Lunacy

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Virus (UK)
Nom de l'album Lunacy
Type Album
Date de parution Juillet 1989
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album24

Tracklist

1. Seeing Is Believing
2. Lunacy
3. Bad Blood
4. The Pain Will Pass
5. State of the Art
6. My Life
7. A Sense of Freedom
8. Don't Get Even

Acheter cet album

Virus (UK)


Chronique @ da_sway

07 Août 2014

Un ardent thrash crossover qui s'éloigne de Force Recon

Virus a été dans les 80’s un groupe pressé. Pressé d’apparaitre, pressé d’imprimer sa pâte punk sur la scène thrash britannique ; 3 ans, 3 albums dont un "Force Recon" remarquable et remarqué pour sa fougue teigneuse ; mais pressé de s’éteindre aussi… Enfin Virus a été dans cette courte et intense période pressé d’évoluer. En effet, il suffit de placer ce "Lunacy" sur sa platine pour se rendre compte à quel point le chaotique et mal produit "Pray for War" parait alors bien loin.

Il y a dans ce disque à la fois rupture et continuité par rapport à son plus illustre prédécesseur. Continuité car le quatuor insulaire, resté inchangé, évolue toujours dans cet ardent thrash crossover qui les caractérise. La basse de John Hess claque lourdement comme sur "Bad Blood" et "The Pain Will Pass", et Tez Kaylor dégage une grosse énergie aux fûts pour mener la bande, notamment sur "A Sense of Freedom". Les racines punk restent indéniables ; rien que le riff introductif de "My Life" pue le punk pur jus ; en témoignent l’omniprésence des back vocals comme sur le bondissant "State of the Art".

La rupture n’est pas sur le fond, elle l’est à mes yeux plus sur la forme. Dotée d’une production bien plus propre et soignée qui détonne d’entrée par rapport à "Force Recon", l’attitude se veut moins désinvolte et plus maitrisée, au détriment de ce son qui allouait son aîné d’une ambiance bien sombre. De plus, la multitude de détails, d’ajouts d’effets sonores ; ne serait-ce que les cris féminins de terreur ou les notes claires sur l’éponyme "Lunacy" ; couplés aux fréquentes variations rythmiques ; particulièrement frappant sur "Seeing is Believing" ; lui attribuent une technicité qui était jusque-là moins flagrante dans le passé du groupe.

N’ayant surtout pas eu le même impact sur les thrashers que "Force Recon" ; que j’imagine déçus par la perte de cette impertinence qui teintait leur groove ; "Lunacy" me parait pourtant, au vu de leur impact alors grandissant, comme une évolution logique vis-à-vis de ses prédécesseurs. Il procure un plaisir différent, certes moins sombre mais toujours puissant, du début jusqu’au turbulent final "Don’t Get Even", où les riffs ne cessent de pleuvoir à foison, faisant de lui un album très agréable.

Déjà pas verni en 1988 quand leur tournée aux USA (aux côtés de Death et DBC) fut annulée, Virus dut renoncer à une seconde tournée en 1990 en raison de problèmes de distribution qui retardèrent la sortie de "Lunacy". Ensuite quelques divergences internes entrainèrent des départs et le sort du groupe fut mis entre parenthèses pour un bon paquet de saisons…

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire