Yoshu Fukushu

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Maximum The Hormone
Nom de l'album Yoshu Fukushu
Type Album
Date de parution 31 Juillet 2013
Labels Vap
Style MusicalNeo Thrash
Membres possèdant cet album17

Tracklist

1. Yoshu Fukushu
2. Bluetiful Intro: Tsukino Bakugeki-ki
3. Utsukushiki Hitobito No Uta
4. Benjo Sandal Dance
5. Chu2 the Beam
6. [F]
7. Tsume Tsume Tsume
8. Rock Oreimairi 3 - Chords De Omae Fullbocco
9. Unbelievable!: Swomints Hockeleiro Mifeho
10. A-L-I-E-N
11. My Girl
12. Mesubuta No Ketsu Ni Binta (Kick Mo)
13. Beauty Killosseum
14. Maximum the Hormone
15. Koi No Sperm

Chronique @ shimix

04 Novembre 2013

On peut avoir du mal à le cerner, mais on ne s’ennuie pas pour autant à écouter ce Yoshu Fukushu.

Ah le Japon ... ses mangas, son Mont Fuji et … ses groupes de metal! Que ce soit le légendaire X Japan, ou les plus récents Dir En Grey, The Gazette ou encore Crossfaith, bien des groupes nous viennent du pays du soleil levant pour atterrir dans nos enceintes et autres écouteurs.

En cette année 2013, Maximum The Hormone, combo à la musique aussi insolite que son nom peut l’indiquer, sort son nouvel album intitulé : Yoshu Fukushu.

Insolite ? En effet! Ces nippons agissent dans un espèce de neo-metal piquant un peu dans tous les genres, allant du rap au death metal, en passant par le punk et la pop. Pour ce faire, le groupe a la particularité de posséder en son sein 3 vocalistes (tous très bons dans leur style), possédant des voix très différentes, permettant au combo de naviguer facilement entre ces styles variés. Ainsi Ryu (guitare) et Nao (batterie) chantent régulièrement au côté de Daisuke, screamer/rapper de la formation.

Avant même la première écoute, juste en regardant la tracklist de cette nouvelle création, on peut se rendre compte qu’un certain nombre de morceaux sont déjà connus. En effet, 5 chansons (soit un tiers des titres de l’album) proviennent des EP sortis après leur précédant album : Buiikikaesu . Les excellents « Tsume Tsume Tsume » et « Utsukushiki Hitobito No Uta », ainsi que « [F] », « My Girl », et « Maximum the Hormone » ne seront donc pas des surprises…

Comme le groupe nous y a habitués depuis ses 2 derniers albums, le 1er titre est le titre éponyme. On attaque donc avec « Yoshu Fukushu ». Après une intro calme réalisée grâce à la douce voix de Nao, la chanson part … et là, ça fait mal. Le morceau est plutôt déroutant, on passe tour à tour de passages screamés à des passages chantés voir chuchotés, de mélodies rapides à des mélodies lentes. Le titre ne fait pas vraiment dans la nuance : soit c’est calme, soit ça l’est beaucoup moins.

Le titre suivant : « Bluetiful Intro: Tsukino Bakugeki-ki » et ses 31 secondes (autant qu’il faut de temps pour lire le nom du titre que l’écouter !) fait office de transition.

Dans le reste de l’album, parmi les chansons "inédites", on notera l’excellent « Benjo Sandal Dance », où chaque membre du groupe assure sa partie tour à tour, avant que Nao mette en avant sa voix pour conclure ce titre.. ce qui n’est pas sans rappeler le titre « Black Yen Power G-Man Spy » sur Buiikikaesu.

Petite mention spéciale au dernier titre « Koi No Sperm » … parce chez MTH, on sait avoir la classe ! Cette chanson nous rappelle le côté "fun" du groupe, à l’instar de morceaux comme « Chu Chu Lovely … » ou encore « Koi No Mega Lover » sur Buiikikaesu.

En conclusion, je dirais que sur cet album on retrouve des titres dans l’ensemble bons, mais qui auront besoin de quelques écoutes pour être pleinement appréciés. C’est le problème majeur de cet album, rien n’est véritablement à jeter, mais très peu d’éléments vous font accrocher à la 1er écoute. Il manque bien souvent « le truc qui tue » (un refrain qui claque, une intro marquante ... enfin bref, vous m’avez compris !) que le groupe semblait avoir tant de facilité à caser sur ses précédents albums.
De plus, par moments, le groupe semble oublier ce qui fait sa force en sous-utilisant ses 3 vocalistes. Nao est par exemple plus discrète au chant sur cet album. Les screams et les mélodies rapides sont par moments très (trop ?) mis en avant, créant parfois un effet à la limite du "too much". Comme par exemple sur le titre « Beauty Killosseum ».
Aussi, les titres prennent en longueur, et on sent parfois que le groupe a encore un peu de mal à gérer son style sur des titres approchant (ou dépassant) les 5 minutes.

Cependant, comme dit plus haut, les titres restent bons dans l’ensemble, les mélodies restent variées (moins que sur Buiikikaesu certes), et les voix des différents protagonistes marchent toujours aussi bien ensemble. On peut avoir du mal à le cerner, mais on ne s’ennuie pas pour autant à écouter ce Yoshu Fukushu. On sent que le groupe a évolué pour éviter de sortir un "Buiikikaesu 2".

Cet album s’avère au final moins accessible que les 2 précédents car le côté metal "extrême" prend quelque peu le pas sur le côté mélodique et "fun". Cependant, on retrouve quand même un MTH sachant diversifier ses mélodies pour que sa musique navigue toujours autant entre différents styles.

16/20

shimix


0 Commentaire

7 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire