des contraintes notamment pour ce qui est de l'aspect progressif de la musique qui se retrouve diminué par le côté répétitif et la place importante de l'atmosphère dans l'aspect dépressif.
Ceci dit, le duo s'en sort bien et au final du titre éponyme de l'album où un côté ambiant est privilégié afin de clôturer le tout, c'est une bonne impression qui ressort de ce ".Neon".
Le duo a du talent, Herbst est un bon musicien qui ne manque pas une minute pour le prouver et Neige quelqu'un d'ambivalent et doté d'assez d'imagination pour nous sortir des albums plus marquant à l'avenir, celui-ci restant donc savoureux sur le court terme.


Valentheris.

3 Commentaires

11 J'aime

Partager
valentheris - 14 Juin 2010: Ma chro n'est certes pas très enjouée, ceci dit tu notera que je ne néglige pas le fait qu'intrinsèquement la musique présente sur ce nouvel opus est bonne!

Il manque juste certaines choses à mes yeux qui auraient pu faire de ce second opus quelque chose de très bon.

Ceci dit, ça reste du bon Lantlôs et plein de gens peuvent trouver cet album supérieur au précédent. Pour ma part j'ai été un peu déçu, mais ça reste une bonne pioche dans le genre et si certain le trouve supérieur au précédent, je le conçoit parfaitement ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Lantlôs