Rammstein + Apocalyptica , Freibrug 13/02/05

the Niedziela 13 Luty 2005, Freiburg



Apocalyptica

La réputation live de Rammstein n'est plus à faire, et ça nous en avons tous conscience. Mais depuis la dernière rencontre avec le groupe, sur le Mutter Tour, il faut bien avouer que la situation des Allemands a elle bien changée. Rammstein est maintenant devenu un groupe grand public écouté par tous les jeunes rebelles, skateurs en manque de critiques et de jeux avec des clichés choquants, naviguants entre provoquation et néo-nazisme. Ce genre de changement est rarement bénéfique pour un groupe, c'est pourquoi je ne sais pas trop à quoi m'attendre en ce 13 février au matin.
C'est maintenant une tradition de partir très tôt (14h30) pour arriver très tôt (15h30) et ainsi poireauter dans le froid et sous la neige. Lorsque les portes ouvrent à 19h, c'est la ruée dans la salle. Nous parvenons tout de même à obtenir une place au 1er rang,ou comment attraper une bonne crève en passant de bien froid à très chaud. Les gens s'entassent par milliers derrière nous et l'excitation commence à nous gagner. Nous avons volontairement préféré une date allemande pour ne pas avoir à nous soucier niveau pyro, et aussi pour l'ambiance; ce choix est aussi bien justifié quand on sait qu'on a failli se tapper Aqme plutôt que les Apocalyptica qui débarquent à 20h.
Les Finlandais ne sont pas là juste pour faire office de 1ère partie, et c'est sur le monstrueux "Path" que commence le set. Autant leur musique est agréable sur cd, autant en live c'est vraiment impressionnant de voir avec quelle habileté les 4 violoncellistes (plus une batterie) maitrisent leurs instruments. Pas de temps ) perdre; le groupe enchaine les titres les uns après les autres, et l'on ne peut s'empêcher d'headbanger à tout va sur cette musique dénuée de toute guitare. Puis vînt l'heure de leur spécialité : les covers de Metallica, nous balancant un "Master of Puppets" phénoménal (surtout le passage instrumental) qui nous permettra de pousser un peu la chansonnette. Un peu plus tard, on en aura à nouveau l'occasion sur le très heavy "Seek'n Destroy" qui débarque après 2/3 chansons du nouvel album dont leur single "Bittersweet". Après 40 minutes intensives, le groupe nous balance le majestueux "Hall of the Mountain King" en guise d'aurevoir. On a eu droit à un très bon set, profitant d'un très bon jeu de lumière, pour nous faire planer le temps de cette 1ère partie de rêve.

Rammstein

Les lumières se rallument après cet apératif et la scène est déménagée. Les derniers règlages sont effectués et on ne voit toujours rien de ce qu'il se passe derrière cet énorme rideau noir qui masque la scène. L'attente devient insoutenable et le public ne s'arrête plus de scander "Rammstein, Rammstein". Après 25 longues minutes, tout un groupe de personnes vêtues à la façon Reise Reise (chemise blanche, cravate noire), munis de battes de base-ball et de torches qui font se réveiller le public qui n'en peu plus d'attendre, monte sur scène alors que l'intro de "Reise Reise" débute. Le 1er riff fera tomber le rideau, ramassé par les hommes à chemises qui durant tout le show feront office de roadies. Le levé de rideau laisse apparaitre une scène immense, constituée de 2 étages avec 3 mètres de dénivelé entre chacun d'eux. La scène du haut se déroule sur d'énorme machines et au milieu de la scène du bas, une grande porte par laquelle sortira Till qui sera la dernier à monter sur scène pour entamer le chant. D'entrée l'ambiance et le son sont énorme. Personne ne pousse et tout le monde chante, le genre d'ambiance idéale pour vivre pleinement ce genre de show. Till voit d'entrée que le public est très chaud et nous laisse déjà chanté sur les "Hoi, Ahoi". Le refrain est repris en coeur par la salle et l'on distingue aussi bien le chant de Till que celui de la foule. Dès le 2ème couplet, les 2 guitaristes passeront de la partie haute de la scène à la partie basse, via 2 ascenseurs, disposés sur la gauche et la droite de la scène. Ces aller-retours ne cesseront de tout le gig. Seul point négatif, la sécurité s'amusant à nous empêcher de prendre photos et films pendant tout le concert. Le 1er morceau s'achève sur le solo d'accordéon de Flaker qui en profitera pour rejoindre son clavier sur la partie basse de la scène afin de pouvoir lancer "Links". L'intro sera l'occasion pour Doom Doom Schneider de chauffer la salle. Inutile de préciser que ce genre de chanson est encore hurlée par le public et les 1ère explosions retentissent tout au long du morceau sur lequel la fosse jump à la verticale telle une masse uniforme. Pas le temps de respirer, c'est à Oliver de lancer l'intro de "Keine Lust", le morceau le plus "tanz metal" de Reise Reise encore une fois chanté à tue tête. S'en suit "Feuer Frei" 1er gros morceau de ce concert, avec son intro crescendo où les sirènes retentissent. Till donne le micro au public sur les "Feuer Frei" et les "bang bang" sont repris par la Messe Halle. Le passage calme sera l'occasion pour Till, Paul et Richard de mettre leurs masques lance-flammes, comme lors du Mutter Tour, et de faire un combat de flammes sur la dernière partie de la chanson. Il fait très chaud au 1er rang, je vous laisse imaginer! L'enchainement sur "Rein Raus" a été conservé, même si je le trouve dispensable, elle a surtout le don d'exciter le public qui répond aux "Reiné des guitaristes. Le public sera donc bouillant après cette chanson et on peut dire que le show peut vraiment commencer. Et de quelle façon!! "Morgenstern" sera un des moments forts de la soirée. La version live étant amputée d'une grosse partie des choeurs, elle est donc d'une violence terrible et les 1ère paroles n'ont pas encore commencées que la foule reprend déjà la 1ère partie de la chanson. Il en sera ainsi sur tout le morceau où le chant de Till sera couvert par les 10000 voix présentes et, pendant ce temps, les explosions se font plus importantes. Vlan! Les musiciens se retirent et l'intro de "Mein Teil" débute; les guitaristes polacés sur les socles aux extrêmes de la scène lance le riff énorme de cette chanson. Au moment du chant, le morceau se coupe et Till sort de sa porte, en poussant un énorme chaudron, vêtu d'unt toque et d'un tablier, le visage couvert de sang. Il sort un gros couteau dont le pieds lui servira de micro. est-il utile de préciser que ce morceau est une pure boucherie et qu'une nouvelle fois il est repris en coeur par tous, surtout sur les ponts "Denn du bist, was du isst". L'instrumental s'interromp alors et un roadies amène un gigantesque lance-flamme. Et au vieux Till d'allumer le chaudron dans lequel se trouve le pauvre Flake, qui tentera de s'échapper même si Till lui cours après avec sa hachette en hurlant "es ist mein Teil". La chanson se finira en apothéose avec un feu d'artifice violet avant que Flake suivis des autres musiciens ne regagne l'arrière de la scène. Enorme! "Stein um Stein" sera l'occasion de nous refroidir un peu, même si tout le monde chante toujours. Puis à tous les musiciens de descendre sur la partie basse de la scène. Christophe s'installe à une petite batterie et Paul et Richard se munissent de... guitares accoustiques! Chose amusante, pourtant indispensable pour "Los". L'accoustique fera redoubler le grondement des voix qui s'élèvent de la salle et la chanson s'achèvera à l'électrique. Louche mais terrible! Plus traditionnelle, "Moskau" l'est un peu plus et sera enchainée directement. Une fois de plus la foule sautera à la verticale et se déchaine sur les refrains sur lesquels, Till chante par dessus les samples de voix féminines et même en Russe. Encore un grand moment. A propos de moment qui marque, le petit solo électro de clavier ne laissait pas prévoir le morceau qui tombe alors du ciel et qui sera la claque de ce show "Du Riechst so Gut" vient de nul part. Qu'il est bon de voir que le public allemand connait autre chose que Reise Reise, et on entend à peine Till chanter. Les paroles des guitaristes seront inaudibles tant elles seront hurlées par les fans. Till nous balancera le coup de l'arc, tel un Live aus Berlin, et que dire du refrain sur lequel il n'essaiera même pas de dire un seul mot, sachant pertinament que la salle le fera à sa place. On est aux anges et "Du hast" est acceuillie comme le messie. Le public est en transe et une nouvelle fois; Till laisse le micro dans sa main, préfèrant chauffer la foule qui chante très bien à sa place. Il reprendra son arc et déclenchera 2 treuils en feu qui traverseront la salle entière avant de laisser la foule une dernière fois hurler le refrain. "Sehnsucht" poursuivra cette avalanche de classiques et les lights à dominante verte accompagnerons le mur de flammes de même couleur sur la chanson. Une fois de plus, unegrosse partie sera laissée au public. Quel enchainement! On en redemande, et après ces classiques, Till revient seul pour lancer accapela le nouvel hymne de la planète métal, en chantant "we're all living in Amerika.." qui aura l'effet voulu, tranformant par la même occasion le pit en cours de jeu. Sur la partie finale, des canons (made in USA, je l'avais juste en face de moi! Histoire de casser le mythe! lol) inonderont la salle de confetis rouges, bleues et blanches, accompagnant par la même occasion les lights en forme de drapeau américain. Et Flake achève le gig par une outro aux claviers. Nous ne sommes pas dupe, et il reste encore quelques morceaux à bouffer. Le groupe revient alors pour nous jouer "Rammstein". Exit la veste en flamme, Till surgit de sa porte muni d'un... robot avec 2 bras métalliques; le genre de joujou à faire passer James Bond et Inspecteur Gadget pour des petits joueurs. La version est superbe et Till utilise la fonction lance flamme de son arme et ne s'arrête plus de faire chauffer la salle. Après ces 5 minutes brulantes, on assistera à un autre grand moment de ce show : "Sonne" ; je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé, mais il me semble que les guitares étaient accordées un ton plus bas, rendant ainsi la version beaucoup plus heavy que jamais. Les lights jaunes sont splendides, le compte à rebours en lumière au fond de la scène accompagne celui braillé par le public, et les flammes n'en finissent plus de rugir. Quel moment magique. Il manque encore un absent, et "Ich will" ne tardera à débarquer, une fois de plus, la foule se fera remarquer tant au niveau chant qu'au moment des "ich will eure Hände sehen", et cotoiera les multiples explosions. fabuleux, ça n'en fini plus... Rammstein repars, et revient 5 minutes après, accompagné des musiciens d'Apocalyptica, pour un "Ohne Dich" des plus magnifiques, plein d'émotions du début à la fin. Dernière occasion pour nous de nous faire péter les cordes vocales, on le sait, et ça s'entend comme jamais. La fosse ne fait plus qu'un sur la ballade et Till de nous laisser les derniers mots sur "und die Vögel singen nicht mehhhr", avant de prendre une douche d'étincelle. grand moment. Avant de partir, Rammstein nous délivrera un ultime morceau, histoire de nous achever, la reprise des Depêches Mode, "Stripped" qui est désormais traditionnelle avec son tour en canöe à travers la salle et Olie se fera ovationner, puis les autres musiciens qui nous diront difinitivement aurevoir après 2h de concert, et le plus important, après nous avoir régalé, fais gueuler, bref, rêver. On ne demandais rien de plus et ils ont pleinement remplis leur contrat. Ca parait peut-être dur à croire, mais les attentes avant un concert de Rammstein, ne sont pas loin de la perfection. Alors oui, Rammstein a donné là un concert parfait, dont le seul point discutable est la set-list trop peu axée sur les 2 premiers albums. Mais franchement, on est tellement dans les étoiles qu'on y pense même pas. Personne ne bouge, et la chanson "Engel" qui passe ne musique de fond sera, elle aussi, reprise en totalité par la Messe halle, juste histoire que ça dure...Magique, tout simplement...

1 Komentarz

0 Like

Share
Warlocker - 21 Sierpień 2006: je crois que la ville est Freibourg et non Fribourg
    Musisz być użytkownikiem tej strony aby dodać komentarz

Apocalyptica

Symphonic Heavy - Finland
Dowiedz się więcej

Rammstein

Industrial Metal - Germany
Dowiedz się więcej