Life Cycles

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Word Alive
Nom de l'album Life Cycles
Type Album
Date de parution 03 Juillet 2012
Produit par Joey Sturgis
Style MusicalScreamo
Membres possèdant cet album41

Tracklist

1. Dragon Spell 04:09
2. Wishmaster 03:47
3. Entirety 04:07
4. For Your Health 03:34
5. Bar Fight 03:41
6. Life Cycles 04:21
7. Evolution 04:25
8. Hidden Lakes 03:30
9. Ambitionary 03:09
10. Live a Lie 04:14
11. Belong 04:07
12. Room 126 03:57
13. Astral Plane 03:13
iTunes Bonustrack
14. Smoke Monster 03:51
Amazon Bonustrack
14. The Conscience 04:02
Total playing time 54:16

Chronique @ BlackDieRose

21 Septembre 2012

Rentrer dans la conformité tout en gardant une part d'authenticité...

Qui aurait pu penser que The Word Alive obtiendrait un jour un niveau de réussite et de renommée tel qu’il est maintenant ? Le groupe a sorti un EP éponyme, un second EP, Empire, et un fantastique album, Deceiver. Aujourd’hui c’est au tour de leur second opus, Life Cycles, de passer sur le billard afin de se faire examiner. Mais avant de commencer à parler musique, parlons line-up avec le départ du claviériste Dusty Riach, qui quitte le groupe début 2012 avec le batteur Justin Salinas. Suite à la perte de ces deux musiciens de talent, le groupe embauche alors le batteur Matt Horn. Cependant, ils ne s’attarderont pas sur le remplacement du claviériste, décidant de faire les programmations ensemble. Technique, implacable, parsemé de riffs méchants, de breakdowns explosifs mais aussi de moments délicats distincts, Life Cycles se veut à la fois plus audacieux et plus ambitieux que son prédécesseur.

Plus lourd et plus sombre que Deceiver, ce second album possède néanmoins plus de défauts que son excellent prédécesseur. Notamment, à cause de la magie ignominieuse de Joey Sturgis, leur nouveau producteur. On observe dorénavant un synthé sinistre et rébarbatif qui jadis n’était pas une grande caractéristique du groupe, mais qui maintenant l’est devenu, imposant sa marque sur chaque chanson et sur certains titres on n’est pas loin de l’overdose (Entirety et Ambitionary). Certes, dans un très court laps de temps, Sturgis s'est fait un nom dans la scène musicale Metalcore/Post-Hardcore, avec la production de groupes devenus célèbres tel que The Devil Wears Prada et Asking Alexandria. Malgré son CV impressionnant, nombreux sont ceux qui jettent le blâme sur lui pour l'état actuel de la scène, car on remarque vite que chaque groupe qu’il produit possède des sonorités dangereusement similaires les unes des autres. Malheureusement, Sturgis a imposé sa marque d’une certaine manière sur Life Cycles avec cette sensation d’un Metalcore scolaire. De plus, ce second opus a un gros point négatif : l'ennui et la monotonie sur la seconde partie de l‘album. Cette dernière est remplie de douloureuses erreurs comme des breakdowns basiques et trop fréquents, des pistes trop linéaires et des paroles à la limite du ridicule (Belong).

Malgré ces quelques erreurs, The Word Alive a définitivement fait un bond en avant. Tout d’abord en composition avec beaucoup plus de dynamisme, des couches superposées de moments instrumentaux mélodiques et bien sûr des productions typiques que vous pourrez trouver dans un Metalcore des plus classiques. Cet album offre un mélange équilibré en chant qui mettent en valeur la polyvalence de Telle. En effet Entierety affiche cette perfection vocale avec sans doute un des meilleurs refrains de l‘album. Quand il s'agit de construire un gros son, ce Metalcore ne s'embarrasse pas de demi-mesures. Ceci est démontré par les guitaristes Zack Hansen et Tony Pizzuti qui fournissent des riffs tantôt mélodiques tantôt massifs.

Le groupe sait encore comment se différencier des autres avec ses refrains emballants soutenus parfois par de flamboyants chœurs. À titre d’exemple Bar Fight dispose d'un pré-refrain de tueur, tandis que Room 126 a été créé uniquement pour détruire les tympans. La chanson est un défilé de breakdowns, sur lequel se jette un magnifique solo de Zack. Telle y met aussi du sien, bondissant de hurlement en hurlement, de cris en cris et d'acrobaties lyriques périeuses. Mais ce n'est pas tout. Plus loin, laissons place à la finition lisse et magique de la piste finale. La grandiloquente Astral Plane arrive et une autre tactique se dessine. Presque ambiante, avec des guitares fantomatiques et une batterie chargée de réverbération, elle se laisse finalement aller dans une formule « bang ». La chanson vient et passe comme une vague, vous pouvez la sentir venir à vous longtemps avant qu'elle passe vraiment, et quand elle arrive, elle se termine prématurément, mais pas brusquement.

Il peut sembler que The Word Alive ait enfin revendiqué son terrain sur la scène Metalcore à l‘aide de ce second opus. De Zack Hansen à la guitare exquise (Evolution) à Tyler "Telle" Smith dont la tessiture s’est étendue (Bar Fight), The Word Alive a maintenant toutes les cartes en main pour nous convaincre de rester à ses côtés. Même s’ils se sont rapprochés d’un Metalcore plus traditionnel, ils ont gardé leur style propre à eux. Je ne vois pas beaucoup d'autres groupes semblables. A mon sens, Telle et compagnie sont juste en train de donner aux fans une musique honnête et sincère, et ce sans réserve...

5 Commentaires

2 J'aime

Partager

BlackDieRose - 16 Octobre 2012: Merci,
ce groupe est juste énorme et a un énorme potentiel mais je trouve leur premier album plus avangardiste dans le genre, cet album est plus typé Metalcore basique à la Asking Alexandria. La voix cependant joue beaucoup sur la musique car on sent que contrairement à de nombreux groupes de la scène Metalcore Mélodique/Post Hardcore où la voix est truqué, ici on a l'impression d'une voix naturel.
Djaway - 20 Octobre 2012: Bon j'ai tout lu, Encore bravo vraiment, c'est tout ce que j'ai du mal a faire à l'orale comme à l'écrit, réussir a écrire/décrire avec des mots la musique. C'est très bien foutu, et en plus ce que je reproche a beaucoup de chroniques, LES PAROLES ! Tout y est bravo pour ton travail.
Ensuite, ben je suis tout simplement 100% d'accord avec toi. Sans prétention ou autre je connais vraiment beaucoup de groupes, bizzarement je connaissais pas celui-la avant, mais le chant clair m'a SCOTCHE !! comme tu dis, pas d'artifice ! c'est du vrai chant, le mec est à 2 doigts du scream parfois tellement il chante fort, mais c'est toujours bien trouvé, juste, bien placé, Astral Plane étant l'exemple parfait pour moi.
Ensuite mélodie/breakdowns/violence/scream, tout y est ! Album incroyable, qui réussis a être originale alors que c'est la définition même du metalcore de base.
exorciste - 03 Août 2013: Bravo pour ta chronique, tu travailles bien tous les domaines à exploiter. Je suis d'accord avec toi, je rajouterais aussi que la chanson éponyme au nom de l'album est très bonne elle aussi, sachant que Astral Plane fait le ménage.
ultramajin7 - 06 Décembre 2013: +1 Pour la chronique. Moi qui est suivis le debut de Luke Holland sur sa chaîne, je suis assez content de le voir dans un groupe. Je vais surement chopper ça :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de The Word Alive