Bringer of Pain

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Battle Beast
Nom de l'album Bringer of Pain
Type Album
Date de parution 17 Fevrier 2017
Labels Nuclear Blast
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album78

Tracklist

1. Straight to the Heart
2. Bringer of Pain
3. King for a Day
4. Beyond the Burning Skies
5. Familiar Hell
6. Lost in Wars
7. Bastard Son of Odin
8. We Will Fight
9. Dancing with the Beast
10. Far from Heaven
Bonustracks (Digipack Only)
11. God of War
12. The Eclipse
13. Rock Trash

Chronique @ Steelizer

15 Mars 2017

La maîtrise dans tous les styles et tempos.


Battle Beast est un groupe finlandais dont la notoriété a été amplifiée par sa victoire lors de la finale 2010 du Wacken Open Air Metal Battle. Un premier album a suivi en 2011 : Steel. Le groupe jouit maintenant d'une belle popularité en Finlande ou leur album Unholy Savior, notamment, a occupé la première place des charts en 2015. Cette notoriété s'est depuis étendue au-delà des frontières de la patrie.

Encore un groupe à chanteuse diront certains. La tendance est bien là. Ces combos se multiplient au fil des années. Il y a plus de trente ans, on comptait beaucoup moins de ce genre de groupes mixtes. Je me souviens de Warlock, emmené par l’inénarrable Doro Pesch. Le parallèle entre les deux chanteuses peut paraître facile : deux blondes volontaires qui ont de l'énergie à revendre et un charisme incroyable. La tessiture vocale de Noora est pourtant un poil plus étendue que celle de Doro, partant sur des terrains un peu plus élevés. Mais cela n'enlève rien au talent de l'illustre teutonne. Le timbre de Noora se rapproche davantage de celui de Marta Gabriel, la chanteuse-guitariste du groupe polonais Crystal Viper. Au tableau des registres hauts perchés, citons aussi Brittney Slayes ( Hayes de son premier nom ), la talentueuse voix de Unleash The Archers.

Battle Beast, pour ce nouvel album, puise son inspiration ailleurs : Pretty Maids peut-être, période de « Red, Hot and Heavy » à « Jump the Gun ». Dès la première écoute, ce fut quasi une évidence. Pas la même musique, mais le même rendu, si j'ose dire. Bon, j'admets que cette comparaison est osée mais je parle ici d'une première impression auditive. On y retrouve d'abord du riff lourd et rapide : un heavy metal carré, trempé dans l'acier forgé dans les années 80 avec une agressivité vocale évidente pouvant rappeler celle de Ronnie Atkins sur certains morceaux comme "Bringer of Pain". Mais aussi et surtout des passages plus atmosphériques avec ces lignes de claviers aériens comme les danois suscités pouvaient en faire aussi. Nous sommes bien ici en présence d'un disque conçu pour être plus accessible, destiné à un public plus large, et avec un son actuel, une production claire où le travail de la chanteuse Noora Louhimo est mis en évidence. Il en résulte une impression de puissance maîtrisée teintée d'un intention bien plus consensuelle que sur les albums précédents. La diva nous subjugue toujours avec son timbre rauque, tour à tour agressif et mielleux, avec toujours cette aisance très professionnelle. Une voix fort différente de celle de Nitte Valo, la première chanteuse du groupe, dont le timbre rappelait furieusement celui de Dirkschneider de Accept, l'une de leurs autres influences. Noora délivre un chant plus nuancé, dont l'étendue lyrique est d'autant plus flagrante sur des titres plus lourds. C'est moins le cas sur les pièces plus radio-formatées.

Ce nouvel album reste plus ou moins dans la continuité de Unholy Savior, leur précédent effort, avec toutefois ce décalage de plus en plus évident vers le terrain "grand public". Le départ du compositeur-guitariste-producteur Anton Kabanen n'y est certainement pas étranger. On retrouve bien sûr la hargne de la voix, les rythmes rapides des guitares ( "Bringer of Pain", "God of War", "Rock Trash"), mais aussi des passages plus radiophoniques mais non dénués d'intérêt musical ( "Dancing with the Beast", "Far from Heaven"), des tubes bien entraînants ( "King for a day";"Familiar Hell" ), des classiques aux refrains entêtants ( "Straight to the Heart", "We Will Fight"). C'est extrêmement bien fait, un poil plus commercial qu'avant, mais jamais ennuyeux.

On pouvait juste reprocher à Battle Beast un manque de prise de risque plus radical dans sa musique, cette prise de risque est maintenant évidente avec le surprenant "Dancing with the Beast". Mais, personnellement, je préfère une continuité bien maîtrisée à des expérimentations douteuses, voire catastrophiques (bien qu'ici, rien ne soit catastrophique pour autant). La base des fans de B.B. approuvera ou pas selon ses affinités. Les titres bien lourds et « rentre dedans » sont dans la lignée de ce qu'on trouvait sur les albums précédents. Je ne suis pas trop désappointé à l'écoute des trucs plus mainstream que B.B. essaie de placer ça et là dans ce nouvel album pour lui donner une certaine variété et accessibilité. Tout ça reste très agréable à l'écoute quand même. A chacun de se faire sa propre opinion.

Ce Bringer of Pain vient nous prouver que Battle Beast maîtrise tous les styles et tempos, du hard rock au heavy speed en passant par la ballade et même le tube pour dancefloors, et a encore toutes les cartes en mains pour proposer un heavy metal, certes bien classique où les guitares heavy côtoient les claviers , une musique parfois très accessible mais rudement bien foutue, et toujours agréable à s'envoyer dans les oreilles pour se replonger encore dans cette ambiance parfois un peu radio-formatée mais ultra captivante qui caractérisait également certains titres de Pretty Maids, par exemple (même si ces derniers ne jouent pas dans le même registre, ni la même époque). Bringer of Pain plaira à tous ceux qui recherchent ces caractéristiques dans un bon album de heavy metal destiné à un large public.


10 Commentaires

10 J'aime

Partager

King_Triton - 16 Mars 2017: Nul,nul,nul, en voulant toucher un plus large public, le groupe s'enfonce de plus en plus dans la médiocrité
Sonadenn - 16 Mars 2017: Merci pour la chro. Pour moi, le premier album reste de loin le meilleur. Mais comme tu le dis, ce groupe sait jouer dans plusieurs registres et assume parfaitement son côté mainstreem. Ça chante bien et ça met la pêche. Perso, je n'en demande pas davantage, c'est bien fait et ils ont réussi à avoir leur propre patte. Bon attention quand même au prochain album à ne pas renforcer de trop le côté kitsch au risque pour le coup de devenir un peu trop neuneu.
Steelizer - 16 Mars 2017: Merci à tous.
@ Sonadenn : Le mot kitsch ne m'était pas venu à l'esprit mais tu as raison. Après, il est possible de faire du kitsch une arme redoutable,... Queen en est le meilleur exemple dans l'histoire du rock. On verra bien si Battle Beast va vers ça. A suivre.
MacedonianKing - 18 Mars 2017: J'ai acheté l'album hier lors du concert à Strasbourg. Je trouve que c'est le meilleur des albums avec Noora. On a quand même un enchainement de hits assez impressionnant en début d'album. Certes, il faut s'habituer à ces sonorités de claviers pas très Metal, mais les guitares sont toujours là pour donner la puissance nécessaire aux compos. Le groupe est inspiré, les mélodies sont entrainantes et puis bon, Noora Louhimo, c'est tout de même une sacrée chanteuse.
Bref, même si ce "Bringer of pain" n'égale pas leur génial premier album, il est tout de même très réussi.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire