Beyond Any Human Conception of Knowledge...

Liste des groupes Thrash Metal Hexecutor Beyond Any Human Conception of Knowledge...
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Hexecutor
Nom de l'album Beyond Any Human Conception of Knowledge...
Type Album
Date de parution 25 Septembre 2020
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album70

Tracklist

1.
 Buried Alive with Her White Silk Dress
 04:54
2.
 Ker Ys
 04:38
3.
 Eternal Impenitence
 07:40
4.
 Tiger of the Seven Seas
 07:19
5.
 Belzebuth's Apocryphal Mark
 07:04
6.
 Brecheliant
 05:55
7.
 Danse Macabre
 05:38
8.
 Kroez Er Vossen
 07:13

Durée totale : 50:21


Chronique @ swit35

08 Septembre 2020

Etre comparé aux plus éminents méfaits du Heavy Metal Hexagonal, Européen et même… pourquoi pas !?

Comment être objectif lorsque tu es rennais et que tu écoutes du Thrash depuis 35 ans et que tu découvres en 2013 un petit groupe de thrasheurs de 20 piges ou à peine plus qui vient de ta ville, qui explose les scènes et accessoirement les guitares aussi, que tu vois en 4/5 ans en live plus de fois qu’ADX, Killers et Vulcain en 30 ans réunis ?

Comment ?

Ben c’est simple, tu laisses parler le cœur.

Partis en 2012 avec une démo «First Hexecution » sans grosse prétention, mais qui ne laissa toutefois pas indifférent, un Ep 4 titres 2 ans plus tard « Hangmen of Roazhon » avec 4 brulots de Thrash old School, puis un album en 2016 « Poison, Lust and Damnation » travaillé mais imparfait, le groupe enchaine quelques festivals et tournées, Hexecutor a mis la barre très haute tant sur scène que sur disque. C’est dans ce contexte que ce nouvel album est attendu, progression ? stagnation ?...

Alimenté par quelques maquettes et rough mix, j’ai pu me faire une idée du travail du groupe en avant-première et je peux dire que la sortie s’est faite attendre ! mais la découverte en intégralité désormais de cette œuvre ne laisse plus de place au doute.

Comment qualifier une œuvre musicale si ce n’est par la qualité des compositions, par la couleur générale des sons et l’atmosphère qui s’en dégage, ou bien par le fil conducteur qui relie les titres ?

Ici ce n’est pas seulement une succession de 8 titres inspirés, mais le fruit d’une gestation longue de plusieurs années durant lesquelles le groupe a forgé son style, sa virtuosité et affirmé son écriture. On a bel et bien affaire avec ce Beyond Any Human Conception of Knowledge... à un album concept doté d’un graphisme signé Jon Whiplash qui reflète parfaitement l’ambiance sonore et les thématiques abordées dans les textes. Un hommage aux anciens à travers les histoires terrifiantes de la tradition orale bretonne mais aussi par les multiples influences musicales et pas seulement issues du Hard.

Ce second album dispose de tous les ingrédients pour être comparé aux plus éminents méfaits du Heavy Metal Hexagonal, Européen et même… pourquoi pas !?

Les Hangmen de Rennes nous emmènent dans une épopée à travers l’Histoire et les légendes de Bretagne, mais ici pas de lutin ni de licornes ou encore moins de Merlin à capuche, on parle de diableries sataniques et de livres vivants qui hantent les campagnes bretonnes entre Trégor et Léon, de mystérieux massacres promulgués par des esprits damnés non loin de Plumeliau, et de pratiques orgiaques et déviantes dans la baie de Douarnenez, de l’enterrement mystérieux d’une certaine Dame Blanche au Château de Trecesson à Campénéac dont on dit qu’elle rode toujours dans les lieux, mais on glorifie également la Nature de la foret de Paimpont et l’Héroïsme de Surcouf face à la Marine Anglaise à St Malo. Bref ce n’est pas un hasard, Hexecutor est en Bretagne, leur musique semble inspirée par ce qui les entoure et manifestement ils ont eu envie de le dire et de l’inscrire en lettres de Heavy Metal.

Sur le premier album, déjà le talent d’écriture et l’inspiration dans la composition des morceaux était évidente mais là on passe à la vitesse supérieure avec un son, une atmosphère, un style encore plus affirmé et mature.

Après ces mots, venons-en aux faits, ce qui se dégage de ces 8 titres, c’est un Heavy Thrash Black épique avec une succession de riffs variés et des solos en pagaille. Oui Black c’est ce qui surprend de prime abord, le groupe a mis du Black Metal dans sa musique, même sur les titres Heavy, les guitares sonnent souvent de longs aplats lancinants évoquant parfois les atmosphères d’un Blood Fire Death de Bathory ou d’un Phoenix Rising de Destroyer 666.

Il serait réducteur de comparer ce disque aux multiples artistes qui ont influencé la musique d’Hexecutor, tant elle est justement la résultante de toutes ces influences, variées et combinées, tel le Classic Hard’n Heavy de UFO ou Thin Lizzy, le Speed Metal et le Thrash quelque part entre les premiers Running Wild, Destruction, Kreator, et Razor ! et non loin du Black / Death de Darkthrone ou Gorgoroth ! et j’en passe parmi les meilleurs.

La production confiée à des proches du groupe, Romain Baousson assisté de Wenceslas Carrieu (Cadaveric Fumes, Necrowretch) a un rendu équilibré, ils ne sont pas tombés dans le piège d’une production massive et abrutissante, « moderne » quoi et elle met bien en valeur la basse profonde de Maeströr et la batterie compulsive de VonRotten.

Les guitares sont magistrales, elles se répondent ou se complètent en puissance, le jeu de Joey et Jey s’entremêle harmonieusement avec beaucoup de feeling et de maestria, les quelques tonalités bien particulières en staccato que l’on retrouve sur Kroez Er Vossen, Ker Ys ou Eternal Impenitence surprennent de prime abord et contribuent à la complexité des morceaux – les enchainements sont structurés comme des mouvements, en clin d’œil aux influences classiques du groupe… globalement c’est rarement démonstratif.

Que dire du chant de Jey Deflagratör, incisif et convaincant dont le timbre part parfois en overdrive au détour d’une accélération de tempo et des riffs allant jusqu’aux dérives sur-aigües avec cris puissants et quasi « habités ».

Tiger of the Seven Seas est un des maître-titres de l’album, le plus Heavy de tous avec ses riffs martiaux, sa batterie explosive, son refrain accrocheur soutenu par des chœurs guerriers et son déferlement de solos early Helloweeniens sur la fin.

Ker Ys avec son riff saccadé surprend et très vite on arrive dans un univers quasi Voivodien extrêmement rapide - les guitares sont omniprésentes et le texte en français est accrocheur à l’instar de ce refrain à 2'00 « Païenne dans le sang, Fiancée à l'océan, Submersion d’impies errants, Tu jouis de mon châtiment…. Tu attises ma haine, J’écorche tes rêves, J’écarte tes lèvres, Tu coules ma reine !!! » et le titre fini en apothéose de solos à partir de 2'50... jouissance.

Danse Macabre est un autre titre fort, construit en 2 temps avec une partie narrative ou Jey déblatère l’histoire ahurissante de ces hordes de morts vivants sataniques venus proférer plusieurs massacres aux Calvaires de Kerguh et à partir de 2’15 la seconde partie est un mouvement instrumental décrivant la scène de ce cauchemar obscène… chef d’œuvre ! Ce titre a été dédié à Mathieu Broquerie, le guitariste défunt de Voight Kampf.

Des titres forts oui, 4 titres de plus de 7 minutes, un instrumental « Brecheliant » théâtre du déploiement artistique d’Hexecutor est juste splendide de luminosité.

Belzebuth’s Apocryphal Mark en plein milieu de l’album démarre sans surprise dans le registre traditionnel du groupe, bien rentre dedans, mais passé les 2 premières minutes, il en reste 5, le titre évolue en mid tempo avec une accroche Blackened Thrash marquée et un final en reprise full tempi avec une pluie de solos et de cris.

C’est un carton plein artistique pour Hexecutor qui devrait affirmer avec ce disque encore plus sa place sur la scène Européenne.

Vous l’avez compris, j’ai pris un gros coup de pelle grand format dans la gueule, pardon d’avance pour le manque d’objectivité apparente, c’est totalement assumé.

23 Commentaires

32 J'aime

Partager

mechant - 15 Novembre 2020:

Foremetal, ton poste me fait penser à laquete du son ideal des gars de darkthrone....je suis convaincu que bcp de groupes cherchent ce fameux son 80's vinyle qui etait si excellent.

Je me fais souvent cette remarque à l ecoute de tel ou tel album mais que veux tu les artistes ont parfois de droles d idees.

tormentor - 15 Novembre 2020:

Car c'est un son chaud qui transpire la brutalité et ce qui se rapproche plus du vrai son des instruments.

ZazPanzer - 03 Mars 2021:

Si certains maniacs sont intéressés par les paroles, je me suis décidé à perdre un œil en les tapant dans la section adéquate. Il restera certainement quelques coquilles car j'ai compris seulement à la fin de mon travail que le R avec une queue bizarre de la police gothique était en fait un X... N'étant pas breton, j'ai ajouté également aux lyrics une courte explication au titre du dernier morceau, après avoir fait une recherche. Enjoy ! Et relecture avec grand plaisir de la chronique de Phil, top moumoute toujours ! Bravo copain ! - Le jour de Gloire va arriver ;-)) -

swit35 - 03 Mars 2021:

Haha trop bien copain ! les paroles sont désormais bien lisibles !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire