Desecration of the Holy Kingdom

Liste des groupes Black Metal Black Witchery Desecration of the Holy Kingdom
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Black Witchery
Nom de l'album Desecration of the Holy Kingdom
Type Album
Date de parution Septembre 2001
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album88

Tracklist

1.
 Desecration of the Holy Kingdom
Ecouter05:00
2.
 Crush the Messiah
Ecouter02:40
3.
 Blasphemous Onslaught
Ecouter01:43
4.
 Command of the Iron Baphomet
Ecouter03:16
5.
 Unholy Vengeance of War
Ecouter03:42
6.
 Into Damnation Eternal
Ecouter03:05
7.
 Chaosforms of Demonic Hate
Ecouter03:29
8.
 Invicible Antichrist Victory
Ecouter02:04
9.
 The Angelholocaust
Ecouter02:46

Bonus
10.
 Ritual (Blasphemy Cover)
Ecouter03:21
11.
 Deathrash (Sarcofago cover)
Ecouter01:46

Durée totale : 32:52

Acheter cet album

Black Witchery



Chronique @ ArchEvil

17 Décembre 2008
La baffe...

Une empreinte rougeoyante de doigts griffus et cadavériques vient de s'imprimer sur mon faciès abasourdi. Là c'est fort, ce que je viens d'entendre fait résolument figure d'un obus à shrapnels tiré en toute bonté d'un canon à âme rayée me renvoyant ce petit sourire : " Arch, tu viens de te faire désosser la tronche. Certains disques font mal, pas vrai?"
Black Witchery. Il faut croire que ce nom restera marqué au fer rouge en ma matière grise à présent franchement chamboulée. Mais qui sont ces terroristes de la six cordes? Quelques explications :

Black Witchery est un groupe de War Metal américain, art spécialisé dans la démolition auditive massive se rapprochant d'un Black Death tiré vers ses dernières limites pouacres et minimalistes, rejeton direct de Blasphemy, principal précurseur et maître du genre. Ce groupe canadien aura inspiré une poignée de formations plus poétiques les unes que les autres, du Canada ( Revenge, Conqueror) et des USA ( Manticore ) au continent Européen ( Archgoat, Sadomator, Beherit ) en passant par l'Océanie ( Bestial Warlust ). Parmi eux, Black Witchery, la crème de la crème des chevelus grognards, énormes fans de Vomitor ou Impiety, semblant fonctionner par tube de 10 litres de bière. Formé en 1991 sous le nom de Irreverent, le groupe se renomme Witchery en 1996 et finit par adopter le Black Witchery pour se démarquer d'autres artistes du même nom.
Composé de trois membres, un Impurath brailleur-bassiste, un Tregeda guitariste et un Vaz derrière les fûts, le groupe ne sortira son premier full-lenght qu'en 2002 ( Archgoat a brûlé sa désignation au GWR ) : Desecration of the Holy Kingdom, signé à cette époque chez Full Moon Production. Bien, les présentations sont faites. Maintenant passons à la deuxième partie de cette chronique : Le défouloir... Bah oui, tu t'attendais à quoi, à une prose charismatique? Le faire serait insulter le disque dont il est question.

Tout d'abord, le boîtier entre les mains, sa cover à la croix inversée décorée d'une trogne de Baphomet pleine de bonnes intentions, l'intérieur et ce démon impérialiste siégeant face à ses conseillers perfides, pas de doutes, nous nous apprêtons désormais à assister à un Evil Worship des plus conviviaux. Pour le groupe, c'est aussi une bonne manière de faire le tri. Parmi les paroles, tout n'est que grande littérature romanesque : Satan, Guerre, Mort, Black Metal, le tout parsemé de messages des plus chaleureux et amicaux. Le moment est venu à l'écoute. On sort la galette, et hop dans le mange-disque... miam miam, ché bon cha... (Oh ça va hein !) et Let's Rock.
Le sample d'introduction composé de grognements sourds et d'éruptions volcaniques en arrière plan, le tout savamment distordu, n'est que la présence lointaine d'un univers dérangeant. Pas de neige, pas de château, pas de forêts hivernales ou autres imageries carnavalesques, juste du feu et du sang. Ceci ne dure que quelques secondes, tu veux aller voir ça de plus près?

Le fracas est épouvantable... Aussi imprévisible qu'impitoyable. En une fraction de seconde, deux horribles mains crèvent le plancher et vous plongent au noyau de la terre. Le décor est planté sans même vous laisser le temps de l'appréhender, le paysage est noir et rocheux, le ciel rouge et opaque, vous avez les pieds dans la lave et vos fringues s'embrasent férocement. A ce stade, la réaction la plus prévisible serait "Pitié ! Je veux sortir !!!", mais il se peut aussi qu'un rictus cruel vous agrippe le visage, que deux cornes vous poussent sur le crâne et qu'une forte envie de lancer la centrifugeuse céphalique vous fasse de l'oeil.
Dès à présent, vous remarquez ce qui se passe autour de vous. Vous venez de percevoir le son dans son entièreté. Non pas de grésillements grincheux et capricieux, plutôt une lourdeur insoutenable, une production profonde dans ses basses au crachat phonographe venimeux. Ainsi apparaissent les différents composants du disque : ces riffs simples et lobotomisés épaulés par cette basse écumante se transforment en un nuage de vapeur d'hémoglobine. La batterie, linéaire et folle furieuse, n'évolue pratiquement qu'en blast beats, insistant sur des accélérations stomacales et décélérations glauques au possible. Impurath quant à lui se montre d'une agressivité terrifiante, et ça reste un terme bon marché pour la qualifier. Entre ses vociférations spontanées et violentissimes, et ses hurlements déclamatoires déchirant toute lumière, cette haine ne peut laisser indifférent dans tous les sens du terme. Notre homme est bien entendu soutenu par tout le petit orchestre dans ses éructations, le tout devient ainsi un modèle de cohérence et d'adaptation. Bas les masques, ici sincérité et efficacité règnent en maître.

Passé l'effet de surprise, vous serez fortement réjouit en constatant que le groupe ne faiblit pas et propose une gamme de morceaux aux fortes empreintes personnelles, aussi linéaires soient-ils. Ce titre éponyme, ses passages vocaux distordus et ses rapports enclenchés avec une maîtrise respectable. Le Crush the Messiah, son riff principal démoniaque et son embardée anthologique... mais merde cette embardée ! Véritable mixer à cervelle, conclu par une rythmique robotique. Le court mais intense Blasphemous Onslaught, deux infernales petites minutes de cataclysme, suivit de Command of the Iron Baphomet, son solo bien bordélique à réveiller un mort. Unholy Vengeance of War sur lequel Impurath touche le sommet de ses crises de rage, ces montées en puissance font sentir que les beuglements de notre oisillon sortent tout droit de ses tripes. Into Damnation Eternal active les cervicales de plus belle sur un mid tempo déterminé, le seul de l'album, et puis cette ride claquée de manière carrée et martiale. Le clou est davantage enfoncé sur Chaostorms of Demonic Hate, semblant introduire la dernière ligne droite du disque, celle-ci voudra se surpasser en matière de barbarie, les vocaux retrouvent cette distorsion virulente, davantage exploitée sur Invincible Antichrist Victory, dont on retiendra cette rapidité d'enchaînement du riffing, à présent la méthode de l'accélération n'a plus lieu d'être, le moteur a passé le dernier rapport, imprégnant à force de fracas la marque du dossier de la chaise sur vos vertèbres. Enfin, The Angelholocaust termine le disque sur sa lancée traditionnelle, imposant un dernier riff diabolique avant de clôturer la galette sur un fondu vers le silence.
Silence ? Oh que non. Car si vous possédez la version remasterisée en 2005, distribuée par Osmose Production, vous y trouverez deux reprises vénérées par nos metalheads mal léchés: celle de Deathrash de Sarcofago, située sur le cultissime album INRI, ainsi que Ritual de Blasphemy, étant la première source d'inspiration de Black Witchery. Ces deux reprises se voient ici survitaminées, tout en respectant les puissants espaces thrashys du second.

Tu comprends maintenant la référence au mot baffe ? Oui, non seulement BW est le parfait exemple d'une sale bestiole qui s'assume en tout point, mais il est aussi une référence en matière de brutalité démoniaque et d'esthétique sinistre et mortifère en toute pûreté. Ce disque peut définitivement porter le titre d'oeuvre du diable, créé dans l'unique but de vous perforer la carcasse à coups de corne. Si Black Witchery avait été sodomite, votre arrière train aurait déjà prit le diamètre du Golfe du Mexique.

Point d'orgue du groupe, Desecration of the Holy Kingdom lui permettra de signer chez Osmose. Ils sortiront alors en 2005 un nouveau full-lenght, Upheaval of Satanic Might, franchement moins passionnant. C'est en 2008 que leur association avec le groupe finlandais Archgoat donnera naissance au split Desecration and Sodomy, enregistré lors d'une tournée en 2007 à travers l'Europe occidentale, témoin implacable des méfaits de deux groupes majeurs de la scène black metal d'aujourd'hui. La suite ? On peut toujours espérer une nouvelle descente aux enfers. Celle-ci me pousserait à louer un kot chez le grand cornu.

Eternal Hails! Encore bravo et merci !

8 Commentaires

19 J'aime

Partager

 
GLADIATOR - 17 Décembre 2008: Putain quel pavé !!!
Mes respects , Maitre....
Glad.
ROSENROT - 17 Décembre 2008: Mes respets, Félix !! Merci à Thorgir pour ses précisions très utiles !
Orileus - 19 Décembre 2008: Chronique ma foi fort agréable à lire, mes applaudissements.
Par rapport à Gods of War de Blasphemy ça vaut quoi ?
scrattt - 14 Mai 2012: Comme d'hab 'achement bien écrit comme prose, encore merci ; ).
Je n'ai pas ce fameux Desecration of the Holy Kingdom, les deux après sont quand même bien méchants. C'est vrai qu'Upheaval est assez linéaire et pour le coup vraiment trop brouillon au niveau de la prod, mais il passe bien malgré tout. Par contre Inferno of Sacred Destruction il tabasse sec, déjà le son est bien meilleur, mais on garde le côté crade et brut du truc, et en seulement 22min pour huit titres c'est bien condensé.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ wodulf

29 Mars 2013

Là où passe Black Witchery l'herbe ne repousse plus

L'année 2001 est une année clé dans le parcourt musical de Black Witchery ainsi qu'au niveau de l'idéologie du groupe. On va voir un groupe qui va entièrement se nettoyer de toutes ses anciennes influences black US, notamment Profanatica ainsi que de sa légère fibre mélodique qui était encore d'actualité sur le split avec Conqueror pour se "Ross Bay cultiser" complètement.
Black Witchery va jouer deux concerts d'anthologie au Canada avec Blasphemy qui vont permettre aux deux groupes de tisser des liens très forts mais qui va surtout permettre à Black Witchery de s'immerger complètement dans l'idéologie "Ross Bay Cult Eternal". En plus, que ce soit Black Witchery qui soit choisi pour le come back de Blasphemy après 8 années de silence va être considéré par le groupe comme un véritable honneur.
Le résultat est donc ce premier album sur lequel Black Witchery se radicalise complètement. Impurath avouera d'ailleurs considérer Desecration of the Holy Kingdom comme un hommage à la scène black metal canadienne. Toute trace de mélodie a été entièrement éradiquée. C'est pour cela que les morceaux "Black Witching Metal" et "Summoning Of Infernal Legions" ne réapparaissent pas sur l'album contrairement aux deux autres du split de 2000. Faisant partie du passé, ils n'ont plus rien à voir avec la nouvelle orientation. Bien entendu, les influences fondatrices, notamment celle de Bathory, restent toujours aussi forte et Black Witchery garde sa patte. On va plutôt parler d'un renforcement des influences canadiennes, Blasphemy et Conqueror en tête, qui va amener cette radicalisation musicale.
Cette "canadiennisation" ne sera d'ailleurs pas au goût de tous les fans de la première heure. Une partie de ceux qui avaient adoré le EP Summoning Of Infernal Legions vont trouver cet album trop linéaire.
Mais tant pis pour eux. Qu'ils restent donc sur le côté ! Black Witchery a choisi la voie de la destruction totale, de l'éradication absolue. Le mot d'Attila, "Là où mon cheval passe, l'herbe ne repousse pas" est parfait pour définir la musique et l'idéologie du groupe. Et bien evidemment, tout ce qui est attaché de près ou de loin à la faiblesse -donc la mélodie- n'a vraiment pas sa place dans cette course effrénée à la bestialité.
Dès le premier morceau, "Desecration of the Holy Kingdom", on sent l'ombre de Conqueror planer très fortement sur la musique de Black Witchery. Outre cette impression de souffle destructeur qui balaie absolument tout, on sent bien qu'Impurath calque de plus en plus son chant sur celui de J. Read. C'est le même esprit. Avec un morceau au titre si évocateur de "Invincible Antichrist Victory" vous avez de suite le logo Conqueror qui vous arrive en pleine gueule. Mais là où Black Witchery touche réellement le stade de l'ultime et en arrive presque à égaler le maître, c'est vraiment sur "Blasphemous Onslaught", "Command Of The Iron Baphomet" et "Chaostorms Of Demonic Hate". Là le coup est tellement violent qu'on tombe à genou !
Ce changement de palier au niveau de l'intensité et de la bestialité est vraiment flagrant quand arrivent les deux vieux morceaux issus du split avec Conqueror, "Unholy Vengeance Of War" et "Into Damnation Eternal". Même si ces morceaux sont également extraordinaires et joués d'une manière plus extrême, on voit bien que ce n'est pas le même niveau.
Dans les remerciements de l'album, on va être étonné de voir figurer Mortuary Drape aux côtés de Blasphemy, Conqueror et autre Impiety. En fait, Impurath a toujours été fan de ce groupe et reconnaît même une certaine influence, pas musicale bien entendu, mais au niveau de l'esprit necromancier et occulte que Mortuary Drape véhiculait à ses débuts. Cependant, une autre influence, avouée également, du groupe italien sur Black Witchery va être d'ordre vestimentaire : la bure de moine. Bien entendu, par la suite, cette tenu va être repris par tous les groupes suiveurs, sans qu'ils en connaissent l'origine, et va devenir une mode vestimentaire avec le masque à gaz, bien entendu.
Enfin, il est à noter que la version CD de l'album est sorti chez Full Moon production. Le groupe n'en étant pas satisfait à 100 %, jugeant notamment qu'il y a eu quelques conneries de faîtes au niveau de l'artwork, a fait sortir la version LP par Nuclear War Now avec deux titres en plus, une reprise de Blasphemy et une autre de Sarcofago.

7 Commentaires

12 J'aime

Partager
largod - 29 Mars 2013: Deux chroniques qui au final sentent le soufre et la sauvagerie. Bravo pour le contexte historique précieux et précis Raph.
largod - 30 Mars 2013: @Myers : je ne tenais compte que du ressenti dans la première chronique en effet et de son style. N'étant pas un expert en bestial je ne donnerai pas d'avis sur la présence d'erreur. Comme d'habitude, Raph fait un boulot particulièrement important de remise en contexte tout en donnant son sentiment personnel.
Deux styles, tout se complète.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ willow

01 Juin 2005
Bienvenu dans le chaos, black witchery est l'armaggedon a l'état pur , une véritable entité de destruction qui blast tous sur son passage les cages a miels vont s'en souvenir black witchery arrive !
Bon ce Desecration of the Holy Kingdom reste du war black metal c'est a dire du blast + des voceaux inaudible + re du blast + des guitarres saturé le tous brutalement aggréssif , donc pour de l'originalité vous pouvez passer votre chemin , maintenant les amateur de war restez car cet album est vraiment excélent il ne dure que 26 mins mais s'en est largement sufisant , plus longtemps ca orait été trop pour un seul homme (ou femme pourquoi pas).
Après une premiere écoute évidament tu retient rien du tout c'est beaucoup trop la mort pour percuter quoi que ce soit donc etant donnée qu'il est court tu le repasse encore et encore jusqu a discérner un riff ou deux car oui parfois il y a des riffs caché dans ce genre de musique.
black witchery reste le rouleau compreseur qui te lamine et qui repasse pour etre sur que tu bouge plus et les fan en redemande car pour éprécier cet album il faut bien sur avoir l'oreil déja formée et savoir de quoi il en retourne alors ne foncez pas dessus tete baissée ou vous pouriez le regreter , prenez le temps d'écouter un ou deux titre et ensuite plongez dans la mort autant que vous voulez !
Album génial

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire