Cold Comfort

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Autumn (NL)
Nom de l'album Cold Comfort
Type Album
Date de parution 08 Novembre 2011
Membres possèdant cet album23

Tracklist

1. The Scarecrow 05:15
2. Cold Comfort 05:36
3. Black Stars in a Blue Sky 04:43
4. Retrospect 05:00
5. Alloy 07:17
6. End of Sorrow 04:35
7. Naeon 04:46
8. Truth Be Told (Exhale) 05:56
9. The Venamoured 06:28
Total playing tim 49:36

Chronique @ ericb4

13 Avril 2014

Une délicate atmosphère au parfum de quai des brumes!

Le sextet néerlandais de Métal Atmosphérique Gothique, mené au chant par Marjan Welman, et ce, depuis 2009, suite au départ anticipé de Nienke de Jong (actuelle chanteuse du groupe Dejafuse), propose ici un album de 9 titres seulement mais dont la durée s'avère finalement suffisante pour nous plonger, sans jamais en sortir, dans une atmosphère faussement sereine, voire étrangement trouble.

Cette ambiance quelque peu brumeuse, mais sereinement tamisée, apparaît un peu décalée à l'image de leur opus précédent "Altitude", fourmillant de claires tonalités, de reliefs acoustiques et de variations vocales. Le groupe joue ici plutôt sur les nuances stylistiques, parfois empruntées à d'autres branches du rock, tout en conservant son identité Métal propre. Il semblerait même cultiver les paradoxes, notamment dans ses textes, entre douce mélancolie et pâlotte gaîté, entre miroir glacé des apparences et chaleur contenue de l'âme. Il se dégage, malgré tout, dans cet opus, une certaine homogénéité à la fois dans l'univers instrumental, délicatement distillé, et dans la partie vocale, plutôt fringante parce que parfaitement maîtrisée.

L'album jouit d'un travail de studio remarquable et d'arrangement bien ficelés. On sent là toute l'expérience de ce combo, bien rôdé dans ce complexe exercice de production. Aussi, les compositions qui en émanent sont d'une qualité technique quasiment irréprochable. Cependant, sur le plan artistique pur, quelques imperfections harmoniques et certains enchaînements pas toujours bien assurés viennent ternir le tableau.

Bien qu'aucun morceau ne soit réellement à prendre en défaut, pour ma part, l'intérêt se fait grandissant au fur et à mesure que l'on progresse dans la succession des titres mais décline également en fin d'album, dès la huitième plage.

Les trois titres qui me semblent se détacher sont : "Alloy", "End Of A Sorrow" et "Naeon", respectivement cinquième, sixième et septième titres de l'album. Bien que très différents d'un point de vue stylistique, ces titres témoignent de riches harmonies, d'une mélodicité convaincante et d'une solide architecture instrumentale. Le premier morceau est une somptueuse ballade, où la voix veloutée de Marjan est bien mise en valeur, et même sublimée par un jeu subtil du pianiste l'accompagnant tout le long. Le rythme se veut délicat, la mélodie envoûtante, sur une tonalité de fond bluesy, conférant à ce titre une atmosphère joliment surannée. Le second morceau, plus incisif mais non agressif pour autant, est savoureusement progressif sur fond de mélodie pleine de nuances. L'ambiance générale ainsi que la technique instrumentale prendraient leur source dans le rock californien traditionnel, à l'instar de groupes tels que The Eagles ou Poco. Quant au troisième titre, il se fait éminemment entraînant et mélodieux sur fond de rythmique enjouée à la façon de groupes Post Punk tels que Echo & The Bunnymen. Tout comme pour un ancien "Killing Moon", titre phare de ce groupe, on suit le morceau avec intérêt, sans ressentir la moindre lassitude. Peut-être le meilleur de l'album est-il là!

Un poil en dessous, se situeraient trois autres titres : "Cold Comfort", "Black Stars In A Blue Sky" et Retrospect", successivement deuxième, troisième et quatrième titres de l'opus. Le titre éponyme de l'album touche à la fois par la qualité de sa rythmique et les modulations vocales de Marjan. Toutefois, la magie n'opère pas réellement, cette fois. En effet, le manque de relief acoustique perceptible entre voix et instruments peut perturber l'écoute. De plus, la linéarité de la structure instrumentale de fond plombe l'horizon. Du coup, ce titre s'avère moins prégnant qu'on l'aurait souhaité. Le second morceau souffre également de petits défauts. Bien que certaines ruptures de rythme soient présentes et bien placées, que les enchaînements soient satisfaisants, ce titre est affublé d'une ligne mélodique trop sobre, pour ne pas dire trop plate pour retenir l'attention. Le troisième titre, lui, pourrait être considéré comme le plus abouti de cette liste. Les refrains y sont soignés, les harmonies sont subtiles et délicatement colorées et la rythmique est avenante certes, mais l'orchestration a du mal à convaincre, n'utilisant que peu les couleurs de sa riche palette. Il y aurait quand même là l'amorce d'une progression sur le plan artistique, ne serait ce que par la présence vocale à la fois douce et bien affirmée de la chanteuse. Tendance qui se confirmera ensuite sur les trois titres cités plus haut.

Les trois titres restants concernent l'ouverture et la conclusion de l'opus. Loin d'être des morceaux mal agencés, ces titres manquent néanmoins de cette saveur qui suscite l'adhésion. En guise d'introduction, on y trouve : "The Scarecrow". L'atmosphère éthérée de ce titre repose sur une orchestration aux variations subtiles et à une prestation vocale eu demeurant assez sobre. De leur côté, les harmonies pêchent par de nombreuses carences de coloration et de structure, ce qui restreint les possibilités du champ vocal pourtant assez étendu de Marjan. Cette remarque vaut également pour l'avant-dernier titre de l'album : "Truth Be Told". Ce morceau très soft et progressif ne parvient pas davantage à se hisser au rang des meilleures productions de l'opus, notamment en raison de la pâleur mélodique de fond, voire de la froideur du climat vocal proposé. Ainsi, le calme apparent du morceau nous projette droit contre le mur de la monotonie. C'est alors que l'ennui guette! En guise de clôture, on écoutera : "The Venamoured", titre aux subtiles variations, aux soudaines cassures rythmiques et au jeu de guitare final très tourmenté. Devant tant de qualités, le morceau peine pourtant à convaincre tant il est linéaire dans sa structure mélodique et pâlot dans son interprétation. Bref, on finit par rester un peu sur sa faim!

Le groupe nous propose donc un album au contenu de qualité inégale. De bons morceaux, bien inspirés, finement écrits et interprétés avec justesse alternent avec d'autres plus brumeux, voire invariablement monocordes. Aussi, si la production d'ensemble reste soignée, si l'empreinte Métal propre au groupe est bien identifiable malgré les différentes sources d'inspiration, cet album a eu du mal à m'emballer réellement. Ceci dit, cet opus pourra combler certaines attentes des fans du groupes et éveiller une petite curiosité chez les amateurs de Métal Atmosphérique Gothique à voix féminine. La voix de Marjan pourrait bien faire des émules!...








0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire