Deep into Time

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Forefather
Nom de l'album Deep into Time
Type Album
Date de parution 1999
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album13

Tracklist

Re-Issue in 2002 with a Different Tracklist.
ORIGINAL TRACKLIST
1. Intro
2. Natural Chaos
3. Deep into Time
4. Immortal Wisdom
5. Visions of Elders
6. Dusk to Dawn
7. Ancient Voice
8. The Ornamented Sword
9. The Wilde Dance
TRACKLIST 2002 (RE-ISSUE)
1. Intro
2. Natural Chaos
3. Deep into Time
4. Immortal Wisdom
5. Visions of Elders
6. These Lands
7. Dusk to Dawn
8. Ancient Voice
9. The Ornamented Sword
10. The Wilde Dance

Chronique @ AlonewithL

20 Septembre 2011

1000 ans plus tard, la lutte entre les anglo-saxons et les vikings perdure.

Le courant de la deuxième partie de la décennie 1990 a marqué l’avènement des grandes formations du black pagan et viking. À la suite d’Enslaved reprenant lui-même le flambeau de Bathory, vont s’ensuivre les Kampfar, Windir et autre Menhir. Certains pays comme la Norvège, l’Allemagne et l’Ukraine s’en trouveront très vite bien représentés. Qu’en est il du Royaume-Uni? Sa réponse viendra par l’intermédiaire de deux frères, sur le tard, à la fin des années 90: Athelstan et Wulfstan, dont les noms sont empruntés à deux grandes figures de l’Histoire anglo-saxonne, période ayant précédé l’invasion par les normands. Fiers de leur identité, ils fondent et formeront ensemble « Forefather » en 1997. Très vite un premier album est en projet. Enregistré dans leur propre studio en 1998, « Deep into Time » sortira hors de la tanière un an plus tard sous l’effigie de leur label, Angelisc Enterprises, créé pour l‘occasion. Clairement on sent chez eux une volonté de se démarquer des têtes d’affiche, à force de travail acharné et de personnalité bien trempée. « Forefather » se devait être un électron libre dans la scène du pagan metal. Aussi pour cette raison que Athelstan et Wulstan auront tenu à cataloguer leur musique à du Anglo-Saxon Metal. Audace ou orgueil. 1000 ans plus tard, la lutte entre les anglo-saxons et les vikings perdure.

Les premiers instants sont étranges. On se sentirait fraichement débarqué à une autre époque. Tout est en même temps flou. La pluie, un arrière fond épique et le vent. Voilà qu’il faut nous mettre à l’abris. Quoi de mieux que la taverne pour se réchauffer. Une fois la lourde porte frappée, nous entrons dans un lieu de chaleur et de grande convivialité, où les tasses et les plats s’entrechoquent. Assis toi et restaures toi. Profite de ce seul instant en tant qu’humain.

L’instinct animal se réveillera aussitôt sur la piste suivante. La batterie se voit soumise à une frénésie de battements à la limite du point de rupture, accompagnée d’un riffing pagan particulièrement abrupt. L’effet produit est ravageur sans pour autant faire preuve de violence. C’est l’ordre naturel, sauvage, cruel, mais rigoureusement méthodique. Caractéristique du groupe, le chant black nerveux et incisif s’alterne avec un autre clair et épique, non avare sur le plan des intonations. Le dernier tiers s’élance de manière plus inspiré dans un authentique pagan cette fois. Même démonstration tapageuse, une rythmique hâtive qui ne lâche quasiment rien sur « Deep into Time », ou encore sur « Dusk to Dawn ». « Deep into Time », appel à la résistance contre les invasions, s’illustre en tant que fief du chant clair, un chant alarmé; au contraire de « Dusk to Dawn », bastion d’un chant black sur la réserve et tapi dans l’ombre.

Sur « Immortal Wisdom » même climat de terreur. La hargne se chemine le long de pistes escarpés. Une haîne, une rage palpable dans les deux chants cette fois. L’un intervenant au couplet, l’autre au refrain. Un jeu plus nourri et plus riche qui donnera toutes les lettres de noblesse à des titres comme « Ancient Voice », composé de nombreux changements de scènes et d’un univers indéniablement épique. Un enchevêtrement musical plus appuyé et convenant parfaitement à « Visions of Elders ». L’instinct animal refait surface. De la forêt on aboutit à une clairière. La proie détectée imprègne alors les yeux du prédateur. Véritable impression captivante et pesante de ce rythme pas à pas. Le refrain, lui, est plus distant à cette scène. Obscurité et agitation envahiront la fin de piste, lançant ainsi la traque.

Plus à part cette fois, un hymne dans le pur esprit pagan, un titre galvanisant sous un riffing tranchant dans le massif. La cadence est plus lente, plus rude. Les blast-beats semblent avoir disparu. Ils réapparaitront dans une charge, un passage en force totalement transcendant qui éliminera la moindre résistance. Si « These Lands », ajouté en bonus dans la version 2002 de l’album, est un hymne de « Forefather ». « The Ornamented Sword » mérite davantage les attentions. L’instrumental en question frappe par son approche froide et mystique. Les sons de guitare s’élèvent et enchaînent des mélodies techniques et décontenançantes. À cela répond toute les sonorités cristallines des claviers. Y est inclus également un bref passage narratif extrait du poème Beowulf. Œuvre qui n’a pas délivré tous ses secrets, mais fier héritage des terres britanniques. Le morceau restera en fier héritage de « Forefather ». C’est dans une ambiance festive, traditionnelle et moyenâgeuse que le groupe nous salue sur l’outro « The Wild Dance ».


Il est un endroit plus magique que les terres gelées du grand Nord scandinave. Une terre où la brume règne en solide maître. Une terre qui a fait naître des hommes, et qui s’aventureront aux quatre coins du monde, dignes combattants de l’Angleterre. « Forefather » est au rendez-vous de l’histoire du pagan metal et signent avec leur « Deep into Time » une œuvre impressionnante et personnelle. Gare à ces deux loups anglais.

16/20

4 Commentaires

8 J'aime

Partager
Icare - 20 Septembre 2011: Merci pour cette belle chronique qui rend très bien hommage à ce très bon album!
PainOfBlood - 21 Septembre 2011: Alors là... AlonewithL je te remercie pour cette découverte j'ais écouté quelque chansons au passage sur youtube en lisant tas chro ;) et franchement la chronique est très bien fait comme d'habitude mais j'ais eu le droit à une grande révélation donc je te le redis merci 1000 fois pour m'avoir fait connaître ce groupe excellent ;)
ZazPanzer - 23 Septembre 2011: Magnifique chronique. Tu t'es surpassé.
AlonewithL - 23 Septembre 2011: étrange que la formation ne soit pas plus connue. Je l'avais pourtant rencontré il y a quelques années, quand je commençais à m'intéresser au pagan. La suite est tout aussi intéressante, bien qu'aussi marqué par un certain sentiment nationaliste. Une autre lecture peut se dégager du titre Deep Into Time. Ce sera aussi le cas avec When Our England Died. Celà n'a pas grande importance, ça fera aussi réviser l'Histoire. Le principal étant que la musique de ce groupe est à la fois originale et remarquable.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire