Bloodred Hatred

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Hatesphere
Nom de l'album Bloodred Hatred
Type Album
Date de parution 2002
Produit par Tommy Hansen
Style MusicalDeath Thrash
Membres possèdant cet album38

Tracklist

Re-Issue LP in 2005 by Diehard Bloodline.
1. Intro
2. Believer
3. Hell Is Here
4. Insanity Arise
5. Disbeliever
6. Plague
7. Low Life Vendetta
8. Deeper and Deeper
9. Kicking Ahead
10. Addicted Soul
11. Under Water
10. Grace
11. Under Water

Chronique @ NightViking

30 Septembre 2010
Nouveau venu de la scène Thrash/Death danoise, Hatesphere signe une deuxième fois avec le label italien Scarlet Records. Le groupe commença sa carrière en reprenant du Slayer ou du Sepultura et après des démos prometteuses, la machine de guerre est lancée! Le premier album éponyme, moins technique que le suivant ne m'avait pas totalement convaincu.
Condensé de Thrash et de Death old-school, on pourrait croire que le groupe est suédois tellement leur son me fait penser aux grands groupes scandinaves, At the Gates en tête.

Quelle puissance dévastatrice! On s'en prend plein la poire!
La technique est là, la puissance aussi et le chant, agressif à souhait, passe aussi bien du furieux hardcore ("Plague") qu'au death guttural ("Deeper and Deeper") en passant même par des rires schizophrènes sur " Kicking Ahead ". Le chant varié de Jacob Bredhal apporte la touche qu'il fallait aux compositions pour qu'elles sonnent comme une mise en scène impeccable. Les guitares, quant à elles, sont d'un groove monstrueux, parfaites pour headbanguer mais aussi heavy et mélodiques juste ce qu'il faut pour se reposer un peu la nuque; " Insanity Arise " en est le parfait exemple ! La batterie blaste avec vigueur, comme en témoigne l'excellent " Believer ", en prenant soin de laisser les riffs thrashy et groovy s'envoler comme une parfaite alchimie entre les deux instruments.

Leurs intonations typiquement suédoises ont le bon gout d'allier la puissance à la mélodie sans pour autant dénaturer l'originalité du groupe. Les influences death ont bien été digérées et apparaissent par bribes tout au long de ces huit morceaux plutôt rapides mais jamais monotones. On s’aperçoit aussi que la technicité est plus primée vers la fin de l’album qu’au début, où là, c’est plutôt l’efficacité qui compte !

Le riffs en fusion, les rythmiques en béton armé et le coté malsain et varié du chant prouvent que le groupe en a sous la pédale et il n'y à qu'à voir la suite de leur carrière pour s'en convaincre. Hatesphere ne révolutionne pas le genre pour autant mais on peut dire qu'ils ont bien observer le travail de leurs ainés tout en apportant leur petite touche à eux. Et de ce côté là, le quintet est tout à fait à la hauteur et nous propose un album aux ambiances variées ou on pourra meme noter la présence de quelques claviers, ici et là.

On regrettera quand même la courte durée de cet album qui est de 32 minutes, car quand on a gouté au doux son brutal d'Hatesphere, on en redemande ! Au final, c'est très bon et tous les ingrédients sont là pour passer un bon moment !

18/20.

2 Commentaires

7 J'aime

Partager
Chab - 30 Septembre 2010: 18/20 ? Hum, il faut que je l'écoute =) Très bonne chronique mon cher :) Je vais essayer d'écouter l'album un de ces quatre ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire