Dancing Undercover

Liste des groupes Hard Rock Ratt Dancing Undercover
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Ratt
Nom de l'album Dancing Undercover
Type Album
Date de parution 09 Août 1986
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album157

Tracklist

1.
 Dance
 04:20
2.
 One Good Lover
 03:08
3.
 Drive Me Crazy
 03:41
4.
 Slip of the Lip
 03:16
5.
 Body Talk
 03:49
6.
 Looking for Love
 03:07
7.
 7th Avenue
 03:11
8.
 It Doesn't Matter
 03:09
9.
 Take a Chance
 04:01
10.
 Enough Is Enough
 03:23

Durée totale : 35:05


Chronique @ Loloceltic

18 Avril 2013

Ratt doit absolument se remettre en question au plus vite.

Si, au même titre que son prédécesseur, "Invasion of Your Privacy" s'est vendu par palettes, il commençait à montrer les limites d'un groupe semblant réutiliser la même formule artistique à l'infini, sans la moindre prise de risque. "Dancing Undercover" débarque sur nos platines un an plus tard et laisse naitre quelques espoirs d'évolutions avec sa pochette sur laquelle les portraits des membres du groupe apparaissent en noir et blanc, ce qui change des habituelles beautés lascives des précédents opus. Malheureusement, les amateurs de surprises devront se contenter de ce visuel ! En effet, avec une production est à nouveau confiée à Beau Hill, c'est reparti pour 35 minutes contenant les mêmes ingrédients.

Le Hard-Glam US de Ratt est toujours porté par la voix un brin provocatrice de Stephen Pearcy et les guitares de la redoutable paire De Martini – Crosby, spécialiste en riff accrocheurs et soli courts mais efficaces, souvent marqués par le style unique du premier nommé, tout ça pendant que la section rythmique impulse une dynamique irrésistible. Les refrains touchent au but sur quasiment chaque titre et on se laisse facilement emporter par ce déluge de hits potentiels qui auraient dû être imparables. 'Auraient dû', car après 2 albums et un Ep fondus dans le même moule, la recette commence à sentir le réchauffé. On a beau se laisser prendre par l'enchainement sans temps-mort des 10 morceaux proposés, reconnaître leur qualité et continuer à chatonner les différents refrains pendant quelques heures, le sentiment d'avoir déjà entendu tout ça reste assez prégnant.

A quelques exceptions près, il n'est pas rare de penser à un ou plusieurs titres des précédents opus en découvrant les nouveaux morceaux. A cela se rajoute une impression de linéarité majorée par la quasi-absence de blancs entre chaque compositions. Ceci n'empêche pas de se laisser prendre par "Dance", l'accrocheur premier single au refrain entêtant, ou par "Body Talk", rapide, cinglant et plus agressif, propulsé par une batterie épileptique après une introduction en arpèges. Ce titre sera d'ailleurs utilisé dans la bande original du film "Golden Child" ("L'enfant du Tibet" en France) avec Eddy Murphy. Dans le même registre, "Drive Me Crazy" tire également son épingle du jeu, ainsi que l'ondulant "Slip of the Lip", sexy comme la danse d'une strip-teaseuse dans un bar de Los Angeles.

Sans être mauvais, le reste s'avère plus dispensable à qui connaît déjà les précédents albums. Car le problème de "Dancing Undercover" ne vient pas de sa qualité intrinsèque, mais bien du fait qu'il ne traduit pas la moindre évolution, et ce qui avait pu être toléré sur "Invasion of Your Privacy" commence à devenir légèrement indigeste. Ratt vient donc d'utiliser son dernier joker et doit absolument se remettre en question au plus vite s'il ne veut pas devenir une auto-parodie et disparaître petit à petit. Son maintien au sein de l'élite du genre en dépend de manière vitale.

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
ELECTRICMAN - 18 Avril 2013: fan absolu du groupe depuis 1984, je suis plutôt d'accord avec ton analyse. Mais ce qui me chagrine le plus c'est que Robbin est presque exclusivement cantoné au rôle de guitariste rythmique mis à part sur les titres "Drive me crazy" & "looking for love" où il assure de beaux solos plus aérés et musicaux que ceux de Warren qui lui est très technique et à mon sens répétitif. De plus la production de Beau Hill manque de tranchant (les guitares sont mixées en retrait comparé au chef d'oeuvre "invasion"). C'est néanmoins un disque que j'écoute régulièrement auquel j'ai collé un 17/20.
Loloceltic - 18 Avril 2013: J'ai essayé d'être le plus objectif possible, mais moi aussi, je continue de l'écouter souvent. ;-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire