Dirty Rotten LP

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe DRI
Nom de l'album Dirty Rotten LP
Type Album
Date de parution Novembre 1983
Style MusicalCrossover
Membres possèdant cet album45

Tracklist

1. I Don't Need Society
2. Commuter Man
3. Plastique
4. Why
5. Balance of Terror
6. My Fate to Hate
7. Who Am I
8. Money Stinks
9. Human Waste
10. Yes Ma'am
11. Dennis'Problem
12. Closet Punk
13. Reaganomics
14. Sad to Be
15. War Crimes
16. Busted
17. Draft Me
18. F.R.D.C.
19. Capitalists Suck
20. Misery Loves Compagny
21. No Sense
22. Blockhead

Chronique @ Fabien

23 Mai 2007
C’est en novembre 1982, quelques mois après leur formation, que les jeunes Dirty Rotten Imbeciles (dénommés comme cela par le père de l’un des membres) enregistrent et mettent sur le marché leur premier jet, le Dirty Rotten EP, soit un ensemble de 22 titres pour moins de 18 minutes vendu pratiquement sous le manteau. Devant le succès rencontré, l’album est de nouveau pressé en mars en vinyle 12’ et rebaptisé au passage Dirty Rotten LP. Enfin 1987, l’album est une nouvelle fois réédité, bénéficiant au passage d’un nouveau mixage, d’une nouvelle pochette plus metal, d’une distribution de Roadrunner sur le territoire européen, et enfin d’un enrichissement de deux morceaux inédits ressortis de derrières les fagots et des quatre titres du fameux EP Violent Pacification de 1984, exactement dans le même esprit, constituant ainsi une galette de 28 titres pour 25 minutes.

Ce Dirty Rotten LP, à la croisée entre les sphères hardcore/punk et metal, est l’une des premières passerelles entre les deux styles, sans occulter l’album éponyme de Suicidal Tendencies (1983), précurseurs de ce croisement encore naissant à cette période. Mais le plus frappant reste l’extrême rapidité et la brutalité de l’opus qui, aux côtés de la fameuse démo-tape How Could Hardcore Be Any Worse d’Asocial (1982), n’ont encore aucun équivalent cette année là. Les rythmes sont parmi les plus furieux que l'on puisse trouver à l'époque, avec Eric Brecht à la batterie lâchant une série de passages très tapageurs, rythmes de folie perfectionnés quelques années plus tard chez Siege, Heresy ou Genocide (Repulsion), et baptisés blast-beats par le batteur de Napalm Death, le maitre du mitraillage sur la caisse claire. En ces années 1983/84, DRI est alors vite catalogué comme le groupe le plus rapide, et l’histoire veut également que le Stage Diving (monter sur scène), à ne pas confondre avec le Slam (nager sur les gens), soit né lors des concerts furieux du quatuor californien.

Dès le premier titre, l’excellent I Dont’t Need Society, l’avalanche de riffs et de proto-blasts se met en place sur une vitesse hallucinante, sans compter le sacré débit des paroles de Kurt Brecht, qui hurle autant qu’il chante. Sacrément Furieux, le Dirty Rotten LP dégage ainsi une rage et une énergie débordantes, ses morceaux courts n’en étant que plus percutants, tandis que d’autres un peu plus longs, à l’image du culte Sad To be, sont aujourd’hui de vrais classiques. Si la production reste un peu faible, tout le feeling et la violence qui se dégagent donnent toute la force à l’enregistrement, rappelant toute la colère et l’urgence renfermées dans le hardcore du moment, incontestablement le style de plus brutal de cette époque.

Album d’avant-garde en 1983, le Dirty Rotten LP est une étape indispensable dans ce rapprochement entre scènes metal et hardcore/punk, plus loin dans la violence que l’incontournable Hear Nothing des anglais de Discharge paru une année auparavant. Aujourd’hui encore, ses invitations aux pogos et headbangs sont toujours de mise, et sa fraicheur toujours aussi salvatrice. Ce disque est aussi très emblématique de la scène hardcore de l’époque, période où la maîtrise musicale n’était pas la préoccupation première de ces formations, guidés avant tout par la vitesse et l’urgence, agrémentées d’une rage et d’une colère saines.

Fabien.

3 Commentaires

7 J'aime

Partager
sijj - 27 Fevrier 2008: merci fabien pour ta connaissance. en effet en 83-84, il n'y avait pas grand chose à se mettre sous la canine pour les fans de violence, et dri a été dans mes premiers coups de coeur, avec ganggreen et freeze, avant la déferlante trash speed métal. le lp dealing with it est génial aussi, et mieux produit, je l'ai usé sur ma platine sans m'en lasser!
Cadavre - 19 Mars 2008: Un pur classique,quant à moi!
King_Triton - 16 Juillet 2018:

Un an auparavant les Bostoniens SS Decontrol sortait leur "The Kids Will Have Their Say" qui je pense a dû servir de terreau ( fertile) à nos amis Sales Pourris Imbéciles pour leur premier obus. 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire