Infernal

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
13/20
Nom du groupe Edge Of Sanity
Nom de l'album Infernal
Type Album
Date de parution 05 Fevrier 1997
Style MusicalDeath Progressif
Membres possèdant cet album85

Tracklist

1. Hell Is Where the Heart Is 05:26
2. Helter Skelter 02:28
3. 15.36 04:54
4. The Bleakness of It All 03:32
5. Damned (by the Damned) 05:31
6. Forever Together Forever 04:27
7. Losing Myself 03:38
8. Hollow 04:26
9. Inferno 03:29
10. Burn the Sun 06:30
11. The Last Song 05:33
Total playing time 49:54

Chronique @ eulmatt

23 Novembre 2007
Le jamais rassasié Dan Swanö, incapable d’arrêter de composer, enchaîne en cette année 1997 sur un nouvel album qui n’est ni plus ni moins que le sixième d'Edge of Sanity... en six ans. Ce n’est donc pas le fait d’avoir enfanté un album-concept tout à fait expérimental nommé Crimson, un an auparavant, qui le freine. Cependant, après un excellent Purgatory Afterglow, Edge Of Sanity a mis la barre très haute en obtenant une reconnaissance unanime pour la qualité de Crimson. Sur fond de conflit interne, Edge Of Sanity se voit donc devant un sacré défi, à savoir assumer son nouveau statut sur la base d’un album conventionnel.
La chute est d’autant plus lourde qu’Infernal, non content de ne pas se montrer à la hauteur de ses glorieux prédécesseurs, est pour l’essentiel sans relief et insipide. On connaît désormais l’histoire, dure à dissocier de la légende, précisant que Swanö, en froid avec les autres membres et la maison de disque, n’aurait pas composé la moitié des titres. Sujet à débat sans enjeu de toute façon, car malheureusement, le résultat musical est là.

La musique d’Edge Of Sanity n’est pas dénaturée de manière outrancière, le son est sans doute un poil plus lisse que le légendaire grain de Purgatory, mais tout cela reste massif et respectable. L’Edge Of Sanity le plus incisif pointe le bout de son nez de temps à autre (Forever Together Forever, Helter Skelter) pour de bons moments de death Scandinave; on doit aussi citer le morceau introductif Hell Is Where The Heart Is, solide démonstration du talent intact d’Edge Of Sanity dans l’alternance des touches mélodiques et de la virulence de riffs incisifs sur un rythme mid-tempo Le Swanö lyrique pousse ses envies heavy à fond sur quelques titres gratifiés d’un chant clair exclusif, s’appuyant sur des mélodies très accessibles et sur un format plutôt conformiste (Losing Myself) ou faisant carrément dans la ballade planante (The Last Song). Néanmoins, entre ces deux tendances que pas grand chose ne rapproche, on retrouve des morceaux souvent inspides. Des titres carrés, des riffs sans génie mais copieux, un growl particulièrement caverneux, certes. Ce qui pêche pour de bon, c’est que l’ennui n’est jamais très loin. Du bourrin Inferno qui n’a ni queue ni tête, au quelconque The Bleakness Is All, en passant par le poussif Damned (By The Damned), le contenu est souvent fade et indigne du standing des Suédois. Pas sûr que vous parveniez à retenir pléthore de riffs et de mélodies de cet heavy /death prévisible et ennuyeux.
En prenant l’album dans sa globalité, un vieux travers nommé hétérogénéité ressort du chapeau...et le comble, c’est qu’en plus Edge Of Sanity se tire carrément une balle de pied est éradiquant quasiment complètement les touches progressives qui faisaient son charme. Ce ne sont pas les quelques “pauses” prog comme sur Burn The Sun ou le tortueux 15:36 qui changent la donne.

Les moins exigeants iront donc piocher par çi par là les morceaux qui les contenteront le plus, mais pour ma part, je regrette que l’immense potentiel d’Edge Of Sanity puisse accoucher d’un disque fourre-tout où les moments de contentement se dégustent avec parcimonie, noyés dans le moyen et le passable. Sur ce, je retourne écouter Purgatory.

6 Commentaires

5 J'aime

Partager

Fabien - 06 Janvier 2008: Bien vu ! L'ambiance n'était pas au beau fixe au sein d'Edge Of Sanity, et de plus, les relations entre Swanö et son label Black Mark s'étaient considérablement détériorées à l'époque. Ceci explique cela.

Fabien.
Reigoth - 24 Octobre 2010: J'aime beaucoup EOS, mais cet album est vraiment une vraie bouse !!!!!! Désolé de dire ça, mais il n'y a rien dans cet album....Des morceaux réchauffés, un fourre-tout dont ils ne savaient plus quoi en faire !!!!
Je ne sais même pas si je lui donne la moyenne !!!!.......
 
Macrophage - 08 Fevrier 2011: Assez d'accord avec vous sur la médiocrité de cet album. Cela dit la chronique est très imprécise car Dan Swano a composé BEAUCOUP plus que 6 albums entre 91 et 97. Sa discographie ne se limite pas à Edge of Sanity...
eulmatt - 15 Mai 2011: Mouais, "chronique très imprécise" juste pour ça... j'ai rajouté "d'Edge of Sanity" même si pour moi c'était évident...
Mais bon, les lecteurs exigeants me rappellent que ces premières chroniques mériteraient un coup de neuf, c'était pas terrible j'en conviens.
Par contre le jugement sur le disque a pas bougé depuis, je ne pense même pas avoir sorti le CD de son boîtier depuis 4 ans.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire