Hollywood Vampires

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe LA Guns
Nom de l'album Hollywood Vampires
Type Album
Date de parution 1991
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album62

Tracklist

1. Over the Edge 05:41
2. Some Lie 4 Love 03:34
3. Kiss Me Love Goodbye 04:42
4. Here It Comes 04:37
5. Crystal Eyes 05:54
6. Wild Obsession 04:14
7. Dirty Luv 04:29
8. My Koo Ka Choo 04:06
9. It's Over Now 04:10
10. Snake Eyes Boogie 02:56
11. The Ballad of Jayne 04:10
12. Big House 04:12
Total playing time 50:45

Chronique @ adrien86fr

23 Octobre 2010
0 h 38 mn 27 s, film Point Break. Grommet, membre du gang des surfeurs braqueurs de banques que le jeune agent du FBI Johnny Utah vient d’infiltrer, narre une bouteille de Corona Extra à la main les sensations adrénaliniques que lui procurent la pratique du surf au cours d’un feu de camp nocturne sur une plage annexant le domicile du gourou hippie Bodhi. Seul L.A. Guns pouvait prêter à cette scène et à ce film d’anthologie un titre à la hauteur de leur psychédélisme.

1991. Nouvelle décennie, nouvelle direction musicale pour les pistolets de Los Angeles en quête de rachat après un « Cocked and Loaded » certes bon, mais n’ayant pas confirmé l’homogénéité créative dont avait été félicité le groupe à la sortie du désormais culte « L.A. Guns ». Exit aussi le look sleaze cuir et jean dégueulasses, Phil Lewis et ses potes sont entrés dans les années 90 en mode gothique, comme semble en témoigner entre autres le titre de l’album et les coupes de cheveux de Tracii Guns et de Mick Cripps dans le clip de « Kiss my Love Goodbye ». La pochette 3D de l’album annonce aussi la couleur, « Hollywood Vampires » sera expérimental.

L’opus débute avec le mirifique « Over the Edge » et son intro de musique traditionnelle japonaise (Azuma Jishi), morceau envoûtant et psychédélique au sein duquel Phil Lewis décrit avec on ne peut plus d’entrain les effets de son amour pour les acides sur son psychisme… Ce titre qui apparait dans la bande originale du film Point Break (Kathryn Bigelow – 1991) s’avère donner un aperçu assez juste de la personnalité que revêt « Hollywood Vampires ». Même si ce disque doit composer avec les traditionnels morceaux formatés pour la bande FM que sont « Some Lie for Love » et « Kiss my Love Goodbye » s’avérant assez en deçà des autres titres de l’album, ce 3ème opus s’avère être néanmoins remarquable dans sa globalité. A l’instar du premier album éponyme des flingues de Los Angeles, « Hollywood Vampires » possède la capacité à faire voyager son auditeur dans un univers que ce dernier souhaiterai ne jamais pouvoir quitter. Alors que « L.A. Guns » était un voyage chaotique dans les bas fonds luxurieux des strip clubs de Sunset Boulevard ; le mystique « Hollywood Vampires » emmène l’auditeur en Harley Davidson à travers les grandes routes de l’Ouest, vers la liberté ultime.

A l’image de « Here it Comes », « Wild Obsession » ou encore de « Dirty Luv », L.A. Guns prouve qu’il n’a rien perdu de sa rock attitude, même si cette dernière est empreinte désormais d’une maturité salvatrice. Très efficaces, ces titres ne sont pas sans rappeler les meilleurs moments de « Cocked and Loaded ». Mieux encore, « Snake Eyes Boogie » et « Big House » sont tels un ultime hommage au années 1985-1988 qui voyaient 5 adolescents androgynes jammer le sleaze rock dans les caves des love motels désaffectés de West Hollywood, avant la reconnaissance des clubs de Sunset Boulevard et du grand public. L’album contient aussi son lot de ballades qui ne font que magnifier l’atmosphère générale de l’album, à l’image de la précieuse « Crystal Eyes » marquée d’une beauté rare et épurée, ou encore de la non moins magnifique « I Found You », très années 60, que n’aurait certainement pas renié les Righteous Brothers 25 ans plus tôt.

Avec ce surprenant mais classieux « Hollywood Vampires », L.A. Guns n’a pas confirmé son style sleaze rock des débuts mais a souhaité rendre visible une maturité certaine en explorant d’autres horizons musicaux qui de près ou de loin peuvent traduire la richesse de son approche musicale et de ses influences (insoupçonnées) : le death rock de Christian Death et le rock psychédélique de Grateful Dead, Jefferson Airplane, The Byrds peut être… « Hollywood Vampires » prouve que la vraie beauté s’avère être innocente et sans artifices. Un chef d’œuvre.

5 Commentaires

5 J'aime

Partager

Scoss - 24 Octobre 2010: Enorme chronique pour un album que j'ai honte de ne pas avoir acheté quand j'en ai eu l'occasion.
TasteofEternity - 10 Mars 2013: Ha !!! Point Break, le surf, des guns, et de l'alcool à gogo, mais aussi des répliques cultes du genre : " le surf, y'a rien qui s'en rapproche... Même pas le sexe (Roach) "Réponse cinglante de Tyler "Peut-être que tu t'y prends mal". Au-delà de ça, un album moins facile d'accés que les précédents, plus en nuances et atmosphères qui laisse apparaître une évolution inattendue. Un album qui s'apprivoise avec le temps et une chro' qui en dévoile toutes les subtilités et qui invite à s'y plonger de toute urgence. Encore une super chro' à mettre au compteur d'Hadrien, thanks
adrien86fr - 13 Mars 2013: Merci pour ton comm'. Mon souvenir initial de "Point Break" est inextricablement lié à cette mythique scène de feu de camp sur la plage où raisonne "Over the Edge". Recemment, Tracii Guns en interview a déclaré que L.A. Guns n'avait rien fait après ce "Hollywood Vampires". Même si j'aime personnellement quelques disques post 1991 tel "Shrinking Violet" et le dernier "Hollywood Forever", il est certain que l'essence de ce groupe mythique réside dans les 3 premiers opus de ce dernier.
TasteofEternity - 13 Mars 2013: Entièrement d'accord avec toi.

Ce film Point Break est une mine pour les Hard-Rockers en herbe, c'est grâce à lui que j'ai aussi découvert Ratt, avec le titre Nobody Rides For Free, présent sur la BO et le Ratt'n Roll. En ce qui concerne Shrinking Violet, même si j'adore la voix travaillée à la toile émeri de Jizzy Pearl, pour moi ça ressemble plus à un super groupe, qu'à L.A. Guns. Même si je trouve l'album intéressant.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire