Cain's Way

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Hate (PL)
Nom de l'album Cain's Way
Type Album
Date de parution 23 Juillet 2002
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album43

Tracklist

1. Apocalypse 03:34
2. ...And the Sin Becomes 03:49
3. Sectarian Murder 03:35
4. The Fifth Eternally Despised 00:38
5. Through Hate to Eternity 03:36
6. Shame of the Creator 04:23
7. Resurrected But Failed 04:08
8. Cain's Way 03:31
9. Holy Dead Trinity 03:16
10. Future Is Mayhem 03:18
11. From Cain to Cadmon 01:50
Total playing time 35:38

Chronique @ Malantis

03 Janvier 2010
Hate se forme en 1990 à Varsovie sous l’impulsion de l’omnipotent leader Adam the first sinner. Après 3 démos et deux full lenght le groupe obtient enfin une signature avec un label d’importance, grâce notamment à sa tourné en première partie d’Immolation. WW3/Mercenary Music signe alors pour le troisième opus du groupe nommé Cain’s way. Sur cet album, Hate s’affiche comme le Deicide polonais, couplant un death brutal avec une imagerie sataniste outrancière à la limite du caricaturale.

L’artwork dans un registre « plus cliché tu meurs » illustre parfaitement cela. On a donc droit à un christ crucifié à l’envers avec sur fond un sigle satanique. Les couleurs mélangeant un rouge orangé avec un bleu nuit à tendance futuriste donne un contraste de fort mauvais goût et on ne comprend pas vraiment où le groupe veut en venir avec un tel univers graphique. Death-technico-futuristico-sataniste ? A noter aussi la traditionnelle photo des 4 membres avec … deux tètes de cochons entourées de barbelés. Il faut croire que le combo s’est vraiment déliré mais on n’espère quand même que le contenu musical soit de meilleure facture que les visuels qu’il nous propose.

L’album s’ouvre sur « Apocalypse » (cliché quand tu nous tiens) dont le riffing efficace nous rassure d’emblé. Le niveau technique est au rendez vous et ça avoine méchamment. « And the sin become » poursuit dans le même registre. On nage dans la pure tradition du death brutal tel que le pratiquait des combos comme Vader et Deicide au début des années 2000. Le combo parvient néanmoins à se détacher un peu de ses influences et à développer une certaine « patte » qu’on retrouvera sur ses opus suivant notamment Awakening of the Liar.

Déjà à cette époque le combo faisait usage de samples. On notera leur apparition sur le dispensable interlude « The Filth Eternally despised » et sur « From cain to cadmon » où les arpèges de guitares posés sur un fond fantomatique rappel quelque peu le morceau Desolate way de Morbid Angel.

Le groupe fait indéniablement preuve d’une certaine efficacité. « Sectarian murder » par exemple place le headbanging au menu avec des riffs groovys et syncopés alors que « Shame of the creator » propose un refrain entrainant facilement mémorisable. Les solos sont quant à eux judicieusement placés et donnent du dynamisme à l’ensemble, sur « Throught hate to eternity » par exemple avec son solo en tapping.

Le vrai problème de cet album est que rien ne ressort vraiment. Les morceaux sont bien exécutés, la production est bonne mais l’ensemble sonne déjà entendu. Le groupe ne s’est pas encore suffisamment dissocié de ses influences. Durant cette période de renouveau du death où Hate Eternal et Nile repoussent toujours plus loin les limites de la technicité et de brutalité, ce Cain’s way parait fatalement quelque peu anachronique en comparaison des monumentaux In Their Darkened Shrine et King of all Kings sortis la même année. On comprend donc mieux pourquoi cet album est passé relativement inaperçus en 2002.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Goneo - 17 Fevrier 2015: Tout à fait d'accord avec t'as note. Hate n'a cessé d'évoluer depuis leur 1ére album, mais reste à cette époque encore un "groupe de peloton". Assez proche d'un Deicide, surtout sur les précédents, comme tu le dis il manque encore quelque chose pour qu'ils puissent s'émanciper.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire