Métal Noir Québecois

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Forteresse
Nom de l'album Métal Noir Québecois
Type Album
Date de parution 19 Décembre 2006
Style MusicalBlack Atmosphérique
Membres possèdant cet album91

Tracklist

1.
 La Moisson de la Liberté
 08:28
2.
 Une Nuit pour la Patrie
 10:28
3.
 La Flamme et le Lys
 07:41
4.
 De Sang et de Volonté
 07:16
5.
 Métal Noir Québecois
 08:44
6.
 Honneur et Tradition
 07:42

Durée totale : 50:19


Chronique @ Demogorgon666

22 Juin 2009
C'est fin 2006 que l'appel à la révolution a sonné à nouveau, avec l'arrivée sur la scène black metal québécoise de ces deux grands indépendantistes, Athros et Moribond, activistes et musiciens  du groupe Forteresse. Ils nous offrent, ici,  leur premier chef d'oeuvre justement intitulé "Métal Noir Québecois".

Le label Sepulchral Productions s'est chargé de la production, encore un talent inestimable qu'ils sont allés déceler si l'on considère des groupes tel que Sombres Forêts, Utlagr, Gris...mais aucun parmi ces derniers n'avaient auparavant défendu l'indépendance et le Traditionalisme du Québec avec une telle intensité, sauf peut-être Monarque, et encore...

Au niveau musical, ce premier opus est assez à l'opposé du deuxième, "Les Hivers de Notre Epoque", car beaucoup plus agressif, rapide (présence de blast beats un peu tout le long de l'album) et peut-être moins abouti que ce dernier (ce qui n'en fait pas moins une merveille, au contraire!).
Il y a aussi des différences du point de vue des textes (écrits en français bien sur), ceux du "Métal Noir Québecois" ayant pour objet la tradition et l'indépendance, et ceux des "Hivers de Notre Epoque" les poèmes d'Emile Nelligan et d'Albert Lozeau qui avaient pour objet l'hiver, et tout le respect qu'il imposait.

La première chanson ("La Moisson de la Liberté") commence avec une introduction de musique traditionnelle composée il y a un bout de temps par Tommy Duchesne, non pas que Forteresse se veuille black metal folklorique mais c'est en hommage à l'histoire du Québec, puis au moment où on s'y attend le moins nous surprend une coupure très nette repartant avec un black metal froid et violent sur les chants torturés d'Athros et la musique de Moribond. On peut retrouver ce schéma de composition dans le troisième titre ("La Flamme et le Lys") avec une introduction d'Isidore Soucy et encore une fois dans le cinquième morceau ("Métal Noir Québecois") avec une introduction de Joseph Allard, lequel figure également sur la pochette de l'album. Les trois autres titres ne sont pas bien différents (mis à part l'absence de l'ouverture traditionnelle), alternant tantôt avec des passages rageurs et révoltés, tantôt mélancoliques et envoûtants frôlant parfois l'atmosphérique avec les partitions de clavier, rappelant une époque où tout le monde se battait avec ferveur pour la liberté du Québec.

Une question que l'on pourrait se poser est pourquoi le choix de ces auteurs et compositeurs divers sur ces différentes introductions? C'est en partie du au fait qu’ils étaient très influents et très représentatifs de cette époque des révolutions pour l'indépendance du Québec qui ont fait rage lors du XIXème siècle, et  au cours desquelles beaucoup de patriotes ont finis pendu.

Un tout petit désagrément à signaler tout de même, c'est la répétitivité de ces chansons qui n'est, pourtant, pas en mesure d'abaisser mon point de vue sur cet album déjà mythique. Incontournable pour tous les accros du black québécois, adeptes d’une scène qui prend d'ailleurs de plus en plus d'ampleur depuis quelques années.

Voilà, je finirais avec une phrase de Moribond : Après le calme vient la tempête...

9 Commentaires

4 J'aime

Partager
Demogorgon666 - 29 Juin 2009: Un retour à la période Darkthrone? Eh ben faudra m'expliquer en quoi, c'est une musique assez unique en son genre...
Et de plus, si l'on constate la déplorable scène black metal actuelle, ce ne serait pas mal que les trois quarts de ces groupes prennent un peu exemple à cette époque. En tous cas, si c'est le fait qu'un groupe sonne comme la "deuxième vague" black metal et qu'on en dit que c'est de la merde, c'est vraiment grave... mais ça ne m'étonne pas de ce magazine pour trendies...
LuneNoire - 04 Août 2009: J'ai halluciné lorsque j'ai possedé ce disque, j'aime tout les titres. Ils révèlent la grandiosité de leur patrie.
Morgendre - 14 Septembre 2011: Cet album est une perle tout simplement, j'ai trouvé tout les titres excellents! Et je ne m'en suis pas lassé une seconde.

Un des meilleurs sons black qui à pu passer dans mes oreilles, de plus, il m'a vraiment fait sentir une forte impression de patriotisme, chose auquel nous ne devons jamais oublier.

Si je devrais lui accorder une note ça ne serais pas un 20/20....mais carrément un 30!
Jhudon - 05 Décembre 2016: C'est plein de bon moment mais j'ai beaucoup de misère avec le son de la batterie.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ TasteofEternity

21 Avril 2016

La Patrie Québecoise en danger

Difficile de se projeter avec une pochette pareille ! Photo en noir et blanc d'un personnage en dehors du temps, logo lisible, et titre en français, tout ce classicisme suranné colle difficilement avec le Métal Noir (premier doute).
Dès les premières mesures résonnent quelques accords festifs et champêtres à l'accordéon (deuxième doute).

L'apocalypse se déchaîne alors sur l'auditeur en un instant !!! Plus qu'un mur, c'est un rempart infranchissable qui se dresse devant vous lorsque la section rythmique, enfin la batterie, se met à tout anéantir sur son passage, à grands renforts de double pédale omniprésente, qui vous piétine telle une charge d'éléphants furieux, intensifiée par la réverb des guitares saturées au maximum pour garantir une résonance glaciale et totalitaire comme les Norvégiens le pratiquaient au début des 90's. Les riffs minimalistes tournent en boucles interminables qui finissent par vous projeter dans un épais brouillard sonore asphyxiant dont il ne ressort qu'une voix de corbeau lointaine et agressive qui crache un discours guerrier épris de Liberté. Pour Forteresse, nul doute que la meilleure défense demeure l'attaque, frontale de préférence. Vous pensez vous en sortir parce qu'au loin vous percevez une ligne mélodique (au-delà du bannissement de tout clavier bontempi), mais pauvre mécréant, affûtée comme une lame de rasoir elle n'aura de cesse de vous lacérer l'esprit jusqu'à vous rappeler ce que vous êtes devenus : des fils de guerriers domestiqués, esclaves d'une civilisation décadente, par oubli et conformisme. Le prix du Sang dévoyé pour un "Jeans" et un sourire de sauce !

L'idéologie patriotique est ici première, le metal noir, son instrument de terreur pour exterminer l'ennemi. La résistance déployée par Forteresse se fonde sur une stratégie à plusieurs niveaux, la glorification d'illustres aînés, comme Tommy Duchesne, Isidore Soucy et Joseph Allard (sur la jaquette), témoins d'un âge d'or disparu, et d'un héritage dilapidé, une musique au potentiel destructeur maximal exécuté avec rigueur et férocité par un duo de fossoyeurs, et enfin un discours épique qui exalte les valeurs guerrières ancestrales dans le cadre d'une propagande terriblement efficace : MEMOIRE-SACRIFICE-LIBERTE !!!

Résultat : annihilation totale de la pourriture anglophone.

A tous les ignares qui prennent les Sorcier des Glaces, Brume d'Automne et Forteresse pour les dernières baltringues coupables de perpétuer l'abâtardissement mélodique du "vrai et pur" Métal Noir, je recommande l'écoute de ce Métal Noir Québécois au plus vite !

"Par l'acier et l'esprit
le feu et les ruines
pour l'honneur oublié
Une Nuit pour la Patrie"

3 Commentaires

4 J'aime

Partager
Elevator - 21 Avril 2016: Merci pour ta chronique !
J'étais tombé par hasard sur cet album il y a quelques temps et, si j'avoue ne pas être un spécialiste du genre, il m'avait fait forte impression.
samolice - 26 Avril 2016: Merci pour la chro.
Evidemment, je n'ai jamais entendu parler de ce groupe, et je ne suis pas sur d'en entendre quoi que ce soit dans les prochains jours, même si ma curiosité m'y invite tant j'ai envie de savoir à quoi ressemble une voix de corbeau lointaine et agressive.
Après la voix de canard, la voix de crapaud, à ce rythme SOM va devenir une animalerie :-)
Icare - 25 Juin 2016: samolice: précipite-toi sur leur dernier album qui est tout bonnement excellent. J'en publierai la chronqiue d'ici quelques jours. Malgré tes goûts qui me semblent plus hard/heavy/glam je suis sûr que tu peux aimer, car il y a une intensité mélodique assez hallucinante et un travail de guitares vraiment phénoménal!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ winter

16 Octobre 2008
Forteresse, après sa première galette "les Hivers de notre Époque", revient avec un message plus profond et les titres des pistes sont des plus évocatrices à se sujet, pour toutes les oreilles sensibles qui sauront les trouver et les comprendre dans leur juste contexte.
En effet, cette nouvelle mouture est renforcé d'un style rapide et profond mais qui se veut lourd avec des partie de guitare particulièrement efficaces. À cela, un rythme effréné de la batterie, toujours omniprésente par sa puissance mais qui se veut discrète, pour laisser place à la puissance de l'ensemble (sans vouloir accaparer sa présence par rapport aux reste de la composition).
Les vocaux d'une extrême puissance, et très bien travaillés, donnent un sentiment de "toujours être dans la douleur".
Ces vocaux vont très bien avec le reste, qui veut une froideur et une éthique puissante, tout en restant lourd et pesant... mais qui nous pousse dans la dimension de Forteresse, à savoir un travail de mémoire contre le désarroi des choses oublié pour la très chère Patrie et leur héritages.

3 Commentaires

1 J'aime

Partager
deathman132 - 30 Août 2010: Très bon commentaire hormis le fait que ceci est le premier album et non le deuxième "Forteresse, après sa première galette "les Hivers de notre Époque"
Maggy - 22 Novembre 2011: @Innercombustion : Regarde la date, tu comprendras pourquoi c'est passer. ;)
Personnelement, je préfère largement ces petites chroniques courte, mais disons efficace, au gros pavé de chronique très chiant a lire, qui au fond ne décris pas mieux l'album.

Sinon, une bonne petit chronique, pour un album.. Énorme ! D'ailleurs, sa doit être le disque qui a le plus tourner sur ma platine celui ci.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire