Lupus Dei

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Powerwolf
Nom de l'album Lupus Dei
Type Album
Date de parution 07 Mai 2007
Enregistré à SU2 Studio
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album135

Tracklist

1.
 Intro / Lupus Daemonis
 01:17
2.
 We Take It from the Living
 04:04
3.
 Prayer in the Dark
 04:20
4.
 Saturday Satan
 05:18
5.
 In Blood We Trust
 03:03
6.
 Behind the Leathermask
 04:35
7.
 Vampires Don't Die
 03:09
8.
 When the Moon Shines Red
 04:25
9.
 Mother Mary Is a Bird of Prey
 03:16
10.
 Tiger of Sabrod
 03:53
11.
 Lupus Dei
 06:09

Bonus
12.
 Impressions from the Europe in Bloodred European Tour 2005 (Video)
 
13.
 Mr. Sinister (Live at LKA, Stuttgart, Germany, 03/10/2005) (Video)
 
14.
 The Kiss of the Cobra King (Live at LKA, Stuttgart, Germany, 03/10/2005) (Video)
 

Durée totale : 43:29


Commentaire @ Julien

07 Mai 2007
Quand le roi n’est pas là, les loups dansent. C’est ce que doit se dire King Diamond en voyant se profiler à l’horizon un nouvel album de Powerwolf. Sous ce maquillage se cache donc un groupe de power heavy aux tendances « maidenesque ». Alors coup de chapeau ou intox.

A premiere vue si l’on fait abstraction du fait que ça sonne parfois très Iron Maiden, on peut prendre du plaisir en écoutant ce disque. Les riffs sont heavy a souhait, les refrains se retiennent assez facilement et l’ambiance générale plutôt amusante. Nous sommes plus proche de Lordi que de King Diamond, mais c’est toujours bien marrant de voir des groupes a fond dans leur trip. Le ton général se veut sombre et terrifiant mais le groupe peut jouer a l’Eurovision sans problème, ca ne choquera plus personnes. On pourrait dire que le seul problème de ce disque c’est sa durée un peu élevée qui risque de saouler rapidement. Si l’on tape du pied facilement sur les premiers titres, on se lasse et la cadence pédestre se ralentie nettement par la suite. Pas foncièrement mauvais, juste trop classique pour des gens qui se déguisent (ça serait aussi classique pour des groupes non grimés).
Par contre si il ne devait qu’une éloge a faire, ça serait celle d’ Attila Dorn. Dans un registre, certes maintes fois visités, il se donne corps et âme afin que la musique se transcende. Malheureusement un batteur trop léger gâche ce qui aurait pu être un cri unanime. Dommage.
Indépendamment du batteur un peu laxiste, le son est plutôt de bonne facture et donne la pleine mesure de la musique. Mais il n’y aucun doute sur le fait que de voir le groupe en liuve est la meilleure chose a faire.

Un album somme toute assez classique mais qui brille de par son visuel assez captivant. J’ai bien envie de me faire un petit concert de Powerwolf juste pour chanter un petit coup de « Prayer In The Dark ».
Le prochain album sera probablement meilleur si ils arrivent a maintenir la qualité sur la durée

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire