Blue Blood

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe X Japan
Nom de l'album Blue Blood
Type Album
Date de parution 21 Avril 1989
Labels Sony Music
Style MusicalVisual Kei
Membres possèdant cet album91

Tracklist

1. Prologue (World Anthem) 02:35
2. Blue Blood 05:03
3. Week End 06:03
4. Easy Fight Rambling 04:42
5. X 06:02
6. Endless Rain 06:37
7. Kurenai 06:18
8. Xclamation 03:58
9. Orgasm 02:44
10. Celebration 04:52
11. Rose of Pain 11:48
12. Unfinished 04:27
Total playing time 1:05:09

Commentaire @ shimix

26 Novembre 2013

Cet album contient des titres désormais cultes pour tous fans du groupe.

1989, X Japan sort Blue Blood : album qui les propulsera au rang de l’un des tout meilleurs groupes de visual-key, en faisant ainsi des stars au Japon. Mais le visual-key, qu’est-ce que c’est d’abord ? Je définirais personnellement cela comme une mixture rock/metal, le tout arrangé à la sauce japonaise.

Yoshiki, batteur/pianiste et leader de la formation, a lui-même décrit la musique du début de carrière de X Japan comme étant du « speed metal ».

L’album démarre sur un sympathique instrumental : « Prologue (World Anthem) ». Les guitares de Hide et Pata y sont très présentes, et le jeu technique sur celles-ci permet de créer une symphonie tout à fait plaisante. Le tout finit sur ce qui ressemble à un poème prononcé par une voix synthétique. L’album part donc de manière certes originale, mais réussie.

On enchaîne avec le duo « Blue Blood »/ « Week-end ». Duo ? Pourquoi duo ?? Parce que ces 2 titres sont assez similaires sans trop l’être. En effet, ces 2 morceaux jouent sur l’agressivité, tout en préservant un côté mélodique sur leurs refrains. De plus, ils possèdent chacun une partie instrumentale agrémentée par un jeu de guitare de très bonne facture. L’album part donc de fort bonne manière.

Pour le reste, on retrouve des choses plutôt hétéroclites, voire intrigantes :
Des titres glam-rock très "old school" : « Easy Fight Rambling » et « Celebration », tout 2 plutôt surprenants mais assez dispensables, sympas, mais sans gros plus. Cependant on peut encore une fois noter le très bon travail de la guitare, avec des solos que Bon Jovi ou même les Guns N' Roses n’auraient pas reniés.
Une piste instrumentale assez bizarre : « Xclamation », on se balade dans une sorte de jungle sonore aux ambiances quasi mystiques. La basse de Taiji y claque même un slap ravageur.
Ainsi que « Orgasm », un titre rageur et rapide, tout en agressivité (normal pour un Orgasme me direz-vous !). Cependant, la brièveté du titre et la maîtrise de la mélodie par l’ensemble du groupe font en sorte que le titre soit bon. En effet, on ne se perd pas dans un titre distillant du "punch" à n'en plus finir … au point d’en devenir pénible.

Cependant, « Blood Blue » n’aurait pas eu l’influence qu’il a eue sur la carrière des Japonais s’il n’avait pas contenu la triplette « X »/ « Endless Rain »/ « Kurenai ». Ce sont là véritablement les 3 bombes de cet album.

« Kurenai » tout d’abord, ce titre sonne comme une impression de compromis réussi entre agressivité et douceur. Le morceau dégage une énergie assez dingue, qui le rend taillé pour la scène. Mettant en émoi les foules japonaises après quelques arpèges, pour ne pas les lâcher pendant les 6 minutes du morceau.

Ensuite « Endless Rain », le premier grand succès du groupe dans la catégorie ballade. On a droit ici à une ballade certes classique, mais tellement efficace. On commence au piano, puis les vocaux envoûtant de Toshi en mi- japonais, mi- anglais viennent, on agrémente le tout d’un solo de guitare et d’un orchestre en fond sonore, et la piste devient une ballade émouvante réussie.

Enfin « X », encore un titre tout en énergie très réussi, sur lequel la batterie de Yoshiki est assez impressionnante de rapidité. Ce titre deviendra très vite "l’hymne" du groupe en live. Joué en fin de chaque concert, et dans des versions bien souvent à rallonge. Toshi y galvanise la foule qui n’en finit plus de scander « X !! ».

L’album se conclut ensuite sur 2 titres :
Le long « Rose of Pain », où on jurerait entendre les prémisses du futur « Art of Life » par moments. Cependant, mais ceci reste strictement personnel, je n’ai jamais trop réussi à accrocher à ce morceau.

Et l’autre ballade de l’album, j’ai nommé « Unfinished», où Toshi commence à cappella, avant que Yoshiki au piano, puis enfin l’ensemble de ses collègues le rejoignent. Le morceau se veut plus mélancolique qu’un « Endless Rain », avec des teintes limite bluesy. Un titre qui vient conclure l’album tout en douceur.

Au final, ce Blue Blood s’avère comme un certain compromis entre énergie et mélodie, ces deux aspects de la musique du groupe se côtoient tout au long de cet album. Aussi cet album s’avère assez surprenant par la palette musicale utilisée. En effet, on passe de morceaux glam rock très "old school", à des morceaux qui, s’ils sortaient aujourd’hui, n’auraient pas énormément à envier aux productions modernes.
Mais Blue Blood, c’est surtout la mise en route de la légende X Japan. Cet album contient des titres désormais cultes pour tous fans du groupe.


16,5/20 (que l’on arrondira à 17)

RIP hide & Taiji

shimix

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de X Japan