Gaia

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Mägo De Oz
Nom de l'album Gaia
Type Album
Date de parution 2003
Style MusicalFolk Metal
Membres possèdant cet album73

Tracklist

DISC
1. Obertura
2. Gaia
3. La Conquista
4. Alma
5. La Costa del Silencio
6. El Arbol de la Noche Triste
7. La Rosa de los Vientos
8. La Leyenda de la Liorona
9. Van a Rodar Cabezas
10. El Atrapasuchos
11. Si Te Vas
12. La Venganza de Gaia
DVD (Digipack Release)
1. Introducción
2. Gaia y Su Concepto
3. El Album y Su Proceso
4. Canción a Canción
5. La Sesión de Fotos
6. La Grabación del Vídeo-Clip
7. El Diseño Gráfico
8. La Costa del Silencio (vídeo-clip)
9. Créditos

Chronique @ LeLoupArctique

15 Juin 2014

Comment ne pas se laisser envoûter ?

En 2003, Mägo de Oz a déjà tout conquis. Les espagnols se sont fait remarqué en 1996 avec le surprenant Jesús de Chamberí, ont enfoncé le clou avec La Leyenda de la Mancha, et ont tout écrasé avec Finisterra, double-album contenant tous les tubes du groupe (Fiesta Pagana en tête). C'est à ce moment qu'ils ont voulu tenter quelque chose de différent, peut-être plus ambitieux (même si le double-album précédent était déjà ambitieux). En 2003, Mägo de Oz s'essaye donc à quelque chose de plus gros : une trilogie à propos de la nature. La trilogie (devenue plus tard tétralogie) a pour nom Gaia, qui signifie "terre" en grec.

Le premier volet éponyme sort donc en 2003, chez Locomotive Records, le label du groupe depuis ses débuts. L'artwork est une fois de plus l'œuvre du fou furieux Gaboni, dont les dessins farfelus couvrent les albums de Mägo de Oz depuis 1998. Le fou furieux a une très forte propension à incruster des pénis un peu partout sur ses pochettes (voir Gaia II, le summum sur ce sujet), mais il s'est retenu sur ce disque (ou on l'a retenu). Passons sur le haricot qui pilote un avion et voyons plutôt la pochette dans son ensemble. Cette forêt évoque parfaitement l'objet de le trilogie, avec cette construction au milieu rappelant aussi la présence de l'Homme. Dernière petite remarque avant de s'intéresser à la musique : pas de double-album cette fois-ci (alors que Gaia II en est un), juste un seul disque mais bien rempli - 75 minutes.

Avec 75 minutes, les espagnols peuvent voir les choses en grand ; la simple introduction Obertura MDXX dure par exemple quatre bonnes minutes (ce qu'ils referont deux ans plus tard). C'est donc un orchestre symphonique qui nous accueille dans le monde de Gaia, ce qui donne d'emblée un côté épique, nouveau chez Mägo de Oz, qui restera durant tout l'album. On embraye vite sur la première chanson, l'éponyme, qui est l'un des morceaux phares de l'album. Quatre notes au piano, toutes simples, mais sournoises et malsaines, qui se retrouvent bientôt accompagnées par la flûte puis la douce voix de José Andrëa. Voix qui reste douce que peu de temps, avant d'atteindre son allure normale, soit à mi-chemin entre le clair et le hurlé. Le disque est parsemé de ces cris aigus et écorchés dont il a le secret.
Côté musique, Mägo de Oz assure avec des guitares incisives et une partie rythmique solide, tandis que le duo violon-flûte donne plus de légèreté à l'ensemble. L'alliance de ces deux instruments crée un son unique, marquant véritablement l'identité du combo. Du côté des paroles (par le batteur Txus di Fellatio) on prend évidemment la défense de mère nature, avec comme toujours des références à la religion catholique. Le groupe a toujours voulu critiquer les paroles de la religion, et on le voit bien ici : "Confieso que amé y creí en Dios, De los pobres, justo y moral".
Vient le moment des soli, où la guitares s'envolent dans tous les sens. Rappelons que si Mägo de Oz fait dans le folk metal, ils restent néanmoins très influencés par le heavy metal, notamment par Iron Maiden. D'où la tradition d'un solo par guitariste, et comme les espagnols en ont trois, ça fait beaucoup de soli. Ce long morceau se termine enfin par des cris déchirants, tandis que la mélodie de piano du début revient.

Le milieu de l'opus comporte neuf titres aux durées plus conventionnelles, mais néanmoins recherchés. On s'éloigne à ce moment-là des chansons simplement faites pour être retenues par le public et jouées en concert. Les morceaux figurant sur cet album sont d'ailleurs rarement joués dans les concerts après 2005, alors qu'ils sont tous de qualité.
En témoigne un excellent La Costa del Silencio, parfait compromis entre une musique simple à appréhender mais riche dans ses mélodies. La voix de José est impeccable, convainquante et pleine de sensibilité. L'équilibre entre le heavy et le folk est impeccablement respecté, avec toujours cette alliance magique violon-flûte, vraiment propre à la musique de Mägo de Oz. Le refrain est de plus très entraînant et les mélodies simples à retenir. La rythmique est très agréable, presque tribale. Le milieu du morceaux voit un passage plus sérieux, avec un piano et des chants décalés, du meilleur effet.

Dans un registre plus heavy / power arrive un très bon Van a Rodar Cabezas, qui est un réquisitoire contre la colonisation espagnole en Amérique latine. Le morceau comporte une énorme partie instrumentale, où les claviers, le violon, la flûte, et enfin la guitare s'en donnent à cœur joie pour un solo titanesque. Les claviers sont d'ailleurs très présents sur ce morceau et créent un contraste avec les instruments plus "joyeux".
Dans le même ordre d'idée il y a le rapide La Conquista, où des claviers massifs donnent tout son corps à la mélodie. Encore un morceau efficace, assez facile d'accès, mais qui reste toujours plaisant après des dizaines d'écoutes.

Alma est peut-être le meilleur morceau de cet album. Pas le plus long, mais probablement le plus recherché, voire le plus progressif. Il y a tant de choses à l'intérieur de ce morceau, mais tout est organisé avec une cohérence remarquable. Les lignes de chant sont excellentes, mais le grand intérêt du morceau réside dans son passage instrumental, d'une richesse inouïe.

La Leyenda de la Llorona parle, vous l'aurez compris, d'une légende, celle de la pleureuse. La chanson est basée sur une musique traditionnelle d'Amérique centrale ; quant à la légende, elle évoque une sorte de dame blanche, pleurant les nuits de pleine lune et attirant les pauvres villageois à elle, que l'on retrouve morts le lendemain matin. La musique est beaucoup plus joyeuse, comme il sied bien à Mägo de Oz, et on succombe vite au rythme entraînant de ses percussions et de la magnifique mélodie encore une fois au violon et à la flûte.

Une dernière petite ballade, Si te Vas, simple mais tellement touchante, et on arrive au titre final, La Venganza de Gaia, clôturant le premier acte de la trilogie. Mägo de Oz continue comme il le fait si bien, mélangeant habilement passages heavy metal et passages plus calmes et folkloriques. On remarque parfois une atmosphère plus sérieuse, plus grave, afin de mieux coller au sujet des paroles. Tout est impeccablement ordonné, c'est admirablement composé, comment ne pas se laisser envoûter ?

Gaia est encore un chef d'œuvre à mettre sur le compte des espagnols de Mägo de Oz. Le combo a réussi à s'éloigner de la recette qui avait marché jusque-là, et améliore encore sa musique. Je considère personnellement cet album comme le point culminant de leur carrière, la suite étant un poil moins bonne. Une chose est sûre, Mägo de Oz ne s'est pas reposé sur ses lauriers et a préféré regarder vers d'autres horizons. On est plus proche sur cet album de l'Amérique latine que de l'Espagne, et cela contribue à la richesse du disque. On y voit apparaître en filigrane une musique plus ethnique de même que quelques rythmiques tribales. Mägo de Oz a aussi réussi à se détacher de l'image de groupe festif qui lui collait à la peau. En jouant une musique sur des sujets plus graves, l'ensemble à atteint une dimension supérieure. L'album impressionne aussi par sa richesse intrinsèque. Les morceaux sont variés et il est impossible de s'ennuyer malgré la longueur de l'opus. Ce premier volet de la série Gaia est indéniablement une belle réussite.

7 Commentaires

3 J'aime

Partager

 
Handman - 16 Juin 2014: Exactement, un chef d'œuvre. Par contre, je trouve que l'entier de la quadrilogie est tout aussi bon (La Voz Dormida peut-être un demi-poil en dessous du reste) et que le point d'orgue est le génial morceau Atlantia.
LeLoupArctique - 16 Juin 2014: J'aime bien La Voz Dormida, mais il est assez inégal. Certains passages sont vraiment épiques et majestueux (le dernier titre), et d'autres sont largement passables. Je pourrais écrire un truc dessus ; la seule chro de SoM dessus lui met 19/20 ...
Pour Gaia III et l'épilogue je ne les ai jamais écouté en entier, donc je ne saurais pas dire, mais les extraits ne m'avaient pas franchement convaincu.
ericb4 - 16 Juin 2014: Mais que voilà un bon groupe! Je ne connaissais pas du tout. De très belles qualités mélodiques, instrumentales et techniques qui donnent envie d'approfondir l'écoute. Ta chro tout autant! Merci!
LeLoupArctique - 16 Juin 2014: Et la Voz Dormida devrait te plaire encore plus ! (À condition de choisir les bons morceaux) Vu que tu es plutôt sympho, un jour tu te réserve 20 minutes de libres, et tu écoutes La Cantanta del Diablo ;-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Disarmonia

29 Juillet 2004
C'est un véritable vent de folie qui souffle sur l'Espagne en ce moment ! A l'origine de cet engouement : MAGO DE OZ, groupe aujourd'hui adulé par un peuple tout entier...et ça se comprend !
Ce nouvel album vient en effet confirmer l'énorme talent du groupe et son inépuisable originalité.
On avait déjà eu un choc en entendant le magnifique Finisterra, mais ici c'est vraiment la crise cardiaque qui vous attend si vous n'êtes pas préparés !
En réalité rien de vraiment nouveau dans la musique du combo si ce n'est une véritable maturité acquise au fil de ces dernières années. On a donc droit à du bon folk, bien festif, avec toujours un Jose Andreas toujours aussi énergique, une musique toujours aussi entraînante, reposant toujours sur une alliance Heavy/musique folk et traditionnelle...en bref c'est du Mago de Oz tout craché !
Mais avec ce petit quelque chose en plus qui fait la différence entre le presque parfait et le parfait ( y a aussi le plus-que parfait mais ça c'est autre chose ! ). Avec un concept original et engagé qui nous fait vivre les malheurs de notre belle planète Terre ( Gaia était le nom de la divinité grecque de la Nature ) à travers ces 11 titres ( plus l’intro ) parfaitement imbriqués qui invite à la danse au coin du feu entre potes bourrés !
On pourra peut être regretter la production un peu morne mais c'est vraiment chercher la petite bête !
Comme pour Finisterra, on nous sert ça en digipack avec, dans le paquet surprise, un DVD bonus expliquant les secrets de fabrications du clip de « La Costa del Silencio » (sans doute le meilleur titre de l'album!)
Y a pas à dire nos confrères espagnols ont vraiment de la chance d'avoir un tel groupe à portée de main ! (en plus ils ont déjà la paella et les bonnes équipes de foot......la vie est vraiment injuste!)

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire