Eritis Sicut Dii

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Blessed In Sin
Nom de l'album Eritis Sicut Dii
Type Album
Date de parution Décembre 2013
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album22

Tracklist

1.
 Eko
 02:23
2.
 Hierophant
 07:50
3.
 Aradia
 01:20
4.
 Prometheus (The Breath of the Dragon)
 06:28
5.
 Ego Sum
 02:12
6.
 Henochiel (Révélation, la Femme Ecarlate)
 04:49
7.
 Gardien (Part 1)
 01:59
8.
 Opus Alchymicum
 09:39
9.
 Gardien (Part 2)
 01:40
10.
 Ouverture : the Tears of Babylon
 01:51
11.
 Uda Gub Babilim
 09:24
12.
 Benies Soient...
 01:43
13.
 Et le Fruit du Jardin Pourrit
 06:52
14.
 Je Jure
 01:17
15.
 Children of Tiamat
 10:06
16.
 Persévérance
 04:23
17.
 Paraphrase from the Stele of Revealing
 04:19

Durée totale : 01:18:15


Chronique @ adrien86fr

26 Décembre 2013

…tandis que les Cieux chantaient tes louanges.

« Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que l'Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu t'a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?

La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point de peur que vous ne mouriez.

Alors le serpent dit à la femme : Vous n'en mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence ; elle prit de son fruit et en mangea ; elle en donna aussi à son époux, qui était auprès d'elle, et il en mangea. »

La Bible, Genèse 3 1:5

Blessed in Sin se forme à Toulon en 1993 à l’initiative des frères de sang Overlord Nasty Metatheos (chant) et Black Christ (guitare) qui tous deux officiaient jusqu’alors au sein du combo death metal Bloody Ritual. Pratiquant un black metal mélodique à claviers notamment influencé par le heavy metal classique et la scène grecque des légendaires Rotting Christ, Thou Art Lord et autres Varathron, Blessed in Sin concrétise sa créativité via quelques gigs locaux et la sortie de diverses démos telles « For the Dark Victory » (1994), « A Tribute to Euronymous » (live, 1995) ou encore « Odes Obscures » (1996). Après une mise en sommeil forcée de quelques années suite à la fameuse affaire du cimetière central de Toulon de juin 1996, Blessed in Sin revient plus fort que jamais avec la parution en 2000 de son premier album « Melancholia » partiellement écrit derrière les barreaux. Dès lors vénéré par les uns, haï par les autres (envieux de son statut culte ?) et surveillé par la DCRG par rapport aux activités extra-musicales de ses membres, le groupe provençal complète en 2001 sa discographie via la publication d’un split partagé avec ses frères d’armes Kristallnacht et Seigneur Voland (« Gathered Under the Banner of Concilium ») et celle d’un deuxième full length intitulé « Par le Sang du Christ (Opus Luciferi) » sur Nihil Voces. Après la sortie d’un EP superbement intitulé « Honor the Anus of Mary » en 2004, le mythique Blessed in Sin reprend du service en décembre 2013 avec « Eritis Sicut Dii » ; troisième album édité par le label germanique Obscure Abhorrence Productions.

Le Serpent tentateur, le fruit défendu et l’apprentissage de la connaissance divine par le profane ; tels sont les thèmes mystiques autour desquels semble s’articuler le concept de cette nouvelle offrande liturgique des hiérophantes de Toulon répandue parmi les hommes après neuf longues années de silence. Introduit par l’ambient ritualiste « Eko », « Eritis Sicut Dii » éructe à la face du monde au travers du sublime « Hierophant » qui mélodique notamment grâce aux claviers de Belial et marqué par des structures heavy dans la pure tradition de Blessed in Sin s’avère être magnifiquement ponctué par les envolées lyriques d’Helea. Dans un style comparable trahissant également le sens inné du riff du guitariste/compositeur Black Christ, relevons le vindicatif « Prometheus (The Breath of the Dragon) » au break subtilement mélancolique, pertinent symbole de la richesse musicale du combo azuréen mais aussi l’orgiaque « Uda Gub Babilim » ; redoutable ode à la sacramentelle et divine luxure voyant pour l’occasion Overlord Nasty Metatheos partager ses vocaux avec l’infernal Xaphan (Finis Gloria Dei, Enfeus Lodge, ex Seigneur Voland) qui pour l’anecdote a signé les paroles du titre de sa plume délicieusement subversive. Plus tempérés et intimistes dans l’esprit, il conviendra d’apprécier le révérencieux « Opus Alchymicum » ; parabole du processus alchimique de transformation des métaux vils en or transmutable à l’homme dans sa quête de la Lumière, mais surtout « Children of Tiamat » ; magnifique pièce de plus de dix minutes et irréversible profession de foi des hiérophantes varois constituant musicalement un brillant alliage de riffs heavy et de lignes de claviers célestes, le tout dégageant indescriptiblement cette aura de complaisance « seuls contre tous » collant depuis toujours à la peau de l’iconoclaste et damné Blessed in Sin.

Combo unique pour lequel la parole revêt autant sinon plus d’importance que la musique (son histoire ne le démontre-t-elle pas ?), Béni dans le Pêché propose également via ce troisième recueil de cantiques rebelles de nombreux interludes instrumentaux et lyriques permettant d’introduire solennellement les hymnes au Porteur de Lumière énoncés précédemment, mais également d’empreindre plus globalement le disque d’une atmosphère cérémoniale seyant à merveille l’univers sibyllin du groupe toulonnais. Ainsi, « Aradia » précédant « Prometheus (The Breath of the Dragon) » se voudra une prière incantatoire à la déesse du même nom, envoyée jadis ici-bas par Lucifer pour enseigner la sorcellerie aux gens des campagnes. Notons également l’auguste « Henochiel (Révélation : La Femme Ecarlate) », annonce hiératique de ce qui doit advenir et qui rappellera sans doute à l’auditeur la démarche de teneur analogue intitulée « Henochiel ; Chapitre Dernier ; Révélations » sur l’effort de 2001 « Par le Sang du Christ (Opus Luciferi) ». Aussi, introduisant le véhément « Et le Fruit du Jardin Pourrit », l’initiatique « Bénies Soient…» constitue un enseignement précieux de la Déesse Miséricordieuse, reine de toutes les magies, mère de tous et de tout répondant aux patronymes d’Astarté, de Lilith ou encore de Tiamat. Divin sacramentaire finement équilibré entre morceaux de black metal mélodique et pistes instrumentales et lyriques donc, « Eritis Sicut Dii » trouve son épilogue dans l’indicible « Paraphrase from the Stele of Revealing » officiant comme pour « Eko » dans un style des plus inattendus ; un hybride s’apparentant ici à un EBM ponctué de riffs metal indus. Preuve ultime de l’originalité et de la liberté créatrice d’un groupe indéniablement riche ancré tant dans les traditions d’hier que dans une volonté de pérennité par le cheminement.

Miroir de l’évolution naturelle et mystique de son géniteur de légende, « Eritis Sicut Dii » s’avère être un opus particulièrement réussi proposant à l’auditeur un black metal mélodique marqué par des structures heavy et des passages subtilement mélancoliques ; indéniable marque de fabrique musicale de Blessed in Sin. Démarche prosélyte aboutie à la thématique spirituelle recherchée, certes long et peut être complexe mais paradoxalement fluide à l’écoute, l’inspiré « Eritis Sicut Dii » compense largement l’interminable temps d’attente de sa sortie chez un fan téméraire mais définitivement conquis. Vingt ans après le début de leur infection du monde telle une plaie d’Egypte et les obstacles des larves impures et autres bacilles dégénérés franchis, les hiérophantes azuréens sont finalement revenus prêcher la parole de l’Ange déchu parmi les mortels ; invincibles et en perpétuelle ascension vers les arcanes de la connaissance suprême. Lui l’irrévérencieux, l’authentique, moralement imperméable à la justice des hommes et à celle de Dieu ; Blessed in Sin !

8 Commentaires

16 J'aime

Partager

largod - 27 Décembre 2013: Joli papier qui prouve que même sur d'autres styles ta plume fait mouche. Merci Dude !
svad - 28 Décembre 2013: merci à toi ! mon prochain achat
Chab - 29 Décembre 2013: je me suis dis qu'avec un coup de chance (mais un gros), il y serait au Gibert mais en fait non. Je me suis donc rabattu sur tu sais quoi en attendant de trouver ce BIS (ainsi que les anciens !). :)
svartskogen - 29 Décembre 2013: Il sera dispo debut janvier, une réédition des 2 albums précédents en double digipack avec des morceaux du e.p " Honour the Anus of Mary et les titres du split avec Kristallnacht et Seigneur Voland est prévu pour le mois de mars.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire