Converging Conspiracies

Liste des groupes Death Metal Comecon Converging Conspiracies
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Comecon
Nom de l'album Converging Conspiracies
Type Album
Date de parution Novembre 1993
Labels Century Media
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album41

Tracklist

Re-Issue in 2008 by Century Media on Comecon "The Worms of God" Compilation.
1.
 Democrator
 04:15
2.
 The Ethno-Surge
 03:13
3.
 Community
 03:43
4.
 Aerie
 04:21
5.
 Bleed / Burn
 03:52
6.
 Morticide
 03:24
7.
 Worms
 03:35
8.
 Pinhole View
 03:31
9.
 The Whole World
 04:06
10.
 God Told Me to
 02:02
11.
 Dipstick
 03:59
12.
 The House That Man Built
 05:10

Durée totale : 45:11


Chronique @ Fabien

28 Décembre 2007
Une année après Megatrends in Brutality, son premier album perfectible mais néanmoins prometteur, Comecon revient avec un line up quelque peu remanié. Outre l’arrivée de Fredrik Palsson derrières les fûts, Rasmus Eckman et Pelle Ström parviennent à recupérer le redoutable Martin Van Drunen grâce à leur label, transfuge de Pestilence et d'Asphyx et remplaçant de LG Petrov, ayant quant à lui définitivement réintégré les rangs d’Entombed. La nouvelle formation rejoint alors Tomas Skogsberg aux Sunlight Studios en été 1993 pour les sessions de son second effort, Converging Conspiracies, sortant en fin d’année pour le compte de son écurie Century Media, désormais plus puissante.

Evitant les précédentes maladresses, Comecon rompt notamment avec l'illustration stéréotypée de son premier album, pour adopter une superbe peinture de Bruegel, "The Tower Of Babel". Le groupe garde enfin ses thèmes éloignés du deathmetal, abordant divers sujets de sociétés de manière fort subtile.

Musicalement, l’effort est également plus convaincant. Eckman et Ström conservent leur riffs deathrash atypiques, mais multiplient cette fois les variations au sein des titres, incorporant parallèlement de nouvelles sonorités, à l’image des acoustiques de Community, des accents orientaux d’Ethno Surge, ou de l'opposition entre mélodies et palm muting meurtriers de l’excellent The House. Mais, le tour de force de Converging Conspiracies réside davantage dans le recrutement de Martin Van Drunen, qui apporte une coloration formidable à chacun des morceaux grâce à son chant guttural & ecorché inimitable.

Brisant les stéréotypes et la relative linéarité de son prédécesseur, Converging Conspiracies affiche un concept et un deathrash collant manifestement plus avec la personnalité de Comecon. Toutefois, l'originalité de l'album et la présence profitable de Van Drunen ne suffisent pas à imposer le groupe suédois sur le devant de la scène, noyé au milieu d’une myriade de formations de qualité équivalente, qui inondent dangereusement le marché en cette fin d’année 1993. Toutefois, le disque vieillit fort bien sur ma platine. C'est toujours un plaisir.

Fabien.

5 Commentaires

13 J'aime

Partager
Fabien - 09 Septembre 2011: On sent bien que Comecon n’a jamais eu de plan de carrière vraiment établi et que son label Centurymedia à gérer pas mal de trucs, comme la coloration deathmetal donnée à son premier album, l'orientation vers les Sunlight Studios, ou bien le rapprochement avec les trois guest-stars LG Petrov, M.VanDrunen et M.Grewe. Je me souviens d’une interview datant de 1992 à la sortie de Megatrends, où Strom et Eckman disaient ne pas vraiment connaitre la scène deathmetal du moment et ne pas s’y intéresser plus que celà. Pour l’anecdote, que je m'en vais d’ailleurs glisser sur la critique du premier album, Pelle Strom était issu du groupe de thrashmetal suédois Agony, qui avait sorti son premier disque The First Defiance en 1988 chez Under one Flag (division de Music for Nations). Il n’a rien de franchement transcendant mais c’est l’un des premiers full lenght de thrashmetal scandinave des eighties.

Sinon, c’est toujours un plaisir de lire ou d’échanger autour de ces vieilles critiques, qui valent ce qu’elles valent, mais qui permettent au moins ces échanges croustillants plus de quatre années après ces rédactions.

Fabien.
Eaque - 07 Mai 2015: Très bonne chronique du jeune débutant Fabien ^^ (c'est bien sûr une grosse blague de potache). J'adore cet album, je le préfère au premier qui déboite sa "race" malgré tout...
VENOM59 - 19 Août 2016: Chose curieuse.. Fredrik Palsson ne fait office que de figuration sur cet album, car la batterie est en fait..une machine ! ça n'enlève en rien à la qualité de cet album que j'aime beaucoup et que je viens de me procurer sur Discog.
LeMoustre - 10 Juin 2019:

J'avais complètement zappé que Pelle Strom avait bifurqué chez Comecon après le split d'Agony. Album d'Agony, qui, à l'inverse du commentaire de Fabien (une fois n'est pas coutume), m'avait particulièrement bluffé par la qualité de ses compositions, particulièrement accrocheuses. Album sur lequel je reviens d'ailleurs fréquemment. Sur ce second Comecon, la présence de MVD apporte clairement un vrai plus aux titres, ceux-ci étant très incisifs mais aussi très classiques pour certains ("Community" à la fois surprenant et traditionnel selon les passages, assez révélateur de l'ensemble).

Mention à la qualité du son, accordé moins grave que sur les productions de Skoksberg en général, et apportant un aspect rêche spécifique à l'album. A savoir que Floga Records a réédité cette année ce disque, à la pochette imposante et parfaitement choisie qui permit de distinguer ce second disque de la masse, dont le seul réel défaut est d'être sorti à une période particulièrement dense en sorties marquantes, obligeant le deathster à faire des choix d'achats cornéliens. Dommage que les changements de line-up n'aient pas permis à ce groupe de perdurer et de s'inscrire dans les références du genre.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire