Mnemesis

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Mnemic
Nom de l'album Mnemesis
Type Album
Date de parution 19 Juin 2012
Labels Nuclear Blast
Produit par Tue Madsen
Enregistré à Antfarm Studio
Style MusicalMetal Moderne
Membres possèdant cet album37

Tracklist

1. Transcend
2. Valves
3. Junkies on the Storm
4. I’ve Been You
5. Pattern Platform
6. Mnemesis
7. There’s No Tomorrow
8. Haven at the End of the World
9. Ocean of Void
10. Blue Desert in a Black Hole
Bonustrack (American Release)
11. A Matter of Choice
12. Synaesthesia

Chronique @ Eternalis

21 Juin 2012

"Mmemesis" n’est rien de plus ou de moins qu’une copie de la copie du clone [...]

A l’aube d’attaquer la chronique de ce cinquième album des franco-danois de Mnemic, je cherche une manière simple de présenter Mnemesis à des auditeurs ne l’ayant pas encore écouté.
Hum…voyons voir…voyez-vous le dernier album de One-Way Mirror sorti voici un mois et demi ("Destructive by Nature") ? Et bien c’est globalement la même chose, mais en légèrement plus moderne, et fondamentalement plus orienté vers la scène death mélodique suédo-danoise très orientée metalcore.
Voilà, rien de spécial à ajouter, le chanteur Guillaume Bideau porte tellement la musique que le reste apparait superflu.

Encore ? Des précisions ? Vous voulez des détails ? Arf…allez au boulot dans ce cas…

Chanteur depuis 2006 dans le groupe, le français expatrié de Scarve a rapidement changé l’image d’un groupe initialement dans le giron des In Flames et Soilwork, mais rattrapé progressivement par la scène metal moderne usant de moult samples, de voix claires trafiquées à outrance, de riffs très mélodiques ; le tout sous une production souvent absolument énormissime croulant d’overdubs et d’effets en tous genres conférant à l’ensemble une saveur synthétique et aucunement naturelle ou organique.
C’est ainsi que la sortie de "Sons of the System" avait été accueillie plutôt timidement il y a deux ans et demi, voyant un groupe stagnant et ne sachant pas vraiment vers quelle direction aller pour faire évoluer une musique linéaire mais cherchant tout de même à proposer (vainement certes) des sonorités originales. Cet album était la parfaite représentation du mal de cette scène dite moderne qui cherche à prendre le meilleur de multiples genres mais n’arrivent pas à canaliser ses influences pour les ressortir en un ensemble cohérent et intelligent.

Accueillant trois nouveaux membres pour ce nouvel album, et ne laissant plus comme musicien initial que le guitariste Mircea Gabriel Eftemie, Mmemic ne réinvente pourtant que bien peu sa musique. "Transcend" ouvre le bal sans transcender justement, avec, comme il fallait s’y attendre, une production phénoménale de puissance brute mais d’une platitude extrême tant elle sonne constamment identique tout au long du disque, sans respiration ni vie. Le timbre vocal de Guillaume, désormais bien connu, évolue dans les contrées les plus mélodiques comme les plus gueulées mais ne surprend à aucun moment, tant la musique souffre d’une banalisation extrême et d’un côté prévisible à souhait.

Difficile, dans ces conditions, de faire ressortir des morceaux plus que d’autres. "Mmemesis" n’est rien d’autre qu’un nouvel album du groupe, n’apportant rien de plus, réutilisant les mêmes recettes et schémas, avec le même son et le même manque cruel d’identité et d’aspérité. Le groupe s’enfonce constamment dans un puits sans fond d’idées toutes plus navrantes les unes que les autres. Les morceaux s’enchainent, les riffs également mais l’impression de vide est pourtant toujours plus forte, particulièrement sur les phases de chant claire qui semblent plus invisibles et niaises que jamais. Cette impression persistante et énervante de connaitre la composition avant même son écoute s’avère très rapidement insupportable, encore plus quand le résultat ne vaut même pas la moyenne ("Junkies on the Storm", "Mmemesis"). Évidemment, comme d’habitude, le morceau calme de rigueur se dénommera cette fois-ci "There’ No Tomorrow" pour un résultat à la hauteur de nos attentes : aussi bas de plafond que le fameux Ground Zero.

Je doute qu’il soit utile d’aller véritablement plus loin. "Mmemesis" n’est rien de plus ou de moins qu’une copie de la copie du clone de la copie d’un groupe à la mode des années 2000 avec une grosse prod, des grosses guitares basiquement grasses et une voix virile réussissant à se faire aussi douce et plate que s’il était passé sous la presse hydraulique d’une usine de métallurgie.
Je ne vois même pas, cette fois-ci, l’intérêt d’ajouter une note au propos. Je pourrais coller la bulle arbitraire tout comme la stricte moyenne, selon l’humeur ou la vision à avoir de la chose (un album dans la moyenne des sorties inutiles et génériques d’une année ou l’album définitivement de trop d’un groupe auquel on a un jour eu l’espoir qu’il s’en sortirait). Nous en resterons là pour aujourd’hui.
Fin de la communication.

6 Commentaires

9 J'aime

Partager

thefastandgrind - 21 Juin 2012: mnemic je préférais avec l'ancien chanteur et le premier album m'avait vraiment surpris, le deuxième un peu moins et puis ici plus rien dommage
Orel - 21 Juin 2012: @: thefastandgrind: comme la majorité des gens je pense. Il faut avouer que même maintenant Mechanical Spin Phenomena possède une ambiance et une puissance qui n'a rien à envier à tout les enfants et petits enfant qui succèdent à Fear Factory (et même à certains albums de FF).



Sinon ce dernier album je passe également. Tout comme Passenger l'écoute m'énerve dès les 10 premières minutes. Mais je persiste à essayé d'écouter ce groupe qui m'avait vraiment accroché fut un temps...
 
sophocle - 22 Juin 2012: Cet album est génial
Geoko - 06 Juillet 2012: Autant j'avais adore Passenger (periode Bideau) celui d'apres un peu moins, mais celui la, je me suis rarement autant fais chier en ecoutant un album... A oublier
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire