Architects of the Humanicide

Liste des groupes Cyber Metal Herrschaft Architects of the Humanicide
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Herrschaft
Nom de l'album Architects of the Humanicide
Type MCD
Date de parution 01 Décembre 2006
Style MusicalCyber Metal
Membres possèdant cet album20

Tracklist

Re-Issue in 2006 by Code666
1. Rise to the Humanicide
2. Apogee
3. Haunting Torture
4. Self Bondage
5. De Flammes et d'Ombres

Chronique @ Matai

18 Fevrier 2010
Mais qui sont les membres d’Herrschaft ? Encore un énième groupe d’Electro Indus, avec des claviers dans tous les sens, des rythmes effrénés, et j’en passe ?
Pas vraiment…
En réalité, les Parisiens ne rigolent pas et nous offrent bien plus que de l’indus ou de l’électro. Il faut dire que leur composition, et leur ambiance se rapprochent beaucoup plus d’un black industriel traditionnel et assez « cyber ».
Au travers de ces cinq titres, le groupe nous plonge dans une atmosphère sombre, froide et triste. Et comme tout groupe de « cyber » qui se respecte, on implante un concept de destruction de l’humanité, de soulèvement des machines, et on porte des masques à gaz (d’où la pochette).
Bon aller, je viens au fait…
Cet album est bien bizarre. Dans le bon sens je veux dire. En fait, chaque instrument se veut trafiqué et donc pas réellement exposé à leur état pur. Le chant black est saturé, les guitares incisives le sont aussi, la batterie aussi…seules les claviers et les samples ont gardé un soupçon de naturel…mais pourquoi donc ? Eh bien pour coller à cette ambiance cybernétique : la synthétisation des instruments et des vocaux apportent un plus dans la musique, donnant une impression d’inhumanité, comme si l’on avait droit à de la musique de machines et à leur danse frénétique…

Si le titre « Rise to the Humanicide » étonne par son changement brutal de rythme, passant d’une intro douce et électronique à un milieu terrible par ses cris et sa montée en puissance de guitares, « Apogee », lui, peut interloquer au début par son parlé anglais au mauvais mais très mauvais accent français…je vous rassure, ce n’est juste qu’une expérimentation, le chant est réellement black jusqu’à la fin de ce titre entraînant, accompagné d’un enrobage électronique omniprésent et véritable fil conducteur…et les guitares ? Tranchantes, saccadées par moment, bien sympathiques pour ma part malgré leur synthétisation…mais pas assez rapides…

Par certains côtés, « Haunting Torture » se veut être le hit de l’album, le titre qu’il faut avoir retenu. Ils se démarquent surtout par son rythme lent. Ses guitares sont saturées à un tel point qu’elles se mélangent magistralement avec les claviers et les samples, qui eux-mêmes, ramènent les mêmes mélodies tristes et hypnotiques, et relancent ce même bruit de fond, qui lui-même se marie extrêmement bien avec un chant tantôt murmuré, tantôt hurlé, suivant lui-même le rythme devenu automatique de la batterie….je sais, cette phrase est assez compact et difficile à lire, mais ça vous donnera une idée de ce qu’est ce titre : une compression d’instruments de tous types, faisant bien ressortir le côté mécanique de la musique.

Quant au reste de la galette, pas réellement besoin d’un descriptif pointu. Les deux derniers titres sont dans la même veine que les deux premiers, il est impossible d’échapper à l’électronique et à cette ambiance futuriste.

Un album intéressant, dommage qu’il n’y a pas plus de titres, car les mélodies sont vraiment enivrantes. Il est aussi intéressant de savoir que leur prestation scénique est aussi bonne voire plus dynamique qu’en studio. Si vous avez l’occasion d’aller à une soirée cyber goth avec Herrschaft en tête d’affiche, n’hésitez pas. Vous y passerez un excellent moment.
Sur ce, si « Architects of the Humanicide » vous laisse sur votre fin, ce qui est réellement le cas, jetez vous sur le prochain, « Tesla ». Herrschaft est certainement un des groupes en devenir français, à placer aux côté de The Kovenant ou T3chn0ph0b1a

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
francoispepe35 - 14 Août 2015: Pour le parlé anglais du début d'Apogee c'est tiré du film Cape Fear https://youtu.be/P7h-Rw4QCko?t=2m22s
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Brahms

01 Juillet 2008
Le premier Ep du groupe d’indus de Paris. J’ai nommé: Herrschaft.
Je n’ai pas eu le loisir d’écouter toute les chansons de ce cd, mais les trois que j’ai on retenu toute mon attention.

Apogée: une intro calme et assez sympathique. Et ça démarre par quelques coups de batteries bien sentis. Un riff plutôt simple mais qui envoie. La voix qui suivra cette intro vous paraîtra très étrange, mais ça ne sera que pour vous dérouter. Un voix criarde et assez poussé, assez Black metal mais qui colle parfaitement à l’ambiance.

Haunting Torture: Le début est long à démarrer, bien indus. Un rythme monotone à la batterie qui vous emporte. La guitare arrive doucement, en écho derrière tout ces sons électroniques. Une voix chuchotée pour le couplet, puis celle que l’on a déjà entendu dans la chanson précédente. La basse joue énormément dans cette chanson, comparé aux autres.

Self Bondage: ” Welcome To Sleep ” Et c’est parti. Encore une fois les voix sont alternées entre ” Black ” et plus feutré. Rien à dire de plus sur celle-ci, si ce n’est que c’est l’une de mes préféré de cette démo...

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire