Caustic Attack

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Terrorizer
Nom de l'album Caustic Attack
Type Album
Date de parution 12 Octobre 2018
Style MusicalDeath Grind
Membres possèdant cet album31

Tracklist

1.
 Turbulence
 
2.
 Invasion
 
3.
 Conflict and Despair
 
4.
 Devastate
 
5.
 Crisis
 
6.
 Infiltration
 
7.
 The Downtrodden
 
8.
 Trench of Corruption
 
9.
 Sharp Knives
 
10.
 Failed Assassin
 
11.
 Caustic Attack
 
12.
 Poison Gas Tsunami
 
13.
 Terror Cycles
 
14.
 Wasteland
 

Chronique @ Fabien

06 Janvier 2019

Whirlwind Struggle

L’année 2013 représente un nouveau départ pour Pete Sandoval, le batteur se retrouvant de nouveau seul au sein de Terrorizer, tandis qu’il décide définitivement de ne plus rejoindre les rangs de Morbid Angel. Choix assez surprenant, notre légende s’associe avec Lee Harrison, leader inaltérable de Monstrosity, qui troque sa batterie habituelle pour prendre en main toutes les guitares du projet. Le poste de bassiste / growler est quant à lui confié à Sam Molina, ami de longue date ayant notamment officié sur le quatrième album de Monstrosity (hasard quand tu nous tiens).

Le planning de Lee Harrison aura donc été plutôt chargé ces derniers temps, puisque, en plus des concerts, notre homme providentiel aura eu à s’occuper non seulement du quatrième album de Terrorizer, mais également du sixième effort de son groupe Monstrosity. Sur ces deux disques, parus à l’automne 2018 à un mois d’intervalle, Lee s’est en effet largement investi, tant au niveau des compositions que du processus d’enregistrement.

Si les morceaux les plus courts de Caustic Attack (notamment en son début) et plusieurs riffs directs rappellent le vieux passé deathgrind du commando, un grand pan du disque est carrément axé sur l’assise structurée du deathmetal, le montage complexe des morceaux renvoyant sans équivoque du côté de Monstrosity, dont l’architecture et les mécanismes identiques sautent rapidement aux yeux, quoique Caustic Attack se veuille plus nerveux dans sa mise en place et son interprétation, sans occulter les patterns uniques de batterie de Pete Sandoval (notamment ses fameux blast-beats de folie). Intrinsèquement, la recette donne de très bons titres (Infiltration, Downtrodden, Trench of Corruption, Failed Assassin), qui prennent corps au fil des écoutes et ne demandent qu’à être indéfiniment rejoués sur toute bonne platine.

A mon sens, il y a deux façons d’aborder Caustic Attack. La première consiste à penser dur comme fer que le passé de Terrorizer est derrière lui et que, dans le style grindcore et revendicatif, Nausea (Condemned to the System) lui a volé la vedette ces dernières années. Ce qui n’est pas faux. La seconde méthode (et plus juste) demande de considérer le disque à sa valeur intrinsèque, c’est à dire un album de deathmetal brillamment composé et tout aussi bien interprété, une version définitivement plus rapide et vindicative de Monstrosity. Les rythmiques et le riffing de qualité, associés à une réelle envie d’en démordre sans se prendre la tête, donnent au final un deathmetal décomplexé qui a bien plus à offrir que quelques premières lectures en dilettante pourraient laisser paraître. Bref, de mon humble point de vue, Terrorizer lâche l'album le plus deathmetal de sa discographie, mais aussi le plus intéressant et le plus survolté depuis World Downfall, en témoigne l’excellent morceau Wasteland en clôture, un réel manifeste de savoir-faire et d’efficacité, et un must-have du répertoire du gang floridien. Pour le reste, c'est évidemment un régal de retrouver Pete Sandoval en action derrière ses fûts.

++ FABIEN.

3 Commentaires

15 J'aime

Partager
Miskatonic - 06 Janvier 2019:

Hé hé, bien content que tu aies finalement ré-estimé l'appréciation et la notation de ce disque passant de 13 à 14, puis de 14 à 15. Pour ma part, de 16, je suis passé il y a quelques temps à 15. Nous nous rejoignons donc finalement sur les qualités de ce disque, malgré de mon côté quelques défauts mineurs (un peu long, growl manquant de variations).

Bien vu les deux façons d'aborder ce disque. Pour ma part, je m'étais clairement positionné sur la seconde, remarquant malgré tout pas mal de renvois à World Downfall. Mais il est clair que le passé de Harisson chez Monstrosity, ainsi que cette double sortie pour lui cette année, joue dans la parenté des deux disques au niveau comme tu le soulignes de certaines structures.

Un album qui peut déflorer instantanément ou bien prendre corps petit à petit. Dans tous les cas, ça finit par être gagnant. Merci pour le papier.

Fabien - 06 Janvier 2019:

Je me méfie beaucoup des chroniques ou des commentaires à chaud, à moins que je sois sûr et certain de bien appréhender le disque dès les premières écoutes. Je préfère souvent me taire, ou bien laisser mûrir. Comme tu l’as deviné, je n’ai pas innocemment indiqué deux angles pour aborder Caustic Attack. Marqué par le culte World Downfall en 1989, mais aussi par l’excellent Condemned to the System (Nausea) que tout bon grinder possède dans sa discographie, je me suis tout d’abord positionné dans la première optique que je cite, et qui ne se revèle pas être la meilleure. Pour ma défense, oui, c'est sûr, Pete et la bande Harrison ont cherché les sensations du vieux Terrorizer, et je me suis focalisé sur le fait qu'ils aient finalement composé un disque majoritairement plus deathmetal qu'autre chose. Mais, sachons en rester à la loi immuable de la platine : le fait est que je réécoute toujours à plusieurs semaines d’intervalle les disques que j’achète, et que le déclic pour Caustic Attack a définitivement eu lieu, ce qui explique le réajustement progressif de ma note vers le haut. Pour clore en quelques mots, c’est un super disque, une vraie boule de nerfs, et c'est celà qui importe ! ++  FABIEN.  

tormentor - 07 Janvier 2019:

Faut que je me procure ce disque au plus vite.

Leurs précédent album m'a énormément plu. De toute façon j'adore tout de ce groupe !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire