In the Heart of the Young

Liste des groupes Hard Rock Winger In the Heart of the Young
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Winger
Nom de l'album In the Heart of the Young
Type Album
Date de parution 1990
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album107

Tracklist

1. Can't Get Enuff 04:20
2. Loosen Up 03:29
3. Miles Away 04:11
4. Easy Come Easy Go 04:03
5. Rainbow in the Rose 05:34
6. In the Day We'll Never See 04:50
7. Under One Condition 04:28
8. Little Dirty Blonde 03:32
9. Baptized by Fire 04:11
10. You Are the Saint, I Am the Sinner 03:35
11. In the Heart of the Young 04:36
Total playing time 46:45

Chronique @ frozenheart

09 Octobre 2016

Un deuxième album varié alliant la technique à la mélodie...

C'est seulement deux ans après l'excellent éponyme nommé Sahara (pour les connaisseurs), paru en 1988, que nous retrouvons enfin le groupe Winger. Celui-ci revient nous proposer un nouvel et deuxième album intitulé In the Heart of the Young qui s'inscrit plus ou moins dans le sillage de son prédécesseur. À savoir une musique entraînante, vivifiante aux arrangements subtils associés à des compositions beaucoup plus élaborées et variées, alliant le gros Hard Us, FM, au Progressif, en passant par des touches Funk au groove certain.

Winger et sa bande, feront appel une fois de plus, au talent du producteur, Beau Hill, responsable du son de Sahara, mais aussi de l'album Constrictor, d'Alice Cooper, voire beaucoup d'autres issus du genre Hard Rock. L'album bénéficiera d'une production moderne, très léchée (soft), aux ambiances et atmosphères, assez conformes à l'album Hysteria de Def Leppard. Tout comme la pochette d'ailleurs, montrant sur un fond bleu profond, le logo du groupe devant une machine avec le visage robot symbole du groupe, et dont l'œil projette le titre de l'album sur le haut de la pochette.

Côté line-up rien de changé, nous retrouvons notre équipe de surdoués au complet: le leader et bassiste songwriter, Kip Winger (ex-Alice Cooper), Reb Beach, guitariste et technicien au jeu et son mordant et moderne, suivis de Paul Horowitz (Taylor) (ex-Alice Cooper), guitare et claviers et du tentaculaire Rod Morgenstein (ex-Dixie Dregs) à la batterie, qui apportera la touche progressive au groupe.

Le contenu d'une longueur de 46:45 minutes d'extase comprendra des morceaux Big Rock entraînants et fédérateurs (genre Arena Rock), en commençant par "Can't Get Enuff" qui ouvre admirablement l'album. "In the Day We'll Never See", avec son refrain répétitif, vous donne l'irrésistible envie de fredonner. Dans une moindre mesure, je mentionnerais volontiers "Loosen Up" et ses entêtants "Everybody" dans le refrain. Sans oublier, le groovy "Easy Come Easy Go", et son refrain et air qui ne vous quittent plus. Tout comme le mid tempo et très mélodieux "You Are the Saint, I Am the Sinner" et ses chœurs grandioses, complétés de nombreux soli: imparable et spontané.

Parfois, le groupe s'aventurera dans un registre plus éloquent, limite dansant avec "Baptized by Fire". Titre, qui se distinguera par une splendide ligne de basse funky en intro et son pont central au phrasé rappé, le tout complété par un solo incendiaire de Reb Beach, étonnant de justesse. Dans une moindre mesure nous avons le fascinant et sexy "Little Dirty Blonde", groovy à souhait. La pièce maîtresse de cet album sera sans aucun doute, la superbe et très alambiquée "Rainbow in the Rose" aux éléments et atmosphères progressives, qui montrera s'il le faut encore le talent de chacun des protagonistes, avec d'abord le jeu de batterie de Rob Morgenstein, complété des interventions phénoménales de Red Beach, à la guitare, alliant finesse et agressivité pour finir sur un feu d'artifice de notes.

Les autres morceaux, s'inscriront dans une mouvance plus mélodieuse tel qu' "Under One Condition" au tempo plus lent incrusté d'arrangements et touches subtiles de claviers. Ou alors le titre phare où les délicates notes et arpèges de guitare et chant langoureux, finiront par séduire les plus durs et sceptiques d'entre nous. N'omettons pas non plus la ballade de rigueur, la très belle "Miles Away", intensifiée par le chant langoureux et enjôleur de Kip Winger, tout à fait à l'aise dans ce répertoire.

Vingt-cinq ans après sa sortie, "In the Heart of the Young" s'écoute toujours avec un grand plaisir grâce à une production moderne largement en avance sur son époque, complétée par des musiciens au niveau technique élevé. Le tout agrémenté de compositions variées et originales, d'un genre alors plus tellement dans les bonnes grâces des maisons de disques déjà tournées vers la scène Grunge et dépressive de Seattle.

Un album qui plaira aux fans de belles mélodies et de Metal Progressif à tendance FM, ouverts d'esprit.

5 Commentaires

5 J'aime

Partager
 
David_Bordg - 14 Octobre 2016: j'ai toujours aimé cet opus découvert à l'époque en 1990, et REB BEACH quel gratteux!
PhuckingPhiphi - 23 Avril 2018:

Ceux qui sont assez vieux pour avoir découvert cet album dans le contexte de sa sortie - ce qui est, hélas, mon cas - se souviendront peut-être que la ballade "Miles Away" caracolait en tête des charts US de l'époque, car c'était la chanson la plus demandée par les femmes des GI alors engagés en Irak lors de la première Guerre du Golf.

Sinon, le disque en lui-même fut un véritable succès, la vague Grunge n'étant vraiment arrivée que deux ans plus tard, principalement avec le carton de "Nevermind" de Nirvana, sorti à l'automne 1991. L'année 1990 était encore largement dominée par le Hard/Glam Rock FM, sur laquelle surfaient avec brio les Guns'n'Roses, Mötley Crüe, Warrant, Poison et autres Skid Row. Winger était donc encore largement dans l'air du temps à ce moment-là (le groupe tourna en première partie de Scorpions sur la tournée "Crazy World"), ce qui allait en effet malheureusement ne plus être le cas dès l'album suivant…

Merci pour la kro ! :)

ELECTRICMAN - 03 Juin 2018:

petite correction; contrairement à ce qui est noté dans la chro, il me semble que c'est Michael Wagener qui a produit "raise your fist and yell" d'Alice Cooper et non pas Beau Hill.

frozenheart - 03 Juin 2018:

Effectivement, Wagener est seul aux commandes sur Raise, surtout que je le mentionne dans ma cho de celui-ci.

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ typeo29

14 Mai 2009
Quel son! La production de cet album est parfaite, les compositions harmonieuses et réussies et le nIVeau technique élevé. Kip Winger le bassiste chanteur et Reb Beach le guitariste ont composés la quasi totalité de l'album et du coup le feeling qui s'en dégage tout au long est à leur image: énergique, charmeur et positif. Le premier slow de l'album, Miles Away, est l'oeuvre de Paul Taylor, clavier et aussi guitariste rythmique, c'est d'ailleurs la chanson la plus formatée hard-fm et surement la moins intéressante, l'autre Under one condition est plus réussie. Sinon le reste des chansons ressemble à du Extreme de grande qualité. Can't Get Enuff, loosen up,... les chansons procurent du plaisir car pleines de feeling funk marié à du rock de grande qualité. NIVeau virtuosité en intro de Baptize By Fire, Reb Reach propose une intro à la Day at the Beach de Joe Satriani pour ensuite déboucher sur un morceau plein de groove. Pour les amateurs de guitare à la Joe Satriani, Steve Vai, Nuno Bettencourt vous apprécierez, Reb Reach étant largement à leur nIVeau! Un album de hard-fm extraordinaire qui entamait de façon remarquable les 90's mais en 1991 Nirvana allait remettre en question le succès de tous les groupes du même genre...

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
samolice - 28 Septembre 2013: Merci pour le commentaire.
Je ne connaissais de Winger que quelques "tubes".
La seule écoute de ce disque ne m'a pas hyper convaincu mais on va voir avec le temps. Je trouve ça un peu trop mielleux.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire