Khram

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Arkona (RUS)
Nom de l'album Khram
Type Album
Date de parution 19 Janvier 2018
Style MusicalFolk Pagan
Membres possèdant cet album55

Tracklist

1.
 Mantra (Intro)
 
2.
 Shtorm
 
3.
 Tseluya Zhizn'
 
4.
 Rebionok Bez Imeni
 
5.
 Khram
 
6.
 V Pogonie za Beloj Ten'yu
 
7.
 V Ladonyah Bogov
 
8.
 Volchitsa
 
9.
 Mantra (Outro)
 

Chronique @ hadsonners

15 Mars 2018

une musique intelligente et sans concession

Je ne connais Arkona qu'à travers une chanson, '' Slavsia, Rus '' chanson Folk Metal sympathique, avec une chanteuse au timbre lyrique et majestueux.
Voila, pour moi Arkona n'étais que ce groupe de Folk Metal parmi tant d'autres fringué en viking ésotérique... Bref j'avais écouté, j'avais visionné puis je m'étais tiré.

Quelques années plus tard.

Je tombe sur un extrait du nouvel album à paraître, je l'écoute et là c'est la claque, mais genre par surprise vous voyez, le bon vieux coup dans la nuque qui vous fait manger le bitume la poire la première.
Cette baffe porte le doux nom de '' V pogonie za beloj ten'yu '' ( heureusement que je fais pas une chronique vidéo … ) et c'est un mélange de Black Metal ( oui ) de Doom, d'Ambiant voire d'Electronica et enfin de Folk.
Le tout est maîtrisé, fin mais aussi sauvage, furieux, bestial même et également progressif, complexe, parfois même virtuose.
Déroutant forcément mais diablement séduisant.
Car Arkona signe ici un album aussi attirant que repoussant si l'on est pas prêt à un éclectisme aussi prononcé qu'assumé.

Passé cette chanson et alors que je me suis procuré l'album, la première écoute reste déroutante.
L'intro '' Mantra '' qui porte très bien son nom est une piste de trois minutes, enchaînement de cris plaintifs, de chuchotements inquiétants pour une sorte de transe qui aboutit sur un '' Shtorm '' puisant ses racines dans le Black Metal, guitare stridente, growl furieux et chant clair impérial de Maria "Masha Scream" Arkhipova qui n'aura de cesse de nous impressionner tout le long de l'album !

C'est sur la troisième piste '' que le groupe lâche vraiment les chevaux, longue pièce progressive de dix sept minutes qui alterne entre Black oppressif et Doom, Masha hurlant comme une damnée sur les cinq premières minutes de l'album pour aboutir à un break pesant, mystique et possédé avec des voix d'enfants ( les siens ! ) sur fond de percussions tribales et de flûte traditionnelle, c'est atypique, cela ne plaira pas à tout le monde mais la recherche, notamment dans les sons utilisés, les nombreuses nappes de clavier les différents styles abordés est immense.

Le groupe qui s'exprime dans sa langue natale ne s'est pas pour autant séparé des éléments folks des précédents disques, loin de là, la flûte, les percussions, cordes et autres instruments chers au Pagan sont toujours là.
Ils sont simplement disséminés avec plus de mesure; ce qui au final renforce leur impact.

D'ailleurs, l'aspect traditionnel est plus que jamais présent à travers des chansons comme '' Volchitsa (She Wolf) '' avec ses chœurs éloquents et imposants.
La production sert à merveille le propos, chaque instrument s'entend distinctement, les guitares abrasives côtoyant le chant tantôt corrosif tantôt clair et cristallin alors que le socle basse batterie alourdit l'ensemble baignant le tout dans une atmosphère des plus noires.
C'est alors que le '' Mantra '' résonne de nouveau, l'outro de moins d'une minute me ramène au début de l'histoire, perdu dans un album introspectif, contemplatif, brutal, sombre et lumineux.

Le Folk Metal a disparu.

Arkona dévoile ici un nouveau visage, une œuvre riche et complexe, avec plusieurs niveaux de lecture, une musique intelligente et sans concession, tribale et instinctive, ancrée dans le '' Moi '' si cher au Black Metal.

10 Commentaires

11 J'aime

Partager

Raghnaar - 21 Mars 2018:

@AlonewithL : Sympa l'anecdote sur Serbia et le fan ^^

Oui je comprends ton point de vue concernant la chronique, difficile néanmoins d'empêcher quelqu'un de s'exprimer sur un album qu'il a apprécié (ou pas d'ailleurs). À la rigueur le forum serait la solution (si ce n'est plus la fosse aux lions d'il y a quelques années...). Ta chronique de Khram est-elle sur les rails ?

AlonewithL - 21 Mars 2018:

L'idée est néanmoins lancée. J'ai pas mal de choses à dire surtout concernant l'évolution d'Arkona ces dernières années qui semble filer un tournant que je ne leur reconnais pas trop, trahit aussi par les photos promos qui ont révélé entre autres que Masha s'est prise d'affection pour le "Mgla" du hipster au parfum pagan,"Uada". Ouuuuups! J'en ai trop dit. ^^

Fonghuet - 22 Mars 2018:

album difficile d'accès, très personnel. Yav est mon album préféré du groupe donc je suis content que celui-ci soit dans la continuité. Arkona démontre que folk metal n'a pas qu'à se limiter à du festif, mais qu'il peut utiliser le côté shamanique, spirituel traditionnel. Les instruments folk y sont bien présents, mais en tant qu'ambiance dans l'album et non au premier plan. Faut pas écouter cet album pour jiguer, mais pour se laisser transporter. 
Il va me demander plusieurs écoutes car c'est un album très personnel et complexe dnas sa structure et sa vision

Merci pour la chro!

Fonghuet - 25 Mai 2018:

Khram va demander plusieurs écoutes attentives avant de pouvoir réellement juger, il est complexe, personnel, shamanique et presque psychédélique par ce fait. Bref c'est un album profond et riche

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire