In the Mist of Night

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Vargsang
Nom de l'album In the Mist of Night
Type Album
Date de parution 20 Octobre 2014
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album12

Tracklist

1. The Roots of Hate 05:31
2. Praise the Dead 03:35
3. In the Mist of Night 03:42
4. The Cosmic Gate 03:46
5. Lifeless Eternal 04:17
6. Of Sickness and Lust 03:39
7. Captured in the Dark 03:40
8. There Is No Heaven 04:01
9. Begotten 04:57
10. Chains of Life 04:36
Total playing time 41:44

Acheter cet album

Vargsang


Chronique @ Antonin_Martin

28 Décembre 2017

Vargsang n'a plus rien à prouver, la qualité et la pureté de son Black ne sont plus à démontrer

Froid comme la glace, irréversible comme la mort, ce dernier méfait pondu par Vargsang au coeur d'un cimetière s'intitule "In the Mist of Night". Le groupe n'a plus rien sorti depuis lors, mais a marqué le coup avec ce full-length, oeuvre majeure dans sa discographie. Un opus incontestablement plus travaillé, atmosphérique, glacial et, par dessus le marché, apportant du renouveau et une certaine fraîcheur à la musicalité de Vargsang. Bien évidemment, sans s'écarter de ses principes et de son amour fanatique pour la mort ; conservant une certaine crasse et en préservant son authenticité.

Vargsang n'a certes plus rien à prouver, la qualité de son jeu et la pureté de son Black ne sont plus à démontrer. Toutefois, bien que Vargsang s'immisce dans un True Black traditionnel, certes efficace et malsain, il manquait toutefois une touche plus personnelle au groupe pour pouvoir réellement se démarquer de la masse et entrer dans la cour des grands. Lorsque l'on écoute les précédentes productions telles que "Call of the Nightwolves" ou encore "Werewolf of Wysteria", ce sont certes des albums de qualité, mais peu originaux. Il manquait une touche plus personnelle, et ce "In the Mist of Night" est justement là pour combler ce creux qui sommeillait au coeur de la bête, proposant donc du renouveau à sa musicalité et sans s'écarter de ses principes, toujours animé par la haine, ainsi que de son esprit misanthropique.

Ce renouveau, c'est tout d'abord la présence plus généreuse des synthés, apportant ici une touche plus atmosphérique. Mais je préfère être clair : Vargang ne s'oriente pas sur ce full-length vers un registre Black Atmo lambda aux couleurs arc-en-ciel et facile d'accès, que l'on écoutera en soirée en amourette auprès d'un feu avec plein d'amis. Non, là se serait plutôt dans un cimetière abandonné en plein hiver avec des cadavres exhumés, pas un chat aux alentours et une somptueuse odeur de moisissure qui règne dans les parages. Pour ainsi dire, on est livré à un riffing plus tranchant et mélodique, mélodique mais glacial par l'octroi d'une production plus incisive tout en conservant une certaine crasse dans le son. C'est dire que les grattes sont bien plus froides et sèches tout comme le chant, ici plus rauque, moins vorace qu'auparavant mais bien plus empathique et suintant la mort. Donc, au niveau du chant et des grattes, cela diffère légèrement du passé, mais un peu d'innovation n'était pas la malvenue pour proposer une musique aussi pure mais en s'écartant aussi d'un Trve Black classique. Pour ma part, définir cet album de plus conventionnel et facile d'accès serait faire fausse route, l'ambiance étant ici vraiment glaciale et l'immersion vraiment intense, empestant le doux parfum de la mort et toute trace d'humanité se voyant ici estompée.

Ceux qui n'ont pas été dérangés par la production de Werewolf of Wysteria, bien plus lisse qu'auparavant, se feront parfaitement à celle de ce disque. Cette perte de crasse permet, à mon sens, d'apporter plus de profondeur et de dynamisme aux compos tout en conservant une certaine crasse et en préservant son authenticité. Je parle de dynamisme, mais il s'agit simplement de l'instrumentation ainsi qu'une batterie beaucoup plus sèche. Le chant est, quant à lui, beaucoup plus empathique et on sent que le sieur Vargsang en a vraiment soupé de la vie, chaque vers qu'il récite respire la brise d'un vent froid et glacial émanant de son chant de damné, ayant délaissé l'humanité à des années lumières. D'ailleurs, davantage d'écho apporté à sa voix a permis de lui apporter davantage de profondeur, se répercutant dans un cimetière à la nuit tombée, parmi les morts et la puanteur de la peste.

Indéniablement, Vargsang apparaît sous un nouveau jour (ou je dirais plutôt la nuit), que certains ne verront peut-être pas d'un bon oeil dû à sa production beaucoup moins sale, jugée trop propre par les puristes amateurs de crasse. Toutefois, le groupe a su innover et dans le bon sens, proposant un opus plus riche, glacial, travaillé, mélodique tout en conservant l'essence de sa musique et la pureté d'un Black malsain, qui font sa force et sa prestance. En définitive, mon favori du groupe, auquel j'attribue la sublime note de 16/20, tout à fait mérité et à la hauteur de ce superbe album.

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Vargsang


Autres albums populaires en Black Metal