Folkstorm of the Azure Nights

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Temnozor (RUS-1)
Nom de l'album Folkstorm of the Azure Nights
Type Album
Date de parution 01 Juillet 2005
Style MusicalBlack Folklorique
Membres possèdant cet album66

Tracklist

1. Folkstorm of the Azure Nigths 08:41
2. Vranakrik 05:29
3. Where the Lazure Skies Tear the Heart Apart 07:50
4. Watch the Falcons Fly 04:39
5. As the Autumn Razors Sing Above My Veins 07:19
6. Arkona 04:56
7. Tell Me, Ye Scarlet Dewscented Sunrises 05:37
Total playing time 44:31

Acheter cet album

Temnozor (RUS-1)


Chronique @ DeadlyNightShade

18 Janvier 2009
Temnozor est un groupe sacrément méconnu malgré son black folklorique et tout ce qui va avec joliment ficelé. Si on laisse de côté leur idéologie assez minable et que l'on se laisse porter par la musique, on découvre un groupe plus mélancolique que brutal, plus poétique que metal avec tous ses instruments à vent.
Allez les amis, on s'assoit et on écoute...

Le groupe, d'origine russe, mélange chant clair de toute beauté avec des chants gutturaux black bien crades, musique metal avec double pédale à fond et guitares tranchantes contre flûtes, pipeau et autres violons et instruments acoustiques.
Avant d'attaquer la chronique de l'album, attardons nous un instant sur la pochette. De dominante bleue, elle représente un drakkar viking en pleine tempête. Les effets d'ombre et de lumière sont bien réalisés mais c'est avant tout la texture crépitante qui en fait tout l'intérêt. Au sommet figure le logo du groupe, en russe, avec un symbole pagan au centre et un oiseau qui prend son envol. Une illustration qui laisse attendre un album assez doom et c'est ce que l'on imagine lorsqu'on voit qu'il ne figure que 7 titres.

Le voyage commence avec une pièce dotée d'une intro atmosphérique assez doom jusqu'à l'arrivée de percus acoustiques pour un son très authentique. "Folkstorm of the Azure Nights" est un véritable bijou épique de presque 9 minutes où les chants murmurés de l'intro se font écho, puis une sacrée accélération au bout de 3 minutes avec le son qui éclate ! Guitares tranchantes, batterie et chant saturé de toute beauté. Le titre finit en douceur avec des flûtes en décrescendo. L'album commence très fort !
De la brutalité, le groupe en a à revendre : "Uranakrik" et "Watch the Falcons Fly" avec de la batterie plus rapide sans pour autant aller jusqu'à une chanson entièrement à la double pédale. Les morceaux, complexes, servent des mélodies avec des instruments traditionnels et use parfois de samples de bruit de guerres ou de vent, de cris de corbeaux...

Le morceau le plus conventionnel est "Arkona", c'est aussi le plus court avec seulement 5 petites minutes. Il débute avec des flûtes pour lancer une alternance chant clair / cri et une répétition du même mot "Arkona". Le final est plus intéressant avec un chant narratif une fois de plus en russe.

Mais pour moi, l'originalité de ce groupe et de cet album réside plutôt dans les pièces maîtresses de mélancolie.
"Where the Lazure Skies Tear the Hearts Apart" qui prend par là ou ça fait mal avec un final à pleurer. Sur ce titre, une mélodie très simple à la guitare acoustique définit le morceau si bien que l'on se demande si c'est bien le même groupe qui vient de nous signer "Uranakrik". On trouve une fois de plus du chant clair russe porté par une voix grave au combien belle. Le chant saturé revient toutefois de plus belle, comme pour bien rappeler que l'on a bel et bien à faire à un combo extrême.
"As the Autumn Razors Sing Above my Veins" est autre pièce mélancolique que nous signe le combo. Bien que plus rapide que certains titres, c'est celui qui sonne le plus doom de l'album.
Enfin, la dernière chanson, si sentimentale et si intime qui clôt ce chef d'œuvre paganiste est "Tell me, ye Scarlet Dewscented Sunrises". La seule remarque que je pourrais souligner est qu'elle aurait gagné à être légèrement plus lente sur l'intro. Le chant, parsemé de chorales, est une alternance entre chant narratif grave et notre bon vieux chant clair russe. Ce titre clôt l'album de manière magnifique.

Que dire, sinon que Temnozor nous offre ici un magnifique voyage à bord d'un drakkar viking, devant une belle pièce de steak de renne en écoutant résonner les flûtes dans le vent. Une très belle pièce de black folkorique à écouter sans à priori et avec passion...

6 Commentaires

5 J'aime

Partager

DeadlyNightShade - 07 Mai 2009: J'ai dit que certains passages atmo tel que le titre éponyme pouvait être assimilé a du doom ou sonnait doom, pas que c'était du doom, relis l'intro.
 
BrightDawn - 29 Septembre 2010: Temnozor est vraiment un très bon groupe. Folkstorm of the Azure Nights est de loin leur meilleur album, je pensais que Haunted Dreamscapes allait être autant magnifique mais malheureusement il est bien en dessous de FOTAN...
iliketovomitvomit - 02 Octobre 2010: ce que j'aime avec Temnozor, c'est ce côté somme toutes assez fragile (instruments un peu faux, chants épiques tout dans la retenue par ex). ça change du pagan clean de Ensiferum ^^
IvanChernomort - 22 Avril 2013: bonne chronique, même si personnellement j'aurais même poussé la note à 18/20! C'est, d'après moi, un album absolument excellent, le meilleur du groupe sans aucun doute. Et en plus de la musique, les paroles sont également magnifiques. Parlant russe, je peux vraiment vous dire que les textes des chansons sont très bien écrits, regorgent de poésie et conviennent parfaitement à la musique
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire