Molly Hatchet

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Molly Hatchet
Nom de l'album Molly Hatchet
Type Album
Date de parution 1978
Style MusicalRock Sudiste
Membres possèdant cet album121

Tracklist

1. Bounty Hunter
2. Gator Country
3. Big Apple
4. The Creeper
5. The Price You Pay
6. Dreams I'll Never See
7. I'll Be Running
8. Cheatin'Woman
9. Trust Your All Friend

Chronique @ Loloceltic

18 Avril 2013

Molly Hatchet impose son identité en provenance des marécages de Floride.

Difficile de ne pas imaginer avoir à faire à un groupe de Heavy-Metal en découvrant la pochette de ce premier opus, illustrée d'un cavalier en armure, œuvre de Frank Frazetta intitulée "The Death Dealer". Ajoutez à cela le nom du combo inspiré d'une certaine Molly, prostituée de son état au XVIIème siècle, et qui aurait mutilé et décapité plusieurs de ses clients à la hache, et vous ne doutez plus du fait que vous allez devoir affronter de gros riff en acier sentant fortement l'huile de vidange. Bienvenus dans le club de ceux qui sont tombé dans le piège, puisque Molly Hatchet est en fait un sextet de Jacksonville, état de Floride, adepte d'un Southern-Rock du meilleur cru. Mené par un trio de guitaristes formé des 2 fondateurs du groupe, Dave Hlubek et Steve Holland, renforcés par Duane Roland, et doté avec Danny Joe Brown d'un chanteur à la voix grave et rocailleuse et au charisme certain, le combo porte haut l'étendard d'un rock sudiste viril, dynamique et fier de ses origines.

Bien que venant des mêmes territoires que Blackfoot, Molly Hatchet est plutôt à affilier à Lynyrd Skynyrd, défenseurs d'influences à la fois Hard et Boogie-Rock. Lancé par Danny Joe Brown d'un 'Hell Yeah !' aux effluves de whisky frelaté, "Bounty Hunter" fouette l'attelage d'une diligence soulevant la poussière des plaines ensoleillées du Sud des Etats-Unis. Telle la cavale de rebelles de la confédération, ce premier album éponyme fait preuve de dynamisme et de détermination à défendre certaines valeurs. A commencer par les traditionnelles cavalcades guitaristiques pendant lesquelles les 3 despérados défouraillent avec technique et intensité, en particulier à l'occasion d'un "Gator Country" entrant directement dans la légende du genre, imparable du long de ses plus de 6 minutes irrésistibles.

Quoi que plus mélancolique, la reprise des grands frères du Allman Brothers Band, "Dreams I'll Never See", vaut également son pesant de caisses de Jack Daniel's dont les bouteilles pourront être vidées lors du final et festif "Trust Your Old Friend". Entre temps, les Floridiens auront imposé leur loi à New-York à l'occasion de "Big Apple", Boogie-Rock au riff léger mais aux paroles déterminées affirmant la fierté des Sudistes. Au milieu des grandes chevauchées, Molly Hatchet s'accorde également quelques pauses à l'occasion de Heavy-Blues-Rock virils sur lesquels la voix de Danny Joe Brown fait merveille ("The Creeper", "Cheatin' Woman") alors que la production assurée par Tom Werman rend à la fois hommage à chaque interprète et à l'aridité des paysages du Sud.

Voilà un premier épisode d'à peine plus de 36 minutes mais qui lance avec succès les aventures de ses nouveaux rebelles confédérés prêts à entrer dans la légende d'un style musical qui ne pardonne pas le manque de détermination et d'honnêteté. Avec ce premier opus, Molly Hatchet impose son identité en provenance des marécages de Floride, capable de mordre avec la férocité des sauriens peuplant leurs territoires d'origine, mais également de chevaucher au travers des plaines ensoleillées que cela soit au trot ou au galop, mais toujours avec fierté.

0 Commentaire

6 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ svad

06 Mars 2013

Une pierre angulaire du Rock Sudiste

Il y a de ces albums qui vous marquent, car ils sont liés à une période de votre vie, ou à des rencontres qui vous font toucher du doigt une autre facette de votre approche en tant que passionné d'une part, et de musicien d'autre part.

La découverte du Rock Sudiste s'est faite pour moi à travers Blackfoot, Lynyrd, et... Molly Hatchet. Soit le tryptique infernal (pour moi en tout cas, car il y a aussi Allman Brothers) de ce style si particulier.

Bien modestement, je souhaite rendre hommage à ce "Molly Hatchet", album éponyme de cette série des 3 premiers albums cultes du groupe.

Bourrins, passez votre chemin, car un adjectif me semble partieculièrement adapté pour décrire cette galette: Subtil.

Oui, subtils ces riffs cristallins et alambiqués, subtile cette structure des morceaux, subtiles ces solos, subtile la rythmique, Molly Hatchet vous amène avec lui.
Le voyage commence, vous voici transportés à Jacksonville, fief sudiste.
Le Blues et la Country font donc tout naturellement partie des éléments majeurs qui transpirent du Rock dit "Sudiste", ainsi que cet amour pour le pays et la fraternité entre les groupes de la région.

De vrais classiques composent cet album.
"Bounty Hunter" et son riff entêtant, Danny Joe Brown démontrant d'entrée tout ses talents de chanteur et son identité vocale si particulière. Le solo est, quant à lui, d'anthologie.
" Gator Country", un des morceaux les plus connus du groupe, est extrêmement inventif, sa structure géniale, et son refrain des plus excellents.
Si tous les morceaux ne sont pas d'égale qualité c'est vrai, il n'y a pas de déchets.
Mentions spéciales à "Dreams I'll never see" ou encore "Cheatin' Woman". Cultes !

Vous l'aurez compris, cet album est une pierre angulaire du style, bénéficiant d'une inspiration rare.
Savourez sans modération !!

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
OVERKILL77 - 06 Mars 2013: "Dreams I'll Never See" reprise aux Allman Brothers, justement.

Merci pour ton com
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire