Metamorphignition

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Arkaik
Nom de l'album Metamorphignition
Type Album
Date de parution 09 Octobre 2012
Enregistré à Castle Ultimate Studios
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album19

Tracklist

1. Skin Graft Hieroglyphics
2. Metamorphignition (Sirens in Electric Veils)
3. Pt. 1
4. Pt. 2 (Paths of Recognition)
5. Blade Grasp Priesthood
6. Soliloquies of the War Machine
7. The Laughing Prophet of Doom
8. The Withered Hands of Mortality
9. The Omnipus
10. Opus Brahmanic

Chronique @ Matai

12 Octobre 2012

Un bon cocktail spiritualo-technico-brutal

Formé en 2004 par Jared Christianson et Chance Strickland, Arkaik s'est fait remarquer en 2010 grâce à « Reflections Within Dissonance », un album technique, brutal, subtile et minutieux mais en manque d'originalité, la scène death technique ayant déjà bien explosé. Toutefois, les Californiens, malgré leur bonne réputation, ne sont pas prêts de se reposer sur leurs lauriers.

2011 devient de ce fait une année très importante. Ils perdent deux membres, à savoir le bassiste Eric (remplacé par Ivan Munguia de Brain Drill et d'Odious Mortem) et le batteur Ryan Smith (remplacé par Alex Hernandez-Bent de Monumental Torment), ce qui, à première vue semble renforcer le line-up. De plus, ils se dirigent cette fois-ci vers les Castle Ultimate Studios de Zack Ohren (Brain Drill, Decrepit Birth, All Shall Perish) tout en gardant leur signature chez le prestigieux label Unique Leader.

La pochette par Tony Koehl (Sammath, Gorgasm, Putrid Pile) montre de nouveau l'orientation d'Arkaik vers un death technique spirituel, d'où ces couleurs, ces dessins ésotériques et ce simulacre d'écriture en sanskrit. L'album se divise lui-même en trois parties (Tapasiatic Exodus, Sirens in Electric Veils et Paths of Recognition) afin de montrer les étapes d'une certaine métamorphose. En cela, le death technique d'Arkaik se veut plus aérien et harmonieux sur certains passages mais il conserve son agressivité et sa précision chirurgicale étonnante.

Même si le titre introducteur « Skin Graft Hieroglyphics » reste plus traditionnel avec son riffing incisif et son growl nerveux, la suite propose son lot de soli, de sweepings, et de saccades, que ce soit sur l'éponyme ou « The Laughing Prophet of Doom » pour ne citer qu'eux. Mais c'est certainement « Part 1 » (la première partie de la seconde partie « Sirens in Electric Veils ») qui se démarque le plus avec son ensemble entraînant, ses riffs imparables et sa mélodie entêtante.

Cette fois-ci, les introductions et/ou conclusions des titres se font grâce à une certaine programmation, conséquence même du concept spirituel des Californiens. On a alors droit à des sonorités industrielles sur « Metamorphignition », à un piano mystérieux sur « Part 2 » et « Soliloquies of the War Machine », à des rires malsains sur le final de « Blade Grasp Priesthood » ou même du tribal sur « Opus Brahmanic » (percussions et chant gutturaux tibétains).

Malgré ça, tout se veut précis et carré, avec un duo basse/batterie impeccable et des guitaristes qui ont la niaque. C'est sans doute le long « The Omnipus » qui montre tout leur potentiel avec un riffing varié et technique, quelques interludes planantes et une puissance imparable. De quoi apprécier le cocktail spiritualo-technico-brutal d'Arkaik.

En dépit de ces qualités, les Américains ne révolutionnent rien sur ce « Metamorphignition » mais ils assurent leur place au sein de la grande scène death technique. Ils possèdent l'agressivité nécessaire ainsi que de très bons riffs mais ont toutefois quelques faiblesses en ce qui concerne les parties chant, le growl de Jared restant de nouveau un poil trop linéaire, et la ressemblance entre certaines titres, notamment les premiers. Il est cependant sûr et certains qu'une fois ces petits défauts corrigés, le death metal d'Arkaik réussira à s'envoler.

8 Commentaires

9 J'aime

Partager

Fabien - 12 Octobre 2012: Odious Mortem, c'est un brutaldeath de haute volée, je te recommande le second album Cryptic Implosion. Dans le genre, si tu aimes les trucs brutaldeath ouest-américains techniques et produits aux Castle Ultimate Studios chez Zack Ohren, penche-toi aussi du côté de Severed Savior et son second full-lenght Servile Insurrection. De bons albums de 2007/2008, à une époque ou la scène brutaldeath US ne tournait pas en rond. Quant à Arkaik, j’ai relativement bien aimé son précédent effort brutal & technique Reflections Within Dissonance, bien que cela reste assez passe-partout. Fabien.
PsyStorm - 13 Octobre 2012: Odious Mortem c'est pas mal en effet. Par contre le précédent Arkaik ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable. C'est pas mal joué, ouais, mais plutôt passe partout comme le dit Fabien. Je préfère vraiment Decrepit Birth
Matai - 13 Octobre 2012: C'est sûr qu'Arkaik, c'est un cran en-dessous, mais il y a de bonnes choses sur cet opus, même si on retrouve certains défauts de l'album précédent.
brutaltof - 13 Octobre 2012: Cet album est dans la droite lignée du précédent, donc plutôt bon. Effectivement ça ne sort pas vraiment du lot mais c'est toujours aussi varié et inspiré. Perso je le préfère largement au Polarity de DB (qui était une vraie déception) même si je ne vois pas trop le rapport entre ces deux groupes, mis à part la technique.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire